France / Life

La honte d'être parisien

Temps de lecture : 2 min

Image de une: flickr voiture
Image de une: flickr voiture

Depuis le 15 avril, et la mise en place du nouveau système d'immatriculation des véhicules, les automobilistes peuvent choisir le numéro de département et le logo régional qui figurent sur les plaques de leur voiture, et ce quel que soit leur domicile. Il semblerait que les Parisiens ne plébiscitent pas le 75, rapporte le quotidien Le Parisien.

Selon les fabricants, la baisse des demandes de plaques «Paris» est évidente. «Avant le SIV, les "75" représentaient 4,4 % du total des plaques imprimées, explique Franck Chevalier, directeur marketing de Faab-Fabricauto, qui détient 80 % du marché. Depuis avril, cette proportion est descendue à 1,7 %.» Le nombre d'immatriculations étant resté à peu près constant, cela veut dire que plus d'un Parisien sur deux opte désormais pour un autre département que le sien.

Pire que le 75: pour le 93 (la Seine-Saint Denis) et le 92 (les Hauts-de-Seine).

[Lire l'article complet sur Le Parisien.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: flickr voiture

Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters