Allemagne

Le costume traditionnel de la fête de la bière est en réalité un héritage nazi

Temps de lecture : 2 min

C'est sous le Troisième Reich que la Dirndl a véritablement pris sa forme moderne.

CHRISTOF STACHE / AFP
CHRISTOF STACHE / AFP

À l'occasion de la Fête de la bière de Munich, qui débute ce samedi 17 septembre 2016, le quotidien allemand Berliner Zeitung se penche sur l'histoire de la Dirndl, ce costume folklorique bavarois porté par les femmes durant les festivités (rappelez-vous, nous consacrions un long sujet en 2012 à cette robe à corsage, portée sur une blouse et agrémentée d'un tablier), au sujet duquel il rapporte un aspect méconnu. La Dirndl serait un pur «produit du national-socialisme»:

«Ce coup de maître créatif de la mode populaire a été réalisé par une secrétaire auxiliaire qui a su profiter des possibilités de carrière offertes par l'État populaire de Hitler et a pris du galon en tant que styliste vedette: Gertrud Pesendorfer, née en 1885 à Hall en Tyrol, déléguée du Reich au travail sur les costumes traditionnels de 1939 à 1945 et directrice du pôle du costume traditionnel allemand de l'organisation politique féminine nationale-socialiste.»

C'est à elle que reviendrait la parenté de ce costume qui n'a rien de traditionnel mais qui s'inspire très librement des robes de paysannes bavaroise du XIXe siècle, qui n'avaient alors rien de sexy:

«Pesendorfer a décatholisé la Dirndl. Le col fermé a disparu, le décolleté a été dégagé. Elle a coupé les longues manches et remonté l'ourlet du haut de la jupe. Elle a créé la taille lacée et boutonnée, qui reste jusqu'à aujourd'hui, avec la chemisette à volants le signe caractéristique de la Dirdnl dans son aspect moderne. Il en découla un vêtement érotisé.»

Lorsque le régime nazi fut vaincu en 1945, Gertrud Pesendorfer continua à fabriquer ces robes dans le Tyrol, précise le quotidien.

En 2014, le site internet de la chaîne de radio allemande SWR 2 évoquait lui aussi l'instrumentalisation de ce costume sous le troisième Reich:

«Les nazis faisaient leurs les traditions régionales sous le prétexte de vouloir les préserver.»

Ce pôle du costume traditionnel allemand cité plus haut avait pour but «d'unifier une scène du costume traditionnel comprise jusqu'à l'Autriche au sein du Reich allemand»:

«Les femmes et les filles ariennes étaient censées montrer leur appartenance au mouvement en portant un uniforme simple comparé à la Dirndl d'aujourd'hui.»

Eva Braun, la compagne d'Adolf Hitler, aimait poser vêtue de cette robe romantique, et le dictateur nazi ne rechignait pas à arborer le Lederhose, son pendant masculin.

SWR 2 expliquait également que les nazis, durant un temps, avaient même songé à faire de la Fête de la bière de Munich («Oktoberfest» en allemand) une «grande fête allemande d'octobre».

Slate.fr

Newsletters

Comment le KGB gérait les couples d'espions

Comment le KGB gérait les couples d'espions

Un manuel des forces soviétiques de 1974 recense de nombreux conseils à destination des instructeurs.

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Après avoir perdu sa sœur jumelle dans le camp d'extermination de Treblinka, il n'eut de cesse de se venger. Il participa à diverses actions de sabotage, fomenta des attentats et commit plusieurs assassinats.

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le dictateur nazi faisait l'objet d'un véritable culte de la personnalité de son vivant. Un historien allemand a retrouvé des dizaines de milliers de lettres envoyées par ses concitoyens: déclarations d'admiration, poèmes à sa gloire, cadeaux à gogo... et courrier du coeur.

Newsletters