Partager cet article

«Ce qui me fait culpabiliser, c'est que c'est une pseudo-cousine… et qu'elle est mineure bien entendu»

La Jeune Fille à la perle | de Johannes Vermeer via Wikimedia CC License by

La Jeune Fille à la perle | de Johannes Vermeer via Wikimedia CC License by

Cette semaine, Lucile conseille Mickaël, un étudiant de 25 ans attiré par Alice, 15 ans.

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes.

Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes, c’est ici.

Je vous explique mon problème. J'ai 25 ans, je suis étudiant en dernière année. Plutôt calme et réservé, j'ai toujours été quelqu'un de sérieux, y compris dans mon rapport avec les femmes. Ma vie amoureuse n'a d'ailleurs jamais vraiment décollé, malgré quelques tentatives ici et là. Mais mes relations les plus abouties et les plus fortes sur le plan des sentiments l'ont toujours été avec des personnes plus âgées que moi (de deux à cinq ans). C'est ce qui me surprend dans cette histoire.

Je remonte un peu en arrière. Il y a environ deux ans au cours d'une fête de mariage, j'ai revu une fille –appelons-la Alice– que je connaissais depuis son plus jeune âge. Comme nous nous voyons très peu, j'avais été surpris par la transformation encore en cours chez elle: ce n'était plus du tout la gamine un peu niaise que je connaissais auparavant, mais une vraie jeune fille très bien habillée, attirante et intéressante. Et j'étais resté plus surpris encore quand on m'a dit qu'elle n'avait alors que 13 ans, quand je lui en aurais donné facilement 16.

Bien sûr je n'envisageais rien avec Alice à ce moment précis, mais peut-être le regard que je portais sur elle a commencé à changer ce soir-là. C'est ce qui me fait culpabiliser intérieurement: d'abord parce que c'est une pseudo-cousine (nos familles sont en réalité amies depuis des années), puis la différence d'âge de près de dix ans c'est-à-dire qu'une génération nous sépare (elle est née après le 11 septembre!), et enfin surtout le fait qu'elle soit mineure bien entendu. Mais aujourd'hui que nous nous voyons plus souvent, elle me paraît encore plus charmante et surtout plus mûre que beaucoup d'autres filles de son âge. Et avec le temps, cette impression risque de s'accentuer encore!

À ce stade, j'ignore ce que ressent Alice de son côté –peut-être rien du tout! Elle semble apprécier ma compagnie et on discute régulièrement. Quand à moi, même si je pense à elle, je suis encore loin de chercher à la séduire. Surtout, je reste bloqué par la différence d'âge et je pense aussi au «qu'en dira t-on» dans ma famille et dans la sienne. Comment je peux gérer ça?

Mickael

Cher Mickael,

La différence d’âge est frappante parce qu’elle est mineure. C’est à dire que personne ne trouve jamais rien à redire aux couples où l’homme est plus âgé que la femme de dix ans ou plus, c’est même une configuration assez courante. La majorité sexuelle en France étant établie légalement à 15 ans, une éventuelle relation entre vous ne tombe pas sous le coup du délit d’atteinte sexuelle sur mineure. Voilà pour la froide théorie.

La différence d’âge est quelque chose de relatif, mais vous devez faire attention car du fait de vos dix années de plus, vous pouvez avoir sur elle un ascendant sans vous en apercevoir, l'impressionner, elle pourrait croire que vous savez mieux qu'elle ce qui lui faut. Ainsi si vous deviez la séduire, vous devez prêter une attention extrême au fait de ne pas l'influencer, à vous montrer capable de réfréner l'ascendant que l'âge vous donne naturellement. Il n'y a pas que la loi qui compte, il y a l'éthique et la réciprocité dans une relation. 

Mais c'est finalement une question d’image de soi et de l’autre.

Si vous l’aimez, aimez-la pour ce qu’elle est et ne la définissez pas par les chiffres sur ses papiers d’identité

À propos du qu’en dira t-on, je ne peux pas vous donner tout à fait raison de le craindre. Parce que les gens parlent et trouvent toujours des raisons de désapprouver une union, que ce soit pour la différence d’âge ou les origines, le contexte ou le passé de la personne. Il y a aura toujours des critiques. C’est à vous de décider de les ignorer et de placer votre bonheur conjugal au dessus des ragots si vous en avez vraiment envie. 

Rien ne vous empêche donc, en théorie, de partager vos sentiments et votre désir avec Alice. Ce sera à elle, ensuite, de prendre une décision.

Traitez la toujours en égale. Vous louez sa maturité, ce n’est pas pour rappeler son année de naissance. Si vous l’aimez, aimez-la pour ce qu’elle est et ne la définissez pas par les chiffres sur ses papiers d’identité. Ne la comparez pas aux autres filles de son âge ou aux femmes du vôtre. Pour vous, elle doit être Alice, quelqu’un d’unique que votre cœur et votre esprit ont reconnu et choisi dans la masse.

Mon conseil est celui-ci: parlez lui. Respectez son intelligence et sa maturité et laissez lui aussi le choix de décider si vous lui plaisez ou pas et si cette histoire mérite d’être écrite. Vous aurez tout le temps après de vous soucier (ou pas) du regard des autres.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte