Sciences / Monde

La plus jeune personne cryogénisée du monde était une enfant de 2 ans

Temps de lecture : 2 min

La cryogénisation d'enfants pose des questions au niveau du consentement.

Capture d'écran twitter
Capture d'écran twitter

«Elle montrait un esprit combatif depuis sa naissance, ses cris étaient les plus forts de la pouponnière», raconte à Gizmodo, Sahatorn Naovaratpong, le père de Matheryn, dite «Einz» qui vient d’être cryogénisé. La petite Einz est la plus jeune personne à avoir jamais subi une telle procédure.

Diagnostiquée d’un cancer du cerveau en phase terminale à 2 ans, elle est décédée à quelques mois de son troisième anniversaire. Sahatorn et Nareerat Naovaratpong, tous deux docteurs en sciences et en ingénieurie, ont confié le corps de leur fille à Alcor Life Extension Foundation, leader de la cryonie dans le monde, malgré les nombreuses critiques de leur entourage. Les deux parents affirment ne pas avoir fait ce choix pour eux, mais pour leur fille. «Einz a peut être une opportunité pour vivre dans le futur, mais moi, j’ai perdu quelqu’un», explique le père de l’enfant.

Intéressé depuis longtemps par ces techniques, il a convaincu sa femme que confier leur fille après son décès à Alcor était la bonne chose à faire. La décision n’a pas été facile à prendre, tout comme expliquer le procédé à la famille. Bouddhiste comme son mari, Nareerat explique:

«J’ai décidé de suivre cette voie à cause d’un enseignement du Seigneur Bouddha: “Crois quand il y a une raison de croire, même si cette croyance manque de sagesse.”»

Consentement

La cryogénisation pose de nombreuses questions, rappelle Gizmodo: coût de la démarche, peu de garantie d’une réelle préservation du corps, droits des personnes cryogénisées, leur futur, mais aussi le consentement, notamment dans le cas des enfants. Certains parents inscrivent toute leur famille pour une cryogénisation post-mortem. Alcor ne demande pas le consentement aux enfants inscrits, mais ces derniers peuvent se retirer une fois majeurs. Si ce manque peut provoquer de vrais débats éthiques, d’autres n’y voient pas d’inconvénients.

Pour l’auteur transhumaniste Shannon Vyff, qui a déjà prévu la cryogénisation de ses quatre enfants, il s’agit simplement de tenir son rôle de parent: leur apporter des soins médicaux adapter et les protéger:

«Si un de mes enfants mourrait brutalement avant 18 ans, je ferais tout ce que je peux pour lui donner une autre chance. J’aimerais donner à mes enfants l’opportunité de ce que la médecine future a à offrir.»

En savoir plus:

Newsletters

Fille ou garçon, et si c'était la pollution?

Fille ou garçon, et si c'était la pollution?

Selon une étude portant sur d'énormes bases de données américaines et suédoises, la proportion de bébés humains mâles et femelles a davantage à voir avec l'arsenic dans l'eau qu'avec la saison ou la météo.

Le nucléaire ne mérite pas cette si mauvaise réputation

Le nucléaire ne mérite pas cette si mauvaise réputation

[TRIBUNE] S'il s'agit de limiter les dégâts sur l'environnement et la santé humaine, cette source d'énergie est sans doute la plus opportune.

Comment le cerveau des bilingues bascule d'une langue à une autre

Comment le cerveau des bilingues bascule d'une langue à une autre

Une nouvelle étude scientifique met en évidence la facilité déconcertante avec laquelle ce processus s'opère.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio