Monde

Donald Trump tient à dire qu’il n'a pas parlé de l’infidélité de Bill Clinton

Temps de lecture : 2 min

Promis, je ne dirai rien. Enfin presque.

Donald Trump dans la spin room, après le premier débat, le 26 septembre 2016. Jewel SAMAD / AFP
Donald Trump dans la spin room, après le premier débat, le 26 septembre 2016. Jewel SAMAD / AFP

Hillary Clinton est donc sortie vainqueure du premier débat qui l'opposait à Donald Trump ce 26 septembre. Pour la plupart des médias, même si cette victoire n'est pas écrasante, la candidate démocrate s'en est mieux sorti que son adversaire républicain. Mais celui-ci reste néanmoins assez fier d'une de ses réactions.

Quand Clinton s'en est pris à la misogynie de son adversaire, Trump a eu une réaction assez inattendue, relève Slate.com:

«J'allais dire quelque chose d'extrêmement dur sur Hillary, sur sa famille, et je me suis dit que je ne peux pas faire ça. C'est innapproprié.»

Difficile de savoir de quoi pouvait exactement parler Donald Trump en se basant sur ce simple extrait. Mais le candidat républicain a donné un peu plus de détails après le débat, alors qu'il était interrogé par une journaliste de CNN.

«Je suis très content d'avoir réussi à ne pas parler des indiscrétions sur Bill Clinton. Parce que j'ai beaucoup de respect pour Chelsea Clinton, et je ne voulais pas dire ce que j'allais dire.

– Qui est?

– Je vous le dirai peut-être au prochain débat. On verra.»

Même chose lorsqu'il a été interrogé un peu plus tard, par un autre intervieweur, qui fait partie de ses soutiens, indique Fortune, sans donner toutefois plus de détails.

La directrice de campagne de Donald Trump, Kellyanne Conway est allé dans le même sens en étant encore plus explicite, expliquant à un journaliste qu'elle était fière que Trump ne soit pas tombé assez bas pour parler des infidélités de Bill Clinton.

Il faut dire que ce week-end, on a beaucoup commenté la vraie-fausse invitation de Gennifer Flowers, une ancienne maîtresse du président américain, en se demandant si Donald Trump oserait vraiment l'inviter lors du premier débat, avant de finalement annoncer qu'elle n'avait jamais vraiment été réellement invitée.

Alors forcément, vu d'ici, explique Slate.com, la sortie de Trump donne un peu l'impression de quelqu'un qui essaie de récupérer quelque chose de positif du fait de ne pas avoir mentionné les affaires extra-maritales du mari de son adversaire.

Mais quitte à ressortir les vieux dossiers (vrais ou faux, Trump n'est plus à ça près), comme l'explique Ben Mathis-Liley sur Slate, autant y aller franchement la prochaine fois.

Newsletters

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Il avait érigé un faux poste-frontière, en Russie, et faisait croire que la Finlande se trouvait de l'autre côté.

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Rapatrier les réfugiés dans des pays dangereux contrevient au droit international et alimente les conflits, l'instabilité et les crises. Il existe de meilleures alternatives.

En Iran, les balles qui tuent les protestataires sont facturées à leurs proches

En Iran, les balles qui tuent les protestataires sont facturées à leurs proches

Selon des témoignages recueillis par Amnesty International, des officiels ont demandé à certaines familles de donner de l'argent pour obtenir la dépouille des personnes tuées.

Newsletters