Monde

Un policier américain refuse de tuer un homme noir armé, il est viré

Temps de lecture : 2 min

Cette affaire a remis en lumière les problèmes qui entourent les licenciements de policiers.

Un officier de police, le 18 juillet 2016 à Cleveland aux Etats-Unis. JIM WATSON / AFP
Un officier de police, le 18 juillet 2016 à Cleveland aux Etats-Unis. JIM WATSON / AFP

C’est une histoire surréaliste que raconte le journal local de Pittsburgh aux États-Unis, le Post-Gazette, et que le Washington Post a relayée sur son site. Le 6 mai dernier dans la ville de Weirton, l'officier de police Stephen Mader se rend dans une maison pour s’occuper d’un cas de violence domestique. Mais dès l’instant où il arrive sur place, il fait face à un homme noir armé.

«Immédiatement, écrit le Post-Gazette, l’entraînement qu’il a eu en tant que Marine pour décider s’il s’agit d’un terroriste en regardant “la personne en entier” et l’entraînement qu’il a reçu à l’académie de police l’ont poussé à ne pas tirer.»

Ronald Williams ne pointe pas l’arme directement sur lui, mais demande au policier de lui tirer dessus, ce qu’il refuse de faire pour éviter un «suicide by cop». Mais alors que Stephen Mader entame un dialogue avec le forcené, deux autres officiers arrivent. Et l’un d’eux décide de tirer sur Williams quand celui-ci s’avance vers eux. On s’apercevra plus tard que l’arme de l’homme, décédé rapidement après le coup de feu, n’était pas chargée. Évidemment, les policiers ne pouvaient pas le savoir, mais très vite, un débat va éclater sur la nécessité ou non de tirer sur un homme armé quand on est policier.

Après un mois d’enquête et de polémique, les forces de l’ordre expliqueront que le tir était justifié. Stephen Mader, lui, a été licencié pour avoir «échoué à éliminer une menace», événement qui fait suite à d’autres incidents de moindre gravité. «Vous avez mis deux officiers en danger», lui ont déclaré ses supérieurs, ce à quoi Mader a répondu: «Je ne l’ai pas tué juste parce qu’il m’a dit “Tue-moi”». Selon lui, ce genre de décision «ne donne pas une bonne opinion des policiers auprès du public».

Et effectivement, des cas de face à face mortels entre des hommes ou des femmes noirs et la police se retrouvent régulièrement en une des journaux. Cette affaire, où un officier est licencié parce qu’il a refusé de tuer un homme noir, a d'ores et déjà provoqué des manifestations de colère de la part de proches de l'homme abattu.

Par ailleurs, les médias se posent de plus en plus de questions sur le licenciement de policiers pour des fautes graves avérées, à l’encontre de personnes noires ou non. Le New York Times par exemple a récemment enquêté sur ces policiers qui sont tout simplement réengagés dans d’autres villes après des fautes parfois très graves. Le journal cite le cas de Sean Sullivan, un officier de l’Oregon licencié pour avoir embrassé une petite fille de 10 ans et réembauché quelques mois plus tard dans un autre commissariat. L’officier qui a tué le jeune Tamir Rice en 2014 à Cleveland avait été, par le passé, dans le collimateur de son ancien chef qui voulait le licencier pour son comportement inadapté. Ce qui n’a jamais été suivi des faits jusqu’à son arrivée à Cleveland.

Dans un climat toujours très tendu entre les forces de l’ordre et une partie des citoyens américains, ce genre de gestion des cas d’impunité policière risque de rajouter de l’huile sur un feu déjà ardent.

Slate.fr

Newsletters

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

La tension est montée d’un cran entre Ankara et Paris, à l’ombre du déploiement de forces spéciales françaises dans le Rojava et de l’appui diplomatique peu équivoque au projet d’autonomie territoriale kurde en Syrie.

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Vingt-cinq textes vieux de plusieurs siècles ont été transportés depuis le Mali, après avoir été cachés durant l'occupation djihadiste de Tombouctou, entre 2012 et 2013.

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

Depuis le début de l'année, le pays n'est plus approvisionné en Septrin, un traitement antirétroviral administré notamment aux personnes atteintes du Sida.

Newsletters