Sciences

Voilà comment la décision d’un pape a rendu les poules plus grosses

Temps de lecture : 2 min

En interdisant aux Catholiques de manger des animaux à quatre pattes pendant 130 jours par an, un Pape a précipité l’évolution des poules.

Hens | Steven Lilley via Flickr CC License by
Hens | Steven Lilley via Flickr CC License by

Aujourd’hui, si vous vous promenez dans une basse-cour, vous verrez généralement des poules assez dodues et qui pondent toute l’année. Mais ce ne fut pas toujours le cas. Il y a plus de 1000 ans, les poules étaient bien plus fines, et pondaient de manière sporadique. Qu’est-ce qui a donc poussé à cette transformation?

Le décret d’un pape, explique Science magazine. C’est la décision de l’Eglise catholique d’interdire de se nourrir d’animaux «à quatre pattes» pendant 130 jours par an qui aurait poussé de nombreuses personnes à se reporter sur l’animal à deux pattes, favorisant la sélection génétique et la transformation des poules. Auparavant, les poules et les coqs étaient plutôt utilisés pour les combats, ou en guise d’ornement.

Impact humain

Un nouveau gène, appelé récepteur de la TSH (thyroid stimulating hormone receptor), est apparu à cette époque, qui joue un rôle sur la grosseur des poules et leur fait donner des œufs toute l’année. L’analyse de l’ADN de poules issues de sites archéologiques de l’époque, au Royaume-Uni, montrent que ce gène a très vite été présent chez près de 40% des gallinacées analysées.

Ce qui fait dire à Ludovic Orlando, généticien à l’Université de Copenhague, que «les décisions des humains peuvent avoir un impact énorme sur l’évolution de leur environnement».

Newsletters

Pourquoi il est si difficile de créer l'équivalent d'un alcootest pour le cannabis

Pourquoi il est si difficile de créer l'équivalent d'un alcootest pour le cannabis

Avec la légalisation de la marijuana dans plusieurs États américains, la question commence à se poser.

Laisser 50% de la Terre à l'état sauvage pour la sauver, bonne ou mauvaise idée?

Laisser 50% de la Terre à l'état sauvage pour la sauver, bonne ou mauvaise idée?

Edward O. Wilson, scientifique mondialement reconnu, propose une alternative radicale pour enrayer la sixième extinction de masse.

Parler de «climato-sceptiques», c'est leur faire une faveur

Parler de «climato-sceptiques», c'est leur faire une faveur

Qualifier celles et ceux qui nient le changement climatique de sceptiques est non seulement un non-sens, mais également une défaite dans la bataille des mots et des idées.

Newsletters