Monde

Le fils de Trump compare les réfugiés syriens à des bonbons potentiellement empoisonnés

Temps de lecture : 2 min

La logique est simple: si quelques bonbons (ou réfugiés) sont empoisonnés, il faut tous les rejeter.

Capture
Capture

Pour Donald Trump Jr., un des trois fils de Donald Turmp, la crise des réfugiés syriens est extrêmement simple: certains réfugiés sont dangereux, donc il ne faut accepter aucun réfugiés aux États-Unis. Pour résumer son propos, Trump Jr a choisi une analogie susceptible de parler aux Américains moyens: réfugiés = bonbons.

«Si j'avais un bol de Skittles et que je vous disais que trois d'entre eux peuvent vous tuer. Est-ce que vous en prendriez une poignée? Voilà notre problème avec les réfugiés syriens.»

Trump Jr. a accompagné cette image, qui porte le logo officiel de la campagne de Trump, du commentaire suivant:

«Cette image résume parfaitement la situation. Finissons-en avec l'agenda politiquement correct qui ne fait pas passer l'Amérique en premier.»

«Ce ne sont pas des Skittles»

La semaine dernière, ce fils Trump avait déjà créé la controverse avec une étrange référence aux camps de concentration. Pour critiquer la presse, qui est selon lui dans la poche d'Hillary Clinton, il avait déclaré que si les républicains mentaient autant que Clinton, les journalistes «seraient déjà en train de préparer les chambres à gaz» pour eux.

De nombreux internautes ont répondu au commentaire sur les Skittles avec des photos d'enfants syriens, comme ici:

«Ce ne sont pas des Skittles @DonaldJTrumpJr.»

Le chanteur John Legend, qui est très critique de Trump sur les réseaux sociaux, s'est moqué de la logique fallacieuse de ce tweet.

«Il y a une toute petite chance que n'importe qui puisse être un meurtrier. Débarassons-nous de tout le monde maintenant!!! #trumplogic»

Le message de Donald Trump Jr. fait suite à l'arrestation d'Ahmed Khan Rahami un citoyen américain d'origine afghane, suspecté d'avoir fait exploser des bombes à New York et dans le New Jersey le 18 septembre. Bien que Rahami ne soit ni réfugié ni syrien, Trump a fréquemment lié les problèmes de terrorisme aux États-Unis à l'arrivée de réfugiés, et appelé à l'interdiction de tous les musulmans sur le territoire américain.

Serpents

Après les attentats du 13 novembre à Paris, une comparaison similaire avait circulé sur Twitter, mais avec des M&Ms au lieu des Skittles, même si encore une fois, les terroristes n'étaient pas des réfugiés:

«J'ai un bol de dix mille M&Ms, dont dix sont empoisonnés. Combien de gens de gauche bien pensants vont en prendre une poignée? #RéfugiésSyriens»

Comme le note avec ironie le journaliste Mehdi Hasan, la comparaison avec des bonbons est peut-être une avancée, dans la mesure où Trump a plusieurs fois comparé les réfugiés à des serpents qui mordent la personne qui les accueille.

«D'habitude, les Trumps comparent les réfugiés syriens à des serpents donc en fait les Skittles, c'est plutôt un progrès.»

Trending topic

Beaucoup ont également pensé à l'embarras dans lequel se trouverait bientôt le community manager de la marque Skittles, qui devient malgré elle associée au fils de Trump et à la guerre civile en Syrie.

«Quand le directeur de communications de Skittles découvre pourquoi tout le monde parle de Skittles sur Twitter...»

Newsletters

Les «chiens de thérapie» font fureur sur les campus américains

Les «chiens de thérapie» font fureur sur les campus américains

Ces animaux aident les étudiants à surmonter leur stress.

Un Américain dépense 57.000 dollars de son prêt de secours Covid dans une carte Pokémon

Un Américain dépense 57.000 dollars de son prêt de secours Covid dans une carte Pokémon

Cet homme est inculpé pour fraude fiscale par le gouvernement fédéral.

Un écrivain turc doit-il avoir fait de la prison pour plaire aux jurys littéraires français?

Un écrivain turc doit-il avoir fait de la prison pour plaire aux jurys littéraires français?

Le prix Femina étranger 2021 a été attribué à «Madame Hayat» (Actes Sud), un véritable hymne à la liberté, conçu et écrit derrière les barreaux par le Turc Ahmet Altan.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio