Monde

Pour Daech, le viol est une arme de guerre systématique

Repéré par Agathe Charnet, mis à jour le 14.09.2016 à 12 h 54

Repéré sur The Independent

Selon le témoignage d'un ancien combattant, des fillettes d'une dizaine d'années sont agressées sexuellement par les combattants de «province de Khorasan» affiliée au groupe État islamique.

Des femmes déplacées en Afghanistan I AREF KARIMI / AFP

Des femmes déplacées en Afghanistan I AREF KARIMI / AFP

Quand Lahor Shah a rejoint les rangs de Daech, il pensait qu'il s'agissait «d'un mouvement modéré islamiste servant les intérêts de l'Islam et des musulmans». Du moins c'est ce qu'il a déclaré aux journalistes de la télévision Al-aan TV basée à Dubaï et ce que rapporte le journal britannique The Independent. 

Engagé dans la branche de l'État islamique appelée «province de Khorasan» qui officie en Afghanistan et au Pakistan, Lahor Shah raconte avoir réalisé son erreur en «découvrant la vérité lorsque je me suis retrouvé au milieu de leurs camps». Et cette «vérité» est des plus accablantes:

«J'ai assisté aux pires crimes contre l'humanité, perpétrés contre les Afghans, comme le rapt et le viol de fillettes âgées de 10 ou 12 ans. [...] Ils ne sont pas ce qu'ils prétendent, et leurs actions sont fondamentalement opposées à l'Islam.»

Lahor Shah est depuis retourné vivre auprès de sa famille. Il accuse notamment l'État islamique de dépouiller les fermiers Afghan et enjoint aujourd'hui ses pairs à ne pas rejoindre les rangs de Daech.

Le témoignage de Shah n'a pas pu être vérifié mais correspond aux analyses des experts antiterroristes qui ont axé leurs recherches sur le recrutement d'anciens combattants Talbians par l'État islamique.

La systématisation du viol par Daech en Syrie, soutenue par des théories pseudo-religieuses, a fait l'objet de plusieurs enquêtes du New York Times menées par la journaliste spécialisée Rukmini Callimachi. Celle-ci a notamment expliqué comment les membres de l'État islamique opéraient le contrôle des naissances sur les jeunes femmes Yézidies qu'ils séquestrent afin de perpétuer l'esclavage sexuel

La vidéo de propagande «jour de marché des femmes esclaves» illustre de façon glaçante cette traite des femmes sexuellement asservies.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte