Parents & enfants

Les femmes qui regrettent d'être mères, le symptôme d'une société qui va mal

Nadia Daam, mis à jour le 21.09.2016 à 16 h 41

Le phénomène des maternités forcées est le signe le plus poignant de l'échec des injonctions faites au femme de se consacrer pleinement à leurs enfants.

Capture du film Mommy

Capture du film Mommy

L'Allemagne a un problème. Et cela n'a rien à voir avec sa capacité d'accueil des réfugiés –soit la fabrication artificielle d'une crise que le pays saurait de toute façon surmonter. Les conséquences sont même bien plus graves, à long terme, qu'une «impréparation» à l'accueil de demandeurs d'asile ou qu'une poussée du populisme inquiétante mais guère indomptable ni inédite en Europe.

L'Allemagne est malade de la souffrance qu'elle impose aux femmes, de son incapacité à prendre la mesure du drame qui se joue en son sein et de sa cécité face à un phénomène qu'elle a elle-même crée. C'est ce que démontre de façon implacable et crue le débat «Regret Motherhood».

Les bonnes questions ont été posées dès 2015, par le biais de la publication d'une étude menée par la chercheuse israelienne Orna Donath. Cette dernière, farouchement décidée à ne pas avoir d'enfant, avait interrogé 23 mères israéliennes âgées de 20 à 70 ans, qui toutes affichaient leur regret d'avoir enfanté et affirmaient détester l'expérience de la maternité. Les témoignages recueillis, et les questions dérangeantes qu'ils charriaient, ont suscité des commentaires partout dans le monde, mais ont particulièrement remué l'Allemagne, bien plus tout autre pays. Et le débat, sans s'être tout à fait éteint, a repris avec plus de vigueur encore avec la publication d'un sondage mené par la société d’études de marché sur Internet YouGov, qui a conclu, qu'un allemand sur cinq (père ou mère) regrette d'avoir été parent et estime avoir fait une erreur en donnant naissance à leur(s) enfant(s)

«Les enfants, non merci»

Si le débat est si vif en Allemagne, c'est bien sûr parce qu'avec un taux de fécondité extrêmement bas (1,47 enfant par femme) et un déclin démographique annoncé comme une véritable menace méritant mines inquiètes et grandes manoeuvres, le pays ne s'attendait certainement pas à entendre de ses citoyens que «les enfants, non merci». «Plus jamais». «Un cauchemar». «Beurk». Mais aussi parce qu'il fait directement écho à la politique familiale archi défaillante de la république fédérale, et surtout, à une idéologie imposée aux femmes allemandes et qui repose totalement sur l'image de la figure maternelle sacrificielle et guérisseuse par opposition à celle de la femme nullipare, ou pire, mère indigne qui ne consacre pas l'entièreté de son temps à la progéniture.

En Allemagne, Une rabenmutter, c'est une femme qui a «abandonné ses enfants» en ayant le culot de continuer à travailler. Ou plus largement, de mener des activités hors du foyer

Et ceux, parmi les dirigeants ou tout autres responsables directs ou indirects du phénomène, qui feraient mine de tomber de leur chaise en apprenant que l'on pouvait regretter d'être parent, seraient, au mieux, de la mauvaise foi la plus crasse.

C'est qu'être mère en Allemagne, (et même parfois ailleurs, on y reviendra), pour dire les choses simplement: c'est la merde. Et ça crevait les yeux depuis fort longtemps. Y devenir parent, c'est une gageure, un combat de chaque instant à mener contre un système schizophrénique qui tout en encourageant les femmes à devenir mères, n'a de cesse de leur mettre des bâtons dans les roues.

«Mères corbeau»

L'Allemagne a, en effet, cette particularité dont elle n'a à tirer aucune espèce de fierté, d'avoir crée le sobriquet de «Rabenmutter» pour désigner toutes celles qui ne se sont pas pliés au dogme. Une rabenmutter, ou «mère corbeau», c'est une femme qui a «abandonné ses enfants» en ayant le culot de continuer à travailler. Ou plus largement, de mener des activités hors du foyer. Sont donc considérées comme indignes toutes celles qui n'ont pas, sitôt le placenta expulsé, et même avant, immédiatement cessé toute activité professionnelle ou tout autre interêt personnel.

Comment s'étonner alors que face à ce non-choix et à la la construction d'une opposition inconciliable (la vie ou les gosses), 40% des diplômées de l’enseignement supérieur de plus de 40 ans n’ont pas d’enfants. C'est que, même si elles sont largement encouragées à faire des enfants, la politique familiale allemande ne suit pas du tout ce tempo et semble considérer que le simple fait de devenir parents doit suffir et libèrer de tout autre désir ou contingence matérielle. Comme si la parentalité comblait et complétait à peu près tout.

En effet, rien n'y est fait pour faciliter la vie des parents: les structures d'accueil des jeunes enfants sont rares, et de toute façon, ternies par l'opprobre jeté sur celles qui ont l'audace de confier leur enfant à un tiers pour reprendre le travail. En 2012, dans le cadre d'une étude menée par l'Institut fédéral de recherche sur la population, à la question, «Un petit enfant (de moins de 3 ans) sera-t-il malheureux si sa mère exerce une activité professionnelle ?», 63% des Allemand(e)s de l’Ouest répondaient par l’affirmative, et 36% à l'Est.

Coûts très élevés

De toute façon, le manque de places en crèche ou en nourrice est criant, a peu fait l'objet de reformes radicales ou concluantes et paraît parfaitement dissuasif. Quant aux Kindergarten (vague équivalent de nos écoles maternelles), ils n'ont rien de très encourageants non plus: payants, encadrés par des éducateurs et non des professeurs, avec des temps d'adaptation trèès longs (ou le parent doit donc être mobilisé pour faire des aller-retour) et de toute façon saturés et trop peu nombreux pour satisfaire la demande. En 2013, 67% des Allemands interrogés pour un sondage ont avancé «des coûts trop élevés comme étant la principale raison pour laquelle ils ne fondaient pas une famille».

Pour ce qui est des procédures et des allocations versées aux parents et aux mères souhaitant, en effet, arrêter de travailler, elles ont tout du repoussoir: il est interdit de travailler pendant les six semaines de congé pré-natal et durant les huit semaines suivant l'accouchement. Les indemnités journalières durant cette période s'élèvent à à peine 13 euros. Les mères au foyer, pourtant tant encouragées à rester à la maison, peuvent elles aussi faire une croix sur une contrepartie financière qui rendrait la décision de cesser de travailler financièrement moins douloureuse: en juillet 2015, la cour constitutionnelle a invalidé la demande, formulée par les conservateurs, de verser une allocation mensuelle de 150 euros pour les parents d'enfant en bas âge qui les élève à la maison (pas de quoi faire bombance non plus).

La volonté franche et bienveillante d'encourager les mères à déculpabiliser n'aura que peu pesé face au discours vantant l'idée qu'une femme n'est complète que si elle a enfanté, et avec le sourire s'il vous plait

Et ne nous y trompons pas, si la republique fédérale allemande détient les specificités suscitées, cette dichotomie n'est en rien l'apanage de l'Allemagne. Si la politique familiale française paraît bien enviable en comparaison, nombreux sont les parents qui vous confieront mettre en veilleuse leur désir d'enfant, s'il existe, ou justifier en partie son absence, précisement parce qu'ils redoutent de se retrouver en difficulté quant il s'agira de mener de front vie familiale, sociale et professionnelle.

L'échec des «mauvaises mères»

Nombreux sont aussi ceux et surtout celles qui confient en chier, même s'ils s'empressent de préciser que bien sûr, ils aiment leur enfants. Ce phénomne du «regretting motherhood», c'est aussi peut-etre l'échec du contre-récit que proposait le mouvement des mères indignes (dont j'ai fait partie avec les coauteures du livre Mauvaises mères). Si des femmes, en Allemagne, ou ailleurs, confient regretter d'avoir des enfants, parce que cela les a freinés dans différents aspects de leur vie (sociale, professionnelle, amoureuse), c'est bien sûr parce que pèsent sur elles toutes les difficultés matérielles et structurelles (répartition des tâches, pénalisation des femmes après leur congé maternité...) mais aussi, peut-être, parce qu'elles ne sont pas parvenues à se libérer des diktats imposant le mythe de la maternité triomphante et du «tout pour mon enfant».

Si des Florence Foresti, Elisabeth Badinter, blogs, bouquins, films, spectacles, séries ont tâché d'envoyer valser les multiples injonctions faites au mères (fais de la purée maison, allaite le plus longtemps possible, POSE CE TELEPHONE OU CE BOUQUIN ET FAIS DES MARIONNETTES AVEC LES DOIGTS POUR BB1), mais que malgré toute subsiste ce phénomène de la maternité malheureuse, avec des femmes qui ont le courage de dire «si j'avais su, je l'aurais pas fait», c'est que le contre-discours, la volonté franche et bienveillante d'encourager les mères à ne pas se laisser marcher sur la gueule, à déculpabiliser n'aura finalement que peu pesé face au discours vantant l'idée qu'une femme n'est complète que si elle a enfanté, et avec le sourire s'il vous plait.

Tout cela n'a en rien empêché l'injonction à la maternité épanouie ou même à la maternité tout court, de tourner à plein régime, en Allemagne ou ailleurs. Que ce soit adressé à des actrices, des femmes politiques, ou des citoyennes anonymes.

«Bah fallait pas faire de gosse»

Sur Slate.fr, nous avons multiplié les articles pointant les regards paternalistes, injonctifs, faussement connivents et parfois franchement méchant à l'endroit des femmes sans enfants. Relayé les démarches militantes de ceux et celles qui veulent que les femmes cessent enfin d'être perçus collectivement comme des machines à enfanter. Il est desesperant de constater que tout cela est en réalité bien vain.

Car s'il existe des femmes qui confient regretter avoir eu des enfants, cela signifie bien que l'injonction en question peut être redoutablement efficace. Et que des femmes occultent ou tempèrent leurs doutes et interrogations, et font des enfants, parce qu'elles auront intégré que l'on attend d'elles qu'elles enfantent et que «tu verras, c'est que du bonheur». «Et ne vas surtout pas te plaindre».

Car c'est le corollaire de l'injonction à la maternité. Une fois que l'on a cédé, et enfanté, il ne s'agit surtout pas de déplorer tel ou tel aspect de la vie de parent publiquement. Et encore moins de remettre en question en bloc l'idée même de la parentalité. Il est plus que recommandé aux parents de ne surtout pas se plaindre d'un volet un peu chiant de leur nouvelle vie, car leur sera systématiquement opposé l'argument totalement con et en apparence imparable consistant à dire «bah fallait pas faire de gosse».

À chaque article pointant un aspect franchement désagréable de la parentalité, qu'il s'agisse du morcellement du temps libre, des nuits hâchées, de l'impossiblié de lire un livre de poche en moins de six mois, ou de la manière dont cela affecte une carrière professionnelle, il se trouvera toujours des dizaines de personnes pour protester que faire des enfants est un choix, et que le statut de parent n'a donc jamais à faire l'objet de plaintes, de chouineries, ou de remise en question: «Personne t'a forcée à faire des gosses, alors ferme ta gueule».

L'étude menée par Yougov révélait que la même proportion d'hommes que de femmes regrettait d'être parent, mais la grande majorité des articles sur le sujet n'ont porté que sur les mères

Et les pères dans tout ça

C'est odieux, facile et surtout faux. Car réduire au silence ceux et celles qui questionnent leur statut de parent, s'en plaignent, voire qui le regrettent purement et simplement, c'est nier la notion de «maternité forcée», qui repose bel et bien sur un système pervers et existant.

Et l'on parle bien ici de «maternité forcée». Alors, et c'est très révélateur, que l'étude menée par Yougov révélait que la même proportion d'hommes que de femmes regrettait d'être parent, la grande majorité des articles sur le sujet n'ont porté que sur les mères. Le hastag découlant de la polémique –#regrettingmotherhood– met lui aussi uniquement l'accent sur les femmes, alors même qu'il se trouve des hommes pour ressentir et exprimer les mêmes opinions.

C'est que la paternité forcée et malheureuse, elle, n'est plus taboue et ne méritait donc probablement pas de figurer dans les titres faisant mention du phénomène. Je vais avancer là un sentiment tout à fait personnel et statistiquement pas étayé: j'ai souvent croisé des hommes qui se plaignaient ouvertement de l'existence de leur progéniture, voire qui exprimaient clairement que «c'était mieux avant». Sans que cela ne choque plus que ça.

«Enfant dans le dos»

La paternité forcée au sens le plus littéral du terme a même déjà fait l'objet de nombreux articles et enquêtes, bien avant que l'idée même qu'une mère puisse regretter d'être mère ait emergé. Ces hommes à qui on a fait des enfants dans le dos, qui sont devenus pères malgré eux, suscitent généralement empathie et bienveillance. On les plaint, on se dit que quand même, la fille qui a fait ça est une sale égoïste et qu'il a bien le droit, vu qu'il a rien demandé, de se dire «père malgré lui». Et on éxonère au passage les hommes de leur responsabilité quant à la contraception et à la protection contre les MST.  

Pourtant, des femmes sont parfaitement en droit d'affirmer qu'elles sont elles aussi mères malgré elles, ou comme l'a formulé l'actrice Anémone, qu'elles se sont faits «un enfant dans le dos», sous-entendant ainsi qu'elles ont mis sous le tapis leur non-désir d'enfant pour se soumettre au désir d'autrui (père, mère, conjoint, ou n'importe quelle figure dominante ayant imposé avec succès sa vision du processus physiologique supposé d'une femme).

Et si l'on admet avec autant de facilité qu'un homme puisse être «piégé» par la maternité, peut-être faudrait-il faire l'effort d'admettre qu’il peut en aller de même pour les femmes. Et remettre en cause l’idée qui voudrait que le bien-être de l’enfant repose entièrement sur la mère. Et inversement.

Nadia Daam
Nadia Daam (175 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte