LGBTQ

Sur les questions d'homoparentalité, la droite est en décalage avec sa base

Didier Lestrade, mis à jour le 14.09.2016 à 12 h 31

Alors qu'une majorité des Français est favorable au mariage gay et à la PMA pour les couples de lesbiennes, les candidats à la présidentielle sont lancés dans une surenchère critique sur ces questions de société.

Paris, le 23 avril 2013 I KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Paris, le 23 avril 2013 I KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Ouf. Malgré les prises de position clamées par certains leaders de la droite en vue de la présidentielle, les Français soutiennent toujours le mariage pour tous, selon une enquête de l'Ifop (1). Mieux: ils sont plus nombreux en faveur de la PMA pour les couples de lesbiennes et une large majorité d'entre eux veulent que l'État reconnaisse les enfants nés à l'étranger par GPA, dans les pays où cette pratique est légale.

Les Français en ont marre de cette affaire et commencent à le faire savoir. Une majorité pense que l'on devrait tourner la page en ajustant de nouveaux droits à ceux apportés par le mariage pour tous. Dans la communauté LGBT, on redoute déjà que le cauchemar recommence. Avec la présidentielle qui arrive et les candidats à droite pris dans une surenchère de critiques du mariage pour tous, les insultes reprennent. Il va falloir répondre au prochain rassemblement de la Manif pour tous le 16 octobre et le sondage publié par l'Association des Familles Homoparentales (ADFH) donnera au moins des arguments solides à ceux qui ne veulent pas revenir sur la loi Taubira.

Parmi les principaux chiffres, notons que 62% sont opposés à l'abrogation de la loi Taubira. Une progression de 5 points en deux ans. Même les sympathisants de droite sont majoritairement opposés à l'abrogation (54% des Républicains y sont opposés contre 40% en octobre 2014). Restent les catholiques pratiquants qui campent sur leurs positions (52%), les sympathisants du FN (55%) et Debout la France (55%).

Favorables à la PMA, pas à la GPA

Une majorité d'opinions est également favorable à la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples de lesbiennes. Une belle augmentation par rapport à octobre 2014 (53%). Depuis l'enquête réalisée par l'Ifop en plein débat pour le Mariage pour tous en janvier 2013, l'adhésion à l'accès de la PMA aux couples de lesbiennes a progressé de 12 points. Idem chez les plus réticents au principe d'homoparentalité comme les plus de 65 ans (44%, +10 points), les catholiques pratiquants (43%, +4 points), les sympathisants des Républicains (47%, +18 points) et le FN (49%, +9 points). Et 64% pensent que l'État doit reconnaître les enfants nés à l'étranger par GPA avec une courte majorité des sympathisants de droite, qu'ils soient proches de l'UDI (55%), des Républicains (59%) ou Debout la France (55%). Même le FN semble glisser vers le oui (51%).

En revanche, la gestation pour autrui (GPA) pour les couples gays reste minoritaire (44%) mais progresse. Presque un français sur deux souhaite que les couples gays puissent recouvrir à la GPA, soit une légère progression par rapport à octobre 2014 (+3 points). De plus, la différence se réduit entre le soutien en faveur de la GPA pour les homosexuels (44%) et les couples hétérosexuels (57%). 

À droite, Nicolas Sarkozy apparaît comme le candidat le moins gay friendly avec 14% de sondés qui pensent qu'il pourrait entériner de nouvelles réformes

Enfin, les électeurs veulent des candidats qui soutiennent les couples homosexuels et les familles homoparentales. Nicolas Sarkozy apparaît comme le candidat le moins gay friendly avec 14% de sondés qui pensent qu'il pourrait entériner de nouvelles réformes liées au mariage gay. Il n'y a que Marine Le Pen qui fasse pire que lui (6%). Sur ce point, la stratégie pro-LGBT du FN n'attire pas à elle l'électorat gay qui sait, à 68%, qu'elle est contre. Alain Juppé arrive en premier avec 21%, Bayrou en second avec 20%. Seul François Hollande, s'il est réélu, est perçu comme le seul favorable à ces réformes (55%).

Pragmatisme politique

Le débat sur le mariage gay a laissé des cicatrices et les Français veulent tourner la page en accordant, par cohérence politique, des droits complémentaires qui auraient du être accordés dans la loi Taubira. Même dans les partis de droite, on se résout à une attitude pragmatique puisque l'acceptation de ces droits progresse et parfois d'une manière spectaculaire. Non seulement l'idée du mariage gay se renforce parce que l'opinion évolue, mais elle est appuyée par l'exemple de centaines de mariages qui se sont bien passé et qui ont servi d'exemple dans les familles, les villages, les quartiers.

En Europe, de nombreux partis conservateurs ont adopté une politique libérale pro-gay. Les déclarations intempestives de Sarkozy et Fillon sont donc en décalage flagrant avec l'environnement politique et leur base qui considère sûrement que le clivage gauche/droite ne doit pas se faire aux dépends des LGBT. L'idée d'équité ou de cohérence prévaut dans la reconnaissance par l'État des enfants nés par GPA à l'étranger.

Bref, les Français sont preuve de maturité et le sondage actuel rappelle un autre, en mai dernier, qui assurait que la tolérance multiculturelle a progressé en France malgré les attentats et les déclarations incendiaires des leaders de droite comme de gauche. Mais si François Hollande semble être le seul candidat qui pourrait finir le travail entamé en 2014, ses chances de réussite à la présidentielle sont si fragiles que la communauté sait qu'elle ne peut compter que sur Alain Jupé –et encore. À noter, les Français ne font pas confiance à Jean-Luc Mélenchon pour défendre les droits des homosexuels (35%) et encore moins à Emmanuel Macron (27%) qui a multiplié les visites aux ennemis jurés du mariage pour tous comme Philippe de Villiers.

Par manque de conviction personnelle, François Hollande aura offert un cadeau empoisonné à la société

Une impression de lassitude et de trahison

Or, la mobilisation dans la communauté LGBT est atone. Un kiss-in est déjà prévu pour répondre au retour de la Manif pour tous et les associations pro-PMA prévoient d'autres journées d'action. Les organisations catholiques pratiquantes sont toujours déterminées à utiliser ce sujet pour diviser la classe politique et pourrir le débat. Mais la colère et la frustration dominent, surtout chez les lesbiennes qui ont été les sacrifiées du deal sur le mariage pour tous. Se marier oui, mais sans enfants? Elles doivent toujours aller à l'étranger, à leurs frais et à leur risque, pour recourir à la PMA.

Nombreux celles et ceux qui considèrent que la fenêtre d'opportunité s'est fermée en 2014 et la prochaine élection présidentielle ne leur offre aucune garantie de réforme claire et nette. Si les résultats de cette enquête sont rassurants, ils ne donnent aucune idée de l'issue de cette réforme sociétale qui, dans notre pays, n'a vraiment satisfait aucune des parties. Par manque de conviction personnelle, François Hollande aura offert un cadeau empoisonné à la société et le prochain quinquennat apportera à nouveau des débats toxiques avant une hypothétique résolution.

On n'est pas sorti de cette merde.

1 — Ce sondage a été réalisé par l'Ifop du 23 au 30 août dernier auprès de 2274 personnes et donne déjà des nouvelles réconfortantes. Retourner à l'article

Didier Lestrade
Didier Lestrade (69 articles)
Journaliste et écrivain
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte