Partager cet article

Est-il possible de boucher les canalisations de sa douche en se masturbant?

C'est un canular estudiantin classique mais que disent les scientifiques ? / David Rosen - Flickr

C'est un canular estudiantin classique mais que disent les scientifiques ? / David Rosen - Flickr

À chaque rentrée universitaire américaine, le même hoax circule sur internet: les canalisations du dortoir étant régulièrement bouchées par un excès de sperme, les étudiants ont désormais interdiction se masturber sous la douche. Mais en vrai, qu'en dit la science?

Un dortoir universitaire, ça fait beaucoup de testostérone au mètre carré. Depuis des années, une blague circule sur internet et prend au pied de la lettre la prodigieuse quantité de sperme que des étudiants sont capables de produire en un laps de temps restreint –dans la douche, pour être précis. Le canular prend souvent la forme d'une affiche placardée dans une salle de bains collective et alertant sur les dangers d'un excès de sperme dans le siphon: comme ça bouche tout, il est donc désormais interdit de se masturber sous la douche.

Ce genre de photos circulent sur internet depuis des années, avec moult variations et armoiries universitaires plus prestigieuses les unes que les autres: Georgetown, l'université de Pennsylvanie, l'université du Michigan, St. Andrews, et j'en passe. Voici une dizaine de jours, c'est l'université de Caroline du Nord à Chapel Hill (UNC) qui a eu le droit à son interdiction de se masturber dans la douche, et qui a bien fait rigoler son monde.

Ici, c'est même un redoutable code de la construction et de l'habitation qui est mis à contribution, et l'affichette d'alerter: «nos canalisations ne sont pas faites pour résister au sperme».

«Chaque année, l'UNC dépense des milliers de dollars en frais de plomberie à cause du sperme bloqué dans les tuyaux», peut-on lire. Ce qui pourrait sembler extrême, mais d'autres sont allés encore plus loin: à l'université de Pennsylvanie, en cas de pollutions non contrôlées, l'administration se réservait le droit de recourir à des tests ADN pour débusquer les coupables.

«Ces affiches n'ont pas été autorisées ni avalisées»

Les affiches, évidemment, sont fausses –et sans doute le fait de petits plaisantins avancés dans leur cursus cherchant à bizuter les nouveaux, histoire de les rendre encore plus sexuellement flippés qu'ils ne le sont déjà à la base.

«Ces affiches n'ont pas été autorisées ni avalisées» par l'administration du campus, peut-on lire dans un mail envoyé (ici officiellement) à ses résidents. «Merci de ne pas en tenir compte».

Reste que la chose a de quoi laisser songeur... cette blague de potache a-t-elle un quelconque fondement? Est-ce qu'à la rentrée, les universités augmentent leur budget plomberie en prévision des flots de sperme déversés dans leurs canalisations? Est-ce un phénomène que des masturbateurs compulsifs (ou à l'éjaculation particulièrement généreuse) ont déjà expérimenté? Des flots de sperme peuvent-ils, réellement, boucher un siphon?

Pour répondre à des questions aussi essentielles, nous nous sommes d'abord tournés vers les gens les plus à même de savoir –le personnel d'entretien des universités américaines. Si tsunami de sperme il y a, ce sont eux les mieux placés pour en parler. Sauf qu'en fait, ils avaient mieux à faire que d'éclairer notre lanterne (ce qui est compréhensible). Sur la vingtaine d'individus contactés –chefs d'équipes de ménage, responsables communication, et autres techniciens de surface, personne n'a donné suite à nos appels. Dans un cas, un chargé de communication nous a même répondu qu'il ne semblait pas «opportun de stopper quelqu'un dans son travail pour satisfaire à votre requête».

Étape suivante: la littérature scientifique. Aussi étrange que cela puisse paraître, il y a très peu de recherches menées sur les effets directs du sperme dans les canalisations. (Thésards en mal d'idée, celle-ci est gratuite).

Parlons texture

Selon certains experts d'internet, le sperme deviendrait effectivement plus collant sous l'eau, sans que la raison du phénomène ait été encore élucidée. Dans cette vidéo (NSFW), on nous explique que le sperme réagit avec l'eau et devient plus visqueux, mais sur le pourquoi de la chose, point d'explication convaincante.

Il est aussi possible que le sperme semble plus collant sous l'eau, tout simplement parce que la texture de l'eau est plus liquide. Dans tous les cas, on comprend ce qui peut faire paniquer le jouvenceau qui s'astique sous la douche, lève la tête et voit l'affichette.

Mais est-ce que le sperme, collant ou pas, peut boucher des canalisations?

La réponse est non.

Cette rumeur est démentie une bonne fois pour toutes par Abraham Morgentaler, professeur d'urologie à la faculté de médecine d'Harvard et directeur du Men’s Health Boston, un des plus prestigieux centres d'andrologie américains. Dans un e-mail à Slate, le scientifique explique non seulement que le sperme ne s'épaissit jamais suffisamment pour boucher un siphon, mais que vingt à trente minutes après l'éjaculation, il devient liquide et s'évacue très facilement.

Dans les laboratoires

Quand un homme éjacule, le sperme a d'abord une consistance visqueuse et gélifiée, ce qui permet d'augmenter les chances de fécondation: si le sperme était plus coulant, il resterait moins longtemps dans le vagin.

C'est pour cette raison que les analyses de sperme ne sont jamais effectuées sur des échantillons de toute première fraîcheur. Les laborantins attendent que la semence devienne liquide, ce qui demande environ vingt à trente minutes.

Telle est la vérité: jamais le sperme n'est assez épais pour boucher des canalisations. Et de toutes façons, très vite, il devient liquide comme de l'eau.

Carrol Platz, chercheuse en biologie cellulaire au Baylor College of Medicine et fondatrice d'une banque de sperme canin est du même avis: «Chez les humains, le sperme reste normalement liquide et ne peut pas boucher un siphon». D'autres mammifères ont visiblement un sperme plus caoutchouteux, mais si vous croisez un chimpanzé qui se masturbe dans votre douche, sans doute que la plomberie sera le cadet de vos soucis.

Branleurs de la douche, frictionnez-vous sans crainte, vous n'avez rien à vous reprocher.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte