Tech & internetMonde

Un mème de grenouille néo-nazie s'est invité dans la présidentielle américaine

Claire Levenson, mis à jour le 15.09.2016 à 11 h 22

Hillary Clinton vient de dénoncer le mème de Pepe la grenouille utilisé par les suprémacistes blancs fans de Trump.

Le 13 septembre, le site officiel d'Hillary Clinton a publié un article intitulé «Donald Trump, Pepe la grenouille et les suprémacistes blancs: une explication». L'équipe de la candidate démocrate tenait à informer les Américains au sujet d'un mème de grenouille qui circule sur internet, et qui «est plus sinistre que vous ne pensez».

Le dessin de Pepe la grenouille, né il y a dix ans sous le crayon du dessinateur Matt Furie, a commencé sa vie de manière tout à fait innocente dans une bande dessinée, avant de devenir un mème populaire utilisé pour décrire son état d'esprit en ligne. Des stars comme Nicki Minaj et Katy Perry l'ont par exemple utilisé de manière humoristique sur Twitter et Instagram.

Mais depuis les débuts de la campagne de Trump en 2015, la grenouille est devenue un symbole de ralliement des suprémacistes blancs américains, une transformation qui a commencé sur des forums pro-Trump de 4chan. Pepe est devenu la mascotte semi officielle de la droite alternative, l'«alt-right», une mouvance hétéroclite préoccupée par la défense des Américains blancs, considérés comme assiégés par l'immigration, le féminisme et le multiculturalisme.

Les «Déplorables»

Cette constellation de militants, la plupart anonymes et sans leader défini, est passée maître dans l'art du harcèlement en ligne. Parmi leurs modes d'action typiques: photoshopper des uniformes de camp de concentration sur des journalistes juifs et poster des images de singe pour se moquer d'une actrice afro-américaine.

Ces derniers mois, Pepe la grenouille est apparu déguisé en néo-nazi, en Hitler et en Trump, et de nombreux comptes Twitter d'extrême droite utilisent ce dessin pour s'identifier. Par exemple, un compte se revendiquant de l'alt-right (ci-dessous) a posté un Pepe en uniforme de SS avec une casquette MAGA, soit les initiales du slogan de Trump «Make America Great Again».

Si l'équipe de Clinton a pris la décision d'expliquer le phénomène Pepe la grenouille, c'est parce que le fils de Trump, Donald Trump Jr., qui est aussi un de ses proches conseillers, a tweeté une image contenant ce mème. Ce post intitulé «les Déplorables» est une réponse à la remarque de Clinton, qui a dit le 9 septembre lors d'une réunion publique que la moitié des électeurs de Trump pouvaient être mis dans le «panier des déplorables» (ou pitoyables), c'est-à-dire des gens «racistes, sexistes, homophobes, xénophobes, islamophobes.» 

Attendez, est-ce que c'est Pepe?

Depuis, les fans de Trump se sont réappropriés le terme «déplorable», et il existe déjà des T-shirts avec le slogan: «fier membre du panier des déplorables». Parmi ces déplorables, il y a tous ceux que l'on voit sur l'image retweetée par le fils de Trump, un détournement de l'affiche du film The Expendables qui a été créé et partagé sur des sites suprémacistes blancs.

En août, Trump a embauché un nouveau directeur de campagne qui était à la tête de Breitbart News, un des sites de référence de l'alt-right

Autour du milliardaire new-yorkais, on trouve son fils Donald Jr., Pepe la grenouille, l'ancien maire de New York Rudy Giuliani et Alex Jones (deuxième à partir de la droite), un présentateur radio fan de Trump qui pense que la fusillade de Sandy Hook était une mise en scène créée par le gouvernement pour limiter le port des armes. Tout à gauche, il y a Roger Stone, un ancien conseiller de Trump qui pense que les Clinton ont fait assassiner une quarantaine de personnes qui gênaient leur ascension. Sur Instagram, Donald Jr. s'est dit «honoré» d'avoir été placé en leur compagnie.

La vieille dame et la grenouille

Pour l'équipe de campagne de Clinton, l'utilisation de Pepe par le fils de Trump révèle les liens étroits qui existent entre le candidat républicain et les nationalistes blancs. L'article du site d'Hillary Clinton précise d'ailleurs que Donald Trump lui-même avait également tweeté une image de Pepe la grenouille en octobre dernier. 

Il ne s'agit pas d'une coïncidence: en août, le candidat républicain a embauché un nouveau directeur de campagne qui était à la tête de Breitbart News, un des sites de référence de l'alt-right (dans lequel un journaliste a récemment défendu des publications dans lesquels on peut lire que les Afro-Américains sont génétiquement prédisposés à être des criminels.)

Pour l'instant, les membres de l'alt-right se sont plutôt amusés de la prise de position de Clinton sur Pepe la grenouille, et beaucoup ont partagé un dessin intitulé «une vieille dame hurle contre une grenouille».

Est-ce que quelqu'un dans l'équipe de Hillary peut arrêter ça? Attaquer Pepe la rend partie intégrale du mème -- ce qui était le but! 

Claire Levenson
Claire Levenson (133 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte