Culture

Les bronzes d'YSL achetés par un Chinois

Temps de lecture : 2 min

L'acheteur est chinois et refuse de payer.

Nouveau rebondissement dans l’affaire des bronzes chinois de la collection Pierre Bergé-Yves Saint Laurent. L’acheteur est Chinois et il n’a pas l’intention de payer. «Durant les enchères, les deux pièces avaient atteint la somme de 15,7 millions chacune lors de leur acquisition par un acheteur anonyme», rappelle Le Figaro.

L’acheteur est finalement Cai Mingchao, collectionneur d'art et expert en antiquités, selon le fonds du patrimoine national de Chine. Les deux bronzes, pillés par les troupes britanniques et françaises lors du sac du Palais impérial de Pékin en 1860, ont été réclamés vigoureusement par le gouvernement chinois avant et pendant la vente aux enchères organisée par Christie’s. Pierre Bergé avait proposé à la Chine de les céder gratuitement, si elle «appliquait les droits de l'Homme, rendait la liberté aux Tibétains et acceptait le dalaï-lama sur leur territoire».

En savoir plus:

Newsletters

Une nouvelle génération de filles réveille le pop punk

Une nouvelle génération de filles réveille le pop punk

Elles ont largement été influencées par le rock Disney des années 2000.

«Nous n'oublierons pas»: comment se transmet la mémoire de la Shoah au sein des familles de survivants

«Nous n'oublierons pas»: comment se transmet la mémoire de la Shoah au sein des familles de survivants

L'éditeur David Moscovici publie dans un nouveau format «910 jours à Auschwitz», le témoignage de son grand-oncle Lazar Moscovici, seul survivant de sa famille déportée au camp.

Alain Damasio oralise «Les Furtifs», une prouesse à mi-chemin entre le concert rock et le théâtre épique

Alain Damasio oralise «Les Furtifs», une prouesse à mi-chemin entre le concert rock et le théâtre épique

Dans son concert-lecture «Entrer dans la couleur», l'écrivain donne à voir un spectacle caméléon, inclassable.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio