Tech & internet

Comment Apple ruine tout ce qui fait la beauté de l'emoji

Vincent Manilève, mis à jour le 29.09.2016 à 9 h 12

Une nouvelle fonctionnalité d’iOS 10 propose de remplacer les mots de messages par des emojis. Pour le meilleur mais surtout le pire.

Montage Slate.fr

Montage Slate.fr

Tout le monde s’accorde à dire que les changements apportés par iOS 10 –le système d’exploitation d’Apple que l’on retrouve sur les iPhones et les iPads–, n’ont rien de révolutionnaire. On peut même dire que l’ajout d’applications et de dessins directement dans iMessage, le service de textos de la marque, sont pour le moins perturbants.

Mais une fonctionnalité de ces messages m’a particulièrement interpellé ces derniers jours: la suggestion d’emojis. En tapant votre texto, Apple vous propose désormais de remplacer les mots par des emojis, pour peu qu’il en existe un. Mieux encore, une fois tout votre message tapé, vous pouvez cliquer sur le clavier emojis et remplacer tous les mots éligibles par le petit dessin correspondant. Rien d’obligatoire évidemment, mais pour peu qu’on se prête au jeu, et qu'on laisse l'algorithme d'iMessage s'adapter, le visage des textos en devient vite bouleversé.

Il est déjà possible d’avoir des services de messagerie proposant ce genre de suggestions, mais c’est la première fois qu’un constructeur généralise la pratique sur ses appareils. La démarche linguistique proposée par ces suggestions, qui consiste à remplacer les mots par des dessins au lieu de les ajouter simplement à la fin des phrases, va évidemment inquiéter de nombreux amoureux de la langue française: le débat sur les emojis comme remplacement des langues existe depuis longtemps.

Mais ce qui est nouveau ici, c’est la volonté d'Apple de s’approprier chaque emoji et de vouloir lui assigner un sens précis, lisse et bien encadré. La démarche est facile pour les symboles les plus compréhensibles: remplacer des mots concernant des expressions rapides, la nourriture et les objets peut même se révéler être amusant et enrichir les conversations. Bien sûr, écrire «téléphone» ou «ordinateur» vous propose les emojis d’iPhone ou de Macbook, impossible de blâmer Apple pour ça.

En fouillant un peu, je me suis même aperçu que «merde» appelle l’emoji caca, ce qui est plutôt pratique, et surtout que «22» propose un hommage désuet à l’expression «22, v’là les flics» en suggérant l’utilisation d’emojis de policiers.

Quelques exemples de suggestions d’emojis.

Veut-on vraiment résumer «Je t'aime» avec un emoji cœurs dans les yeux?

En revanche, quand il s’agit de traduire des émotions en emojis, le travail de correspondance se révèle bien plus ardu. En essayant d’écrire des mots simples liés aux émotions, aux états ou aux comportements qui nous sont propres, j’ai réalisé que les suggestions sont parfois à côté de la plaque. Le «oh», le «au revoir», le «colère» ou le «content» ont trouvé des correspondances logiques. Mais le mot «désolé» est associé à un petit bonhomme content qui lève les mains pour faire un câlin, «salut» est symbolisé par un emoji qui exprime en réalité de sincères excuses selon la tradition japonaise, et l’expression «je ne sais pas» peut être remplacée par un «visage neutre».

Quel utilisateur aurait envie de remplacer toute une phrase par un simple visage? Comment le destinataire est-il censé y comprendre quoi que ce soit? Et surtout, comment Apple peut-il croire que de telles suggestions soient adoptées par ses utilisateurs? Il peut s'agir de problèmes de traduction de l'anglais vers le français, mais certains incohérences semblent trop grosses pour être de simples erreurs.  

Et même parmi les suggestions que l’on peut qualifier au premier abord de «correctes», il est très intéressant d’analyser quelle est la vision de chaque sentiment ou état suggéré par Apple. Le «haha», souvent utilisé pour montrer un amusement certain sans pour autant être excessif, est remplaçable par le même emoji qui sert pour «mdr» ou «lol»: l’infâme petit bonhomme qui rit aux larmes et dont raffolent les adolescents. À l’inverse, le mot «tristesse» évacue toute sa dimension mélancolique et modérée avec un emoji en larmes.

Et que dire de l’expression «Je t’aime», qui est inexorablement remplacée par un emoji avec des cœurs à la place des yeux ou un autre qui fait un bisou et un clin d’œil en même temps. Dire à quelqu’un qu’on l’aime, un sentiment très fort, peut se résumer avec un simple petit dessin, n'est-ce pas merveilleux? En opérant ce virage technologique, Apple participe à une simplification extrême des sentiments que l’on tente (avec plus ou moins de difficultés) de faire passer dans nos messages écrits. Dans le monde d'iOS 10, il n'y a plus de place pour l'ambiguïté sentimentale.

En leur imposant un sens, Apple est en train de tuer les emojis

Bien sûr, et je l'ai écrit plus haut, Apple ne force pas les gens à utiliser cette fonctionnalité, il s’agit de suggestions. Mais cette mise à jour iOS 10 symbolise bien la volonté du géant californien d’encadrer un moyen d’expression extrêmement populaire mais qui échappe depuis toujours aux sens qu’on veut lui imposer. Au départ, l’Unicode Consortium a sélectionné et valider le sens de chaque emoji pour permettre à tout le monde de recevoir les mêmes symboles, quelque soit son téléphone ou sa tablette. Mais une fois sur nos claviers, on s’est aperçu qu’un design d’emoji (et donc son sens) pouvait varier d’un appareil à un autre, et surtout qu’il était très facile lui donner un sens caché ou complètement différent (le «high five» symbolisait à la base une requête, un souhait, tels que le font les Japonais).

Ce n’est donc pas un hasard si, en plus du système de suggestions d’emoji, Apple a revu leur design pour iOS 10 pour simplifier leur sens et éviter les sous-entendus. Slate.com écrivait à cette occasion que toute l'ambiguïté des emojis a été ruiné avec cette nouvelle version. «Les emojis d'iOS 10, écrit Slate.com, ressemblent trop à la vraie vie, ils sont trop réaliste, objectivement interprétables, et donc moins bizarres.» Désormais, le vieux monsieur n'est plus inquiétant, il sourit comme s'il avait pris un antidépresseur. Le petit personnage angoissé et névrosé exprime désormais uniquement la volonté de s'excuser... Et le visage qui grimaçait et souriait en même temps a désormais perdu toute ambiguïté...

Image extraite d'Emojipedia

Apple a fait fausse route en tentant d'imposer un sens unique à ces symboles et de les placer au cœur de nos messages. Car les emojis sont pour l’instant incapables de frôler toute la richesse de nos langues, ils ne sont même pas là pour remplacer le texte. Toute la beauté des emojis réside dans le paratexte, dans l’environnement immédiat du message qui lui donne son contexte et son sous-texte. Qu'une entreprise multi-milliardaire tente de s'approprier un moyen de communication aussi populaire est prévisible (Facebook essaye aussi de le faire), mais elle n'arrivera jamais à imposer sa vision aux utilisateurs, dont l'un des grands exploits a consisté à transformer l’innocente aubergine en symbole sexuel mondial. Désolé pas désolé, Apple. 

Vincent Manilève
Vincent Manilève (344 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte