Culture

Le top 10 des films d'horreur de Martin Scorsese

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran de The Innocents
Capture d'écran de The Innocents

A quelques jours d'Halloween, Martin Scorsese présente sur le Daily Beast la liste de ses dix films d'horreur préférés.

Premier du classement, The Haunting (La Maison du Diable en français), film de Robert Wise que le cinéaste qualifie d'«absolument terrifiant».

Vient ensuite Isle of the Dead, de Val Lewton, sur des victimes de la peste, prisonnières sur une île.

En troisième position: The Uninvited, au «ton délicat» et à l'atmosphère tout aussi puissante que dans La Maison du Diable.

Quatrième: The Entity (L'Emprise). Barbara Hershey y joue une femme violée et enlevée par une force invisible. «La banalité du décor, selon Scorsese, une maison moderne californienne, accentue sa capacité à dérouter».

Les autres favoris de Martin Scorsese sont Au coeur de la nuit, L'Enfant du diable, Shining, L'Exorciste, Rendez-vous avec la peur, Les Innocents, Psychose.

[Lire l'article complet sur The DailyBeast]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Capture d'écran de The Innocents

Newsletters

Pourquoi le premier épisode de Buffy est toujours parfait (ou presque)

Pourquoi le premier épisode de Buffy est toujours parfait (ou presque)

Ça fait 23 ans que le pilote de Buffy contre les vampires a été diffusé à la télévision américaine. En France, on l'a découvert en 1998 sur M6 pendant la «Trilogie du samedi». Pour ce hors-série de Peak TV, retour sur un premier épisode...

«Tout simplement noir», pour rire de l'infernal chaudron identitaire

«Tout simplement noir», pour rire de l'infernal chaudron identitaire

La comédie de Jean-Pascal Zadi et John Wax convie un grand nombre de têtes d'affiche issues des dites «minorités visibles» pour interroger les impasses du communautarisme.

Les fans de films d'horreur semblaient mieux préparés à la pandémie de Covid-19

Les fans de films d'horreur semblaient mieux préparés à la pandémie de Covid-19

Maîtriser la peur n'a pas été difficile pour ces adeptes des frissons.

Newsletters