Culture

Le top 10 des films d'horreur de Martin Scorsese

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran de The Innocents
Capture d'écran de The Innocents

A quelques jours d'Halloween, Martin Scorsese présente sur le Daily Beast la liste de ses dix films d'horreur préférés.

Premier du classement, The Haunting (La Maison du Diable en français), film de Robert Wise que le cinéaste qualifie d'«absolument terrifiant».

Vient ensuite Isle of the Dead, de Val Lewton, sur des victimes de la peste, prisonnières sur une île.

En troisième position: The Uninvited, au «ton délicat» et à l'atmosphère tout aussi puissante que dans La Maison du Diable.

Quatrième: The Entity (L'Emprise). Barbara Hershey y joue une femme violée et enlevée par une force invisible. «La banalité du décor, selon Scorsese, une maison moderne californienne, accentue sa capacité à dérouter».

Les autres favoris de Martin Scorsese sont Au coeur de la nuit, L'Enfant du diable, Shining, L'Exorciste, Rendez-vous avec la peur, Les Innocents, Psychose.

[Lire l'article complet sur The DailyBeast]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Capture d'écran de The Innocents

Newsletters

«La femme qui s'est enfuie», trois pas vers la perfection

«La femme qui s'est enfuie», trois pas vers la perfection

Entièrement construit autour de personnages féminins, le nouveau film de Hong Sang-soo invente une nouvelle tonalité à son exploration délicate, parfois cruelle et souvent drôle, des mille brins d'émotion qui tissent l'existence quotidienne.

Covid-19 et amours à distance: trois conseils pour bien gérer sa relation aux écrans

Covid-19 et amours à distance: trois conseils pour bien gérer sa relation aux écrans

Un amour peut-il durer et se fortifier uniquement au travers d’un quotidien rythmé par le virtuel? C’est la question que pose, avec subtilité et émotion, A cœur battant, le film de la réalisatrice israélienne Keren Ben Rafael, qui sort le 30 septembre sur les écrans.

Il y a vingt ans, Lunatic plongeait le rap français dans le noir

Il y a vingt ans, Lunatic plongeait le rap français dans le noir

L'unique album du duo, «Mauvais Œil», célèbre ses 20 ans. L'occasion de rappeler que ce classique est né d'un long cheminement de violence musicale et de marketing hors des codes.

Newsletters