FranceCulture

Eric Le Boucher: je déteste Astérix et suis pour César

Eric Le Boucher, mis à jour le 29.10.2009 à 16 h 18

Je suis pour la civilisation gréco-romaine.

Cinquantenaire du premier album? Bigre! cela fait donc tant de temps que cela que ce nabot m'énerve au plus haut point! J'ai essayé de mettre le plus de distance entre ce gros pif et moi, n'ayant lu que rarement ses «aventures», et quittant la table dès que la conversation tombait sur le sujet. Je me serais d'ailleurs bien dispensé d'en parler mais mes amis de Slate ont été amusés par mon aveu public: «je déteste Astérix». Et, comme toujours chez les journalistes, est immédiatement tombé le «écris-le». M'y voici.

J'aime bien les gauloiseries, je vous assure, mais je déteste ce gaulois. Il m'horripile. Tout m'horripile dans ce micro village, réserve de furieux fiers d'eux. L'humour bâclé des noms d'abord: Astérix, Obélix, Assurancetourix... Franchement désopilant non? Non. Nul. Et ça devient pire plus loin: le marseillais Labeldecadix, et jusqu'au suisse Petisuix! Trop drôle. Quelle finesse.

Les personnages ensuite. Ce barde crétin, ce chef du village crétin, ce poissonnier crétin. Ça me tombe des mains. Le plus imbécile étant le pitoyable Obélix. Comment peut-on bien aimer un crétin? Je n'ai jamais pu. Un crétin est un personnage contre lequel je n'ai aucune haine, voyez-vous, mais qui ne m'intéresse pas. Je tourne les talons. Je fuis la connerie. Je fuis Astérix.

Mais le petit, il est malin. C'est la victoire du futé contre la force, celle des légionnaires. Ah bon? Sauf que c'est faux. Les armées romaines étaient admirables d'intelligence et elles ont, en vrai, battu des ennemis bien plus nombreux qu'eux. L'intelligence, elle est italienne! Aux yeux de l'histoire, donc à mes yeux, c'est le Gaulois qui représente la brute.

Les «aventures» aussi: recueil complet des âneries et lieux communs sur les pays traversés. Et le Français-Gaulois qui triomphe toujours de ces brutes et de ces sauvages d'étrangers. Comme les plus sauvages étaient à mes yeux les dits-Gaulois, j'ai toujours du mal à me réjouir.

Car la vérité je vous la dois: je déteste Astérix parce que je suis pour César. Je suis pour les Romains. Je suis pour la civilisation greco-romaine, je suis furieux de voir ces imbéciles lutter contre le progrès, l'art, les routes, les aqueducs, les thermes et caetera.

Oh je sais la réponse: que fais-tu de la «résistance» à l'envahisseur, de la ferté nationale et tout le tralala? Oui, je sais, l'envahisseur civilisateur, ça se discute. Je sais aussi, ayant un peu lu, que la civilisation gauloise était en réalité avancée. Bien plus que cela ne paraît dans ce village d'archaïques. Mais justement! Astérix m'énerve parce que c'est un monument de la franchouillardise la plus obtuse. Tout notre mauvais chauvinisme, tous nos travers nationalistes, notre conservatisme, sont concentrés là. Une célébration de la pire France. C'est ça qui est drôle?

Bah non, je ne trouve pas. Ça ne me fait pas rire, cela me désole.

La seule qui me plaise dans toutes ces pages est évidemment la belle blonde, Falbala. Super. Tout ce qu'il faut. Mais elle est aussi bête que tous les autres. Que fait-elle avec eux? Pourquoi ne dit-elle pas«oui» à Jules?

Eric Le Boucher

Lire également notre blog sur la BD: Des bulles carrées

Image de Une: Obélix et Astérix  Reuters

Eric Le Boucher
Eric Le Boucher (543 articles)
Cofondateur de Slate.fr
AstérixBD
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte