Société

À Los Angeles, un acteur lance un business de promenade de gens

Temps de lecture : 2 min

Après les promeneurs de chiens, voici le promeneur de personnes.

Un flyer pour The People Walker.
Un flyer pour The People Walker.

Chuck McCarthy comptait devenir célèbre en étant acteur à Los Angeles, mais pour l'instant, c'est son boulot alimentaire qui fait parler de lui. En effet, McCarthy est officiellement le premier people walker, ou «promeneur de gens», des États-Unis, rapporte le Guardian.

«J'ai pensé à être promeneur de chiens mais je ne voulais pas ramasser de crottes de chien... personne ne veut faire ça», explique l'acteur dans une vidéo postée sur sa page Facebook.

Dans un esprit très rétro, McCarthy s'est fait connaître en postant des affichettes papier dans son quartier.

«Vous n'aimez pas marcher seul? Vous ne voulez pas que les gens vous voient marcher seul et qu'ils pensent que vous n'avez pas d'amis? Vous avez besoin d'un Promeneur!», proclame le flyer.


Depuis qu'il a lancé ce business, il y a quelques mois, McCarthy dit avoir reçu des centaines d'emails et avoir recruté cinq autres promeneurs. De nombreux clients semblent être des journalistes, car la modeste entreprise de Chuck a déjà été mentionnée dans la presse américaine, allemande et norvégienne.

Les marcheurs ne cherchent pas forcément à avoir des conversations profondes avec McCarthy, mais juste un peu d'interaction humaine, pouvoir papoter avec quelqu'un qui les motive à sortir de chez eux.

Le service a même l'air d'être utilisé par des personnes à peu près normales:


L'ambition de McCarthy, au-delà du cinéma, est de lever des fonds pour pouvoir faire appel à des professionnels qui pourraient créer une application mobile, une sorte d'Uber de la marche.

Mais pour l'instant, le charme de son entreprise est son côté amateur et bon marché: il porte notamment un t-shirt avec «People Walker» écrit au feutre, au lieu d'avoir un logo professionnel. Il explique que certains clients lui demandent de ne pas le porter car ils se sentent un peu ridicules de marcher aux côtés d'un promeneur professionnel.

Newsletters

Non, la Vegan Society ne demande pas la fin des biscuits en forme d'animaux

Non, la Vegan Society ne demande pas la fin des biscuits en forme d'animaux

Sur Twitter, certains ont pris la défense des Dinosaurus jusqu'à leurs dernières miettes. Pourtant, l'info de départ était fausse.

Mauvais procès

Mauvais procès

Faut-il arrêter de baiser pour être heureux? Réponses avec le podcast «Vivre sans sexualité»

Faut-il arrêter de baiser pour être heureux? Réponses avec le podcast «Vivre sans sexualité»

Pour «LSD, la série documentaire» de France Culture, Ovidie et Tancrède Ramonet explorent l'abstinence sexuelle, voulue ou non. Une écoute qui bouscule notre vision de la sexualité.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters