Monde

Pourquoi Clinton a appelé Trump «Donald», et Trump a appelé Clinton «secrétaire d'État Clinton»

Temps de lecture : 2 min

Nommer son adversaire, c'est déjà désigner ce sur quoi on veut l'attaquer.

Hillary Clinton et Donald Trump à la fin de leur premier débat, le 26 septembre 2016 à Hampstead. JOE RAEDLE / POOL / AFP.
Hillary Clinton et Donald Trump à la fin de leur premier débat, le 26 septembre 2016 à Hampstead. JOE RAEDLE / POOL / AFP.

Dès le début du débat entre Hillary Clinton et Donald Trump, les journalistes américains ont noté une chose: alors que la candidate démocrate appelait constamment son adversaire par son prénom («Donald»), ce dernier répliquait en l'affublant de son ancien titre («secrétaire d'État Clinton»). En lui demandant d'ailleurs, au début du débat, si cela lui allait, ajoutant, avec son aplomb coutumier: «Oui, cela vous va? Je veux que vous soyez très heureuse. C'est très important pour moi.»

Anecdotique? Pas si sûr. Ma consœur de Slate.com Christina Cauterucci avance une série d'intéressants arguments. Pour Clinton, appeler son adversaire «Donald» était une façon de rappeler, en creux, qu'elle ne pouvait pas l'appeler «député Trump» ni «sénateur Trump» ni «gouverneur Trump», puisqu'il n'a été ni député, ni sénateur, ni gouverneur, bref ne bénéficie d'aucune expérience gouvernementale (un argument que Trump pourrait d'ailleurs facilement lui retourner, lui qui a passé le débat à souligner que cela faisait «trente ans» qu'elle était impliquée dans le gouvernement des États-Unis, et a plus largement construit sa campagne sur le ressentiment contre l'establishment de Washington). Il s'agissait aussi de le priver de son nom de famille, qui constitue sa marque favorite. Voire, pourrait-on arguer, de lui parler comme on parle à un enfant turbulent et menteur.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

En revanche, elle ne souligne pas à quel point, pour Donald Trump, appeler son adversaire «secrétaire d'État Clinton», et pas «madame Clinton» voire «Hillary», fait aussi partie d'une stratégie: il s'agit pour lui de relier, dans l'esprit des téléspectateurs-électeurs, son opposante à son bilan, et à son passif, en tant que secrétaire d'État de Barack Obama entre 2009 et 2013. Un bilan qui, pour lui, tient essentiellement en deux lignes: la politique contestée de l'administration en Syrie (il accuse Obama et Clinton d'y avoir involontairement facilité les desseins de l'organisation État islamique) et l'affaire de son serveur privé d'emails.

Newsletters

Ces soldats russes qui refusent de combattre en Ukraine

Ces soldats russes qui refusent de combattre en Ukraine

Ils s'appuient sur le fait que puisque la Russie n'est pas officiellement en guerre, les dirigeants ne peuvent les forcer à aller grossir les troupes.

En Afghanistan, des écoles secrètes pour filles

En Afghanistan, des écoles secrètes pour filles

Ouvrir un tel lieu est un acte de défiance envers les talibans.

Le jour où Poutine jeta la Finlande dans les bras de l'OTAN

Le jour où Poutine jeta la Finlande dans les bras de l'OTAN

Devant la menace russe, le Parlement finlandais vient de voter sa demande d'adhésion à l'OTAN. Compte tenu de l'histoire houleuse entre les deux pays, la décision revêt une importance historique.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio