Monde

Comment la Caroline du Nord est devenue le champ de bataille des États-Unis

Temps de lecture : 3 min

Cet État du Sud-Est est au centre de l'attention médiatique depuis plusieurs mois.

North Carolina in United States
 |  via Wikipedia/ CC Public domain License by
North Carolina in United States | via Wikipedia/ CC Public domain License by

S’il y a un État américain dont on entend parler cette année, c’est sans nulle doute la Caroline du Nord. Ces derniers mois, celle-ci était au centre de multiples batailles judiciaires et débats de justice sociale, la propulsant au centre de la scène médiatique.

Beaucoup de gens de par le monde savent désormais que Charlotte, outre un prénom apparemment difficile à porter (et accessoirement celui de ma rédactrice en chef, coucou Charlotte), est le nom de la plus grande ville de cet État du Sud-Est du pays. Voici un petit récapitulatif des trois principaux combats qui s’y sont produit.

1.Des toilettes pour les personnes trans

On vous en parlait en mars: les Républicains ont voté une loi qui prive les personnes trans du droit de choisir les toilettes de leur choix, si elles n’ont pas des papiers conformes à leur identité civile. Pouvoir se rendre dans des toilettes conformes à leur identité de genre est pourtant une nécessité vitale pour de nombreuses personnes trans, particulièrement les adolescents et les jeunes adultes, les plus vulnérables. Ils ont entre deux et trois fois plus de risques de subir des violences sexuelles, verbales ou physiques que les jeunes hétéros.

La réplique ne s’est pas fait attendre. En mai, le ministère a porté plainte à son tour contre la Caroline du Nord pour violation des droits civiques fédéraux de ses habitants transgenres, invoquant une «discrimination sexuelle». Le chanteur américain Bruce Springsteen a annulé un de ses concerts sur place, de même que ses homologues Bryan Adams et Ringo Starr. La Ligue de basket américain de la NBA a décidé de retirer l'organisation en février 2017 du All-Star Week-End à Charlotte. La Deutsche Bank a gelé les embauches sur ce territoire et la firme Paypal a renoncé à un projet d'investissement. La liste des exemples n’est pas exhaustive. L’histoire judiciaire de cette loi est toujours en cours.

2.Bataille autour des conditions de vote

Montrer une pièce d’identité officielle pour voter est un acte normal en France, mais pas forcément aux États-Unis, où la mesure est exigée dans 34 États sur 50. Les mouvements pour les droits civiques jugent la loi raciste et discriminatoire, parce qu’elle cible d’abord les jeunes noirs, selon eux. La Caroline du Nord est au centre des critiques, pour avoir voté une loi exigeant des papiers d’identité en 2013. La mesure interdit aussi la possibilité de s’inscrire sur les listes électorales le jour du vote, et supprime la possibilité pour les jeunes de s’inscrire à partir de 16 ans, pour être prêts à voter à 18 ans.

«Cette mesure cible les Afro-américains avec une précision chirurgicale, a déclaré en juillet une cour fédérale de justice, qui a invalidé la loi. L’Assemblée générale [de Caroline du Nord] a mis en place une loi qui limite le vote et l’inscription sur les listes de cinq façons distinctes, qui affectent de façon disproportionnée les Africains-Américains», a écrit la juge Diana Motz.

La Caroline du Nord est un des «swing states», ces États qui peuvent basculer autant du côté républicain que du côté démocrate lors de l'élection présidentielle. Hillary Clinton et Donald Trump sont d’ailleurs donné à jeu égal dans un récent sondage, en cas de triangulaire, à 41% chacun. En cas de duel, la candidate devancerait cependant son adversaire de deux points.

3.Manifestations après l'homicide d’un homme noir

Ce jeu serré dans les sondages explique d’ailleurs que les candidats aient tenu à réagir après la mort d’un homme noir le 20 septembre, et les nuits de violence et de manifestations qui ont suivi. Keith Lamont Scott, un Afro-américain de 43 ans, a été abattu par la police au moment où il sortait de son véhicule. La police estime qu’il était en possession d’une arme et n’aurait pas obtempéré, mais la famille de la victime a déclaré que l’objet tenu par Keith Lamont Scott dans sa main un livre était un livre, et non une arme.

La mort de cet homme a entraîné trois nuits d’affilée de manifestations, avec l’arrestation de quarante-quatre personnes dans la seule nuit de mercredi à jeudi. Les manifestants ont marché vers le commissariat de police de la ville en demandant aux autorités d’«arrêtez» de tuer les noirs, et en appelant à la résistance. Un manifestant de 26 ans a été mortellement blessé par balle. Le gouverneur de Caroline du Nord a ensuite proclamé l’état d’urgence.

Ces violences vont-elle influencé la campagne électorale, et faire basculer les intentions de vote en faveur de l’un ou l’autre des candidats? Hillary Clinton recueille plus de suffrages chez les personnes noires que son concurrent. Mais difficile de dire à ce stade si c’est bien de ce côté-là que la balance penchera.

Aude Lorriaux Journaliste

Newsletters

Poumons en feu

Poumons en feu

Aux États-Unis, «il y a des gens qui font du profit avec la détention des enfants»

Aux États-Unis, «il y a des gens qui font du profit avec la détention des enfants»

L'administration Trump veut construire de nouvelles installations pour détenir les enfants migrants isolés, qui se retrouvent enfermés dans des conditions lamentables.

Blonde on Blonde

Blonde on Blonde

Newsletters