Culture

Un homme arrêté pour avoir roulé à 88 miles à l'heure… dans une DeLorean

Temps de lecture : 2 min

Il a juré ne pas avoir tenté de retourner dans le passé.

Image extraite d'un passage du film «Retour vers le futur»

Nigel Mills, 55 ans, s’est payé un jour le véhicule de ses rêves: une DeLorean, voiture mythique du film Retour vers le futur qui permet à Marty McFly et au professeur Brown de voyager dans le temps. Dans le film, pour briser le continuum de l’espace-temps, il faut atteindre la vitesse de 88 miles par heure, soit 141 km/h.


Bizarrement, cette voiture et ce film ont joué un vilain tour à Nigel le jour où il a été arrêté au volant de sa voiture après un pic de vitesse… à 88 mph. Sur son site, le Guardian explique que l’homme, qui ne prend la DeLorean qu’occasionnellement, a été flashé près de Margaretting, au nord-est de Londres.

«Je n’essayais pas de voyager dans le temps, jure-t-il pourtant. Il était onze heures du matin un dimanche et la route était parfaitement libre.»

Selon lui, la seule chose qu’on pourrait lui reprocher, c’est de faire ralentir les autres conducteurs, qui s’empressent de prendre sa voiture en photo.

Le Guardian, décidément très au fait sur cette affaire, précise qu’aucun détail sur la présence ou non d’un condensateur de flux dans le véhicule, indispensable pour traverser le temps, n’a été dévoilé.

Mills n’en n’aura de toute façon pas besoin pour retourner dans le passé et éviter sa contravention: les policiers qui l’ont interpellé n’étaient pas présents au moment du jugement et les charges ont été abandonnées.

Slate.fr

Newsletters

Une rentrée 2019 sous le signe des arts lyriques à l’Opéra-Comique

Une rentrée 2019 sous le signe des arts lyriques à l’Opéra-Comique

En cet automne, (re)découvrez une scène historique de la capitale qui met à l’honneur le répertoire lyrique français tout en faisant la part belle à la création contemporaine et aux innovations artistiques

«Martin Eden», la légende du siècle

«Martin Eden», la légende du siècle

Le film de Pietro Marcello réinvente le grand livre de Jack London pour une traversée hallucinée et lucide d'un passé porteur des promesses, des menaces et des fantômes du présent.

«Sorry for Your Loss», pour en finir avec le deuil parfait

«Sorry for Your Loss», pour en finir avec le deuil parfait

La télévision n'a plus peur d'aborder les questions de santé mentale, et elle commence à comprendre comment le faire intelligemment. La preuve avec «Sorry for Your Loss».

Newsletters