Monde

La famille du suspect des explosions de New York avait fait un procès à la police pour discrimination

Temps de lecture : 2 min

Des proches d'Ahmad Khan Rahami avaient fait un procès accusant les autorités de la ville d'Elizabeth de harcèlement et discrimination anti-musulmans.

Inden, NJ le 19 septembre: des membres du Federal Bureau of Investigation (FBI) travaillent sur le site où Ahmad Khan Rahami, suspect dans les explosions de NY, a été arrêté DREW ANGERER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Inden, NJ le 19 septembre: des membres du Federal Bureau of Investigation (FBI) travaillent sur le site où Ahmad Khan Rahami, suspect dans les explosions de NY, a été arrêté DREW ANGERER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

La famille d'Ahmad Khan Rahami, qui a été arrêté comme suspect principal des explosions qui ont fait plusieurs blessés à New York et dans le New Jersey le 18 septembre, est depuis plusieurs années en conflit avec les autorités locales de leur ville d'Elizabeth dans le New Jersey.

En 2011, des membres de la famille Rahami avaient fait un procès à la police, aux autorités locales et à un voisin qu'ils accusaient de discrimination et de harcèlement anti-musulmans, rapporte le New York Times.

Depuis 2002, les Rahamis sont propriétaires de First American Fried Chicken, un restaurant de fast food spécialisé dans le poulet frit, qui était au départ ouvert 24 heures sur 24.

«Le restaurant, dans lequel travaillaient Ahmad et certains de ses frères, représentait une telle nuisance que la ville avait forcé les propriétaires à fermer plus tôt» a expliqué J. Christian Bolwage, le maire d'Elizabeth.

De nombreux résidents du voisinage s'étaient en effet plaints aux autorités de problèmes de bruit et d'attroupements tumultueux tard la nuit.

En 2009, deux frères avaient été arrêtés lors d'une confrontation avec la police après que des officiers étaient venus au restaurant pour leur présenter une assignation, et en 2011, le père Rahami avait dû payer une amende pour ouverture tardive non autorisée.

Selon l'action judiciaire intentée par les Rahamis, qui sont originaires d'Afghanistan, ces derniers étaient victimes de discrimination «liée à la race, la religion et l'origine nationale.» Ils accusaient notamment un de leurs voisins d'avoir dit que les musulmans «n'avaient rien à faire ici» et causaient «trop de problèmes dans le pays».

Le voisin en question, James Dean McDermott, a expliqué au New York Times que ses plaintes étaient uniquement liées au comportement des clients, dont certains traînaient dans son jardin et urinaient dans l'allée où sa voiture était garée.

Selon le maire d'Elizabeth, ces plaintes «n'avaient rien à voir avec l'ethnicité ou la religion.»

Le procès est techniquement toujours en cours mais a été temporairement suspendu depuis qu'un des fils a plaidé coupable d'avoir empêché la police de procéder à une arrestation dans le restaurant en 2009.

Le 19 septembre, la police a fouillé l'appartement situé au dessus du restaurant, où résidait Ahmad Khan Rahami.

Newsletters

Mais à quoi joue Macron sur la scène internationale?

Mais à quoi joue Macron sur la scène internationale?

Le président français entend rebattre les cartes de l'OTAN et de l'Union européenne. Plus vite le reste de l'Europe y verra une aubaine, mieux ce sera.

Haute mer, le Far West des océans

Haute mer, le Far West des océans

Entre pêche illégale et traite d'êtres humains, les eaux internationales constituent un espace de non-droit que les institutions ont toutes les peines à réguler.

Il y a trente ans, un pasteur hongrois précipitait la chute de Ceaușescu

Il y a trente ans, un pasteur hongrois précipitait la chute de Ceaușescu

Le 16 décembre 1989, les autorités exfiltraient le religieux anticommuniste László Tőkés de son église de Timișoara: l'étincelle qui allait déclencher la révolution roumaine.

Newsletters