Culture

La presse people a gagné, Angelina Jolie et Brad Pitt se séparent

Ruth Graham, traduit par Peggy Sastre, mis à jour le 21.09.2016 à 10 h 19

Les magazines annonçaient la mort de Brangelina depuis des années. Comment ont-ils su?

Angelina Jolie et Brad Pitt à l'avant-première de «Maléfique», le 28 mai 2014, à Los Angeles | Charley Gallay / AFP

Angelina Jolie et Brad Pitt à l'avant-première de «Maléfique», le 28 mai 2014, à Los Angeles | Charley Gallay / AFP

Après plus d'une décennie de fausses rumeurs, les prédictions des journaux people se sont enfin révélées exactes: Angelina Jolie demande le divorce d'avec Brad Pitt. Brangelina aura été le couple le plus adulé de «cette presse-là» depuis les débuts de leur relation en catimini. Fin 2004, sur le tournage de Mr. and Mrs. Smith, tout le monde est persuadé que les deux tourtereaux roucoulent, sauf que pendant des mois, personne n'est en mesure de le prouver.

En avril 2005, enfin, des photos surgissent. Pitt et Jolie sont en vacances au Kenya, accompagnés du fils de Jolie, Maddox. Sur une image bruitée, on voit Pitt se pencher vers le garçonnet de 3 ans et lui donner un jouet de plage. Une source anonyme déclare à Us Weekly «quand Brad parle au petit, son visage s'illumine et il rigole comme un fou». Vite, nos sels. Pitt endosse ses habits de papa poule, il n'est plus un vil queutard. Jolie, pieds nus dans le sable, incarne la maternité du XXIe siècle, adieu la briseuse de ménage. Sans oublier un timing impeccable: deux mois plus tard, Mr. and Mrs. Smith sort sur les écrans.

Dans la décennie qui suit, le couple et leur «tribu arc-en-ciel» ne cesse de fournir son eau au moulin des tabloïds. En 2006, Jolie donne naissance à leur premier enfant biologique. Deux ans plus tard, leurs jumeaux de trois semaines apparaissent en couverture de People. La famille parcourt la planète ensemble, arpente les tapis rouges ensemble, va faire ses courses ensemble, toujours sereins et parfaitement complémentaires.

La famille trop parfaite

Sauf que les jolies photos n'assurent pas toujours de grands tirages. «La famille photogénique a toujours l'air aussi parfaite», on fait mieux pour vendre du papier. Dès lors, quasiment depuis la première apparition publique du couple, les corbeaux les moins recommandables nous chantent l'imminence de leur divorce. «Brad Pitt: C'est FINI avec Angie» titrait Life & Style, en 2007. «Angelina humilie Brad», «Jen & Brad remettent le couvert», «Brad veut retourner avec Jen», etc. etc. À chaque nouvelle année, sa nouvelle tragédie. «L'ANNIVERSAIRE D'ANGELINA SE TERMINE EN CRISE DE LARMES», lisait-on en couverture d'In Touch en 2009, qui nous promettait de nous révéler «leurs plans de vie séparée». Pendant toutes ces années, ce sont littéralement des centaines d'articles qui nous ont raconté des versions différentes de la même histoire.

Après avoir crié au loup pendant dix ans, les journaux people n'ont aucun mérite à avoir vu juste cette année. Certes, Life & Style faisait sa couverture sur «LA RUPTURE» en avril et OK! ses choux gras avec «le divorce à 400 millions de dollars» en mai. Quelques semaines plus tard, selon In Touch, Pitt avait «largué» Jolie après une «crise de jalousie». Mais quelle personne sensée y aura accordé la moindre attention? Comme le résume si bien Gossip Cop: «Aujourd'hui, c'est vrai que Jolie et Pitt divorcent. Mais ces gros titres nourris aux conjectures pendant toutes ces années demeurent faux».

Un scénario bien rôdé

Le plus frappant avec ce divorce, c'est comment il nous prend de court, qu'importe qu'il ait été prophétisé depuis des lustres. Les lecteurs les plus futés n'ont pas été surpris par la fin de Bennifer ou de l'autre Bennifer. Ces phénomènes suivent un scénario bien rodé. Le couple passe visiblement de plus en plus de temps séparément, le mari se fait photographier à des heures indues, peut-être que la femme se confie dans des interviews et insiste sur le travail quotidien qu'exige le mariage. Quand la rupture est officiellement annoncée et que le couple implore qu'on respecte son intimité pendant cette période difficile pour tout le monde, cela faisait un bon bout de temps que l'issue semblait inévitable. Pas avec Brangelina. Au fil des ans, nous avons tellement été secoués de sirènes hurlantes et de fausses pistes sur ce divorce qu'on l'avait presque oublié. Ce qui rend le véritable «Brangelexit» d'autant plus stupéfiant.

Leur crédibilité venant enfin d'être attestée, les tabloïds ont désormais de quoi s'occuper avec les contrecoups de cette histoire: est-ce que Pitt a une aventure avec Marion Cotillard? Est-ce qu'ils se séparent vraiment à cause de désaccords éducatifs? Qui aura la garde des enfants? Et Jennifer Aniston, qui est enceinte à peu près depuis 1998, a-t-elle joué un rôle quelconque? Si cette rumeur se confirme elle aussi, va pas falloir dire qu'ils nous avaient pas prévenus.

Ruth Graham
Ruth Graham (9 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte