Science & santé

«Les hommes sont-ils tous lâches et immatures?»

Lucile Bellan, mis à jour le 20.09.2016 à 15 h 31

Cette semaine, Lucile conseille Luna, une jeune femme qui s'interroge si tous les hommes sont profondément immatures.

Summer Interior | d'Edward Hopper via Wikimedia CC License by

Summer Interior | d'Edward Hopper via Wikimedia CC License by

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes.

Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes, c’est ici.

Célibataire depuis quelques mois, j'ai quelques difficultés à tourner la page. Cela se traduit par un dégoût profond (n'ayons pas peur des mots) de mon ex et un questionnement sur les hommes et les relations de couple d'une manière générale. Et j'en arrive à un triste constat...

Je pense l'avoir pas mal idéalisé. La première chose qui m'a attirée chez lui est sa virilité et l'incroyable force qui semblait émaner de lui, mêlée de douceur.

Nous nous sommes rencontrés sur notre lieu de travail et profitions de nos pauses pour faire connaissance. Au bout de quelques semaines, le charme a véritablement opéré des deux côtés et nous avons décidé d'aller boire un verre. Enfin, disons que la proposition venait surtout de moi. Car sous ses airs de bonhomme viril, il est d'une incroyable timidité et ne parle pas beaucoup.

Manque de chance, je n'ai plus eu de nouvelles. Je ne le voyais plus au travail et ne comprenais pas son absence, sachant qu'il n'avait pas évoqué de vacances. Sa mère m'a contactée la veille de notre RDV pour m'annoncer qu'il était hospitalisé. C'est à ce moment que l'inquiétude ne m'a plus quittée.

Nous nous sommes revus quelques jours après pour enfin boire ce verre et il s'est un peu plus confié en m'expliquant qu'il connaît depuis quelques années certains troubles psychiatriques. Nous en discutions longuement. Il me disait que je le rassurais, le calmais. Qu'il se sentait bien avec moi. Bref, j'agissais comme un traitement. 

Il n'a pas connu beaucoup de filles et est resté de très nombreuses années célibataire. Avant de le rencontrer, j'ai également erré quelques années dans ce désert affectif. Après de nombreuses relations plus ou moins courtes, cette période m'a permis de prendre conscience de ce que je ne voulais plus mais surtout de ce que je souhaitais en matière de relation. J'ai réfléchi à mes erreurs passées, me promettant d'envisager les choses sous un autre angle. Et c'est ce qu'il s'est passé.

Je pense que la communication est essentielle dans un couple. Mais comme je le disais, lui est timide et ne parle pas facilement. Pour ce qui est de sa maladie, il se confiait généralement sans aucune difficulté. Mais je me suis aperçu que cet échange n'allait que dans un sens. Plus le temps passait, plus j'avais le sentiment qu'il me fallait être forte pour nous deux. Et mes doutes et mes peurs n'ont fait que s'accentuer. Bien souvent, il me disait qu'il ne savait comment faire, qu'il n'avait pas connu beaucoup de filles. Comme si je disposais d'un mode d'emploi préétabli pour notre relation. Par ailleurs, dans ses propos ou son attitude, j'avais l'impression d'avoir en face de moi un enfant. Et je n'exagère pas. Entre le fait qu'il s'amusait à parler avec une voix haut perchée de petit garçon ou qu'il usait d'expressions que l'on entend que dans les cours d'écoles, je me sentais de plus en plus larguée. Où était passé cet homme viril sur lequel j'avais flashé? M'étais-je trompé à ce point? 

Agir comme un enfant pour me sodomiser ensuite, était-ce une façon de punir inconsciemment sa mère?

D'un point de vue intime, c'était assez médiocre. La faute à son traitement conjugué à son manque d'expérience. Il me fallait souvent prendre les choses en main. J'idéalise peut-être mais il me semble que ce moment doit être synonyme de partage et d'échange, de fusion. Lui n'était pas curieux et se contentait de deux positions, le missionnaire ou la sodomie (il était fan). Il m'a fallu un peu de temps avec cette dernière. Mais ce n'est pas si désagréable que ça.

