Sciences

Travailler en groupe peut nuire à votre mémoire

Temps de lecture : 2 min

... Mais améliorer sur le long terme votre capacité d'apprentissage, selon la première étude à analyser systématiquement les avantages et les inconvénients du travail collectif

Teamwork / 55thstreet via Flickr CC License By
Teamwork / 55thstreet via Flickr CC License By

Que ce soit à l'école, au bureau ou pour qu'un jury rende un verdict le plus juste et le plus objectif possible, le travail en groupe est universellement valorisé. Mais est-ce pour autant une panacée? Pour la mémoire, pas forcément. Selon une méta-analyse de 64 études publiées sur le sujet entre 1996 et 2014, ce que l'ensemble du groupe réussit à mémoriser dans ce genre de dispositif est bien inférieur aux performances de ses membres laissés seuls avec leur cervelle.

Menée par Stéphanie Marion et Craig Thorley, chercheurs à l'Institut technologique de l'Université de l'Ontario et à l'Université de Liverpool, cette étude teste en effet l'hypothèse de la «perturbation de la stratégie de récupération», soit le fait que le groupe (ou ses membres les plus influents) inhibe les techniques de mémorisation des individus. Par exemple, si un individu a tendance à faire marcher sa mémoire de manière chronologique –en restituant ses connaissances dans l'ordre où il les a apprises– et qu'il tombe sur un groupe où beaucoup de gens font l'inverse, il sera effectivement perturbé dans sa stratégie de récupération mémorielle, ce qui impactera négativement ses performances, et donc la somme de connaissances assimilées par le groupe.

Une meilleure capacité d'apprentissage

Mais l'étude n'est pas totalement critique à l'égard du travail en groupe, en ce qu'elle montre que la mémorisation collective augmente, à long terme, les capacités d'apprentissage des individus. Si un étudiant révise ses cours avec des camarades, il retiendra davantage de connaissances et sera plus à même de les restituer que s'il avait travaillé seul. Pourquoi? Parce qu'en travaillant en groupe, un individu est souvent «ré-exposé à des choses qu'il a peut-être oubliées, ce qui stimule ensuite sa mémoire», précise Marion. «Faire travailler des gens ensemble pour qu'ils se souviennent de quelque chose est vraiment bénéfique pour l'apprentissage individuel».

De même, l'étude montre aussi que le degré de perturbation des stratégies de récupération n'est pas le même selon la taille et le type de groupe concerné. Ainsi, plus un groupe est conséquent et compétitif –parce qu'il est formé d'individus qui ne se connaissent pas, notamment– plus sa mémoire collective sera impactée. Par contre, si ce sont des amis ou les membres d'une même famille qui s'associent pour faire marcher leurs méninges, les résultats seront plus positifs. Et le seront d'autant plus que le comité est restreint.

«Les petits groupes sont meilleurs que les plus grands», explique Thorley, «parce qu'il y a moins de stratégies de récupération concurrentes et donc moins de perturbation de ces stratégies. Les amis et les membres d'une même famille sont aussi plus performants que des individus qui ne se connaissent pas, vu qu'ils ont tendance à développer des stratégies de récupération complémentaires et non pas concurrentielles».

Newsletters

Digérer l'alcool aurait permis à nos ancêtres singes d'éviter l'extinction

Digérer l'alcool aurait permis à nos ancêtres singes d'éviter l'extinction

Une espèce de singe dont nous descendons aurait muté pour pouvoir ingurgiter des fruits fermentés et alcoolisés.

Comment la vie a survécu à la pire période glaciaire de la Terre

Comment la vie a survécu à la pire période glaciaire de la Terre

Il y a 700 millions d'années, les premières formes de vie auraient pu disparaître.

Vous avez toujours rêvé de voir comme un chat? C'est désormais possible

Vous avez toujours rêvé de voir comme un chat? C'est désormais possible

Des scientifiques ont créé un logiciel pour percevoir le monde avec la vision d'une abeille, d'un poisson ou encore d'un chat.

Newsletters