Je suis désolée de ces détails et la longueur du texte mais j'aimerais que vous compreniez mon état émotionnel actuel et le fait que je perde de plus en plus espoir. Progressivement, son immaturité, son égoïsme (jamais il ne cherchait à savoir si j'allais bien par exemple), la monotonie de nos rapports ont fait que je n'ai plus eu envie de le voir ou qu'il me touche. Il me prenait souvent dans ses bras mais j'avais l'impression d'un étau qui se resserrait. Je lui en ai parlé. À chaque fois, il me disait qu'il ne voulait pas me perdre et se tenait, tête baissée, le regard humide, encore une fois comme un enfant qu'on sermonnerait. «Je serai un homme pour toi», me promettait-il. Pour recommencer, une fois la tension redescendue, à prendre sa voix de petit garçon en recherche de «mon petit trou». (Ah! je commence à en sourire. Décidément vous écrire me fait du bien).

Aujourd'hui, je me demande s'il n'a pas fait un transfert par rapport à sa mère, avec qui il a des rapports très conflictuels comme elle veut tout régenter dans sa vie. Agir comme un enfant pour me sodomiser ensuite, était-ce une façon inconsciente de la punir? Et je suis en colère contre moi d'avoir pu lui servir d'objet. En colère d'avoir accepté tout ça, en colère face à son immaturité. J'entends souvent dire que les hommes sont lâches et immatures. Je ne veux pas faire de généralités et continue d'espérer que le contraire existe. Mais ça devient de plus en difficile et j'avoue être complètement paumée.

Luna

Chère Luna,

Si cela peut vous rassurer, je peux vous assurer que vous êtes tombée sur un cas particulièrement à part. Et si je comprends tout à fait votre désarroi, vous avez extrêmement peu de chance de trouver à nouveau un homme qui accuse les mêmes caractéristiques.

Ne vous sentez pas humiliée par cet épisode mais gardez votre colère et votre rage dans l’optique de trouver ce qui vous convient

Cette histoire qui vous met tant en colère, à raison, c’est une histoire de manipulation. Peut-être que l’état psychologique de cet homme ne lui permet pas d’exercer cette manipulation de façon consciente mais néanmoins les variations de son comportement et de ses propos lui ont permis de se jouer de vous. Dès le départ, il vous a attribué une fonction d’infirmière, de soignante et de confidente qui a déséquilibré votre relation. Cette responsabilité qu’il vous a imposé, vous a enchaîné à lui.

De votre côté, vous n’avez pas pu ou voulu voir l’accumulation de signes inquiétants et la mort peu à peu de votre désir de lui.

Cette mauvaise expérience vous devez la prendre comme une leçon. Pas la preuve que les hommes dans leur totalité sont immatures et lâches (ni même tous accro à la sodomie). Cette histoire que vous finirez sans doute par voir avec humour (une fois la saine colère passée) sera votre maître étalon de l’échec. Sentimentalement, humainement, physiquement, vous savez désormais clairement où vous ne voulez plus jamais aller. Vous savez ce que vous recherchez chez un homme, ce dont vous avez besoin pour vous sentir bien. Et je ne m’inquiète pas pour vous parce que vous savez déjà l’importance de la communication dans le couple, du partage et de l’échange.

Vous savez déjà que vous valez mieux que ça, que tout ça, ce n’est pas vous. Ne perdez pas espoir, construisez vous en opposition. Ne vous sentez pas humiliée par cet épisode mais gardez votre colère et votre rage dans l’optique de trouver ce qui vous convient, vous épanouit et vous excite vraiment. Cette histoire ne vous a pas détruite, non. Elle vous a grandi.

Lucile Bellan
Lucile Bellan (133 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte