Sciences

La génération Y a la main molle

Temps de lecture : 2 min

Une réduction du travail manuel et l’utilisation massive de smartphones nous font perdre de la force manuelle, selon une étude américaine.

La poignée de main est un geste quotidien | David stein via Flickr CC License by

On les accuse d’être moins actifs sous la couette et d’avoir la grosse tête. Il s’avère que la génération Y pourrait aussi avoir la main molle, rapporte Mel Magazine.

«Ça fait des années que tu donnes pas une bonne poignée de main? Ce n’est pas de ta faute. Les jeunes aujourd’hui sont ne sont plus rien foutus de saisir», écrit le magazine.

Selon une étude réalisée par des chercheurs de l’université de Wiston-Salem State auprès de 247 participants, les hommes âgés entre 20 et 34 ans sont capables d’émettre jusqu'à 37,7 kilogrammes-force en serrant leurs poings avec la main droite. En 1985, la moyenne était de 45,1 kilogrammes-force. Bonne nouvelle pour l’égalité entre sexes, les femmes, en revanche, ont moins perdu en puissance.

Une virilité moins prononcée?

«Autrefois, les hommes se souciaient de la force de leur poignée de main et essayaient de la renforcer. Maintenant, ça nous intéresse plus», avance pour début d'explication le magazine. Pourtant, le «hand grip» reste à la mode, rapportent à la publication plusieurs spécialistes du secteur. Preuve que tous n'ont pas renoncé à l'exercice physique.

Selon les chercheurs, l'effort ne serait toutefois pas suffisant pour compenser la réduction du travail manuel et l’utilisation massive des smartphones.

«Dans nos sociétés, le travail n'est plus axé sur l’agriculture ou l’industrie. Les activités modernes sont d’avantage liées à la technologie, en particulier chez les plus jeunes», raconte à NPR Elizabeth Fain, une de chercheuses.

Les femmes effectuant traditionnellement des tâches moins physiques, il est logique que l'écart dans le temps paraisse moins conséquent.

Tout sur le pouce

Dans l'absolu, avoir une poignée de main molle n'est pas sans conséquences. Une étude publiée en 2015 expliquait que les personnes dont la force de la main décline le plus rapidement sont celles les plus susceptibles de mourir de maladies cardiovasculaires. Mais il s'agit là d'une évolution au cours d'une vie, pas entre générations.

Moins costauds que leurs aînés, les jeunes adultes n'ont pas (encore) ce type de soucis à avoir. Ils pourront même se réjouir que leurs pouces sont plus forts que ceux de la génération précédente. Certes, reconnaissons-le, il s’agit là d’un muscle de petite taille.

Slate.fr

Newsletters

Un séjour dans l'espace affecte différemment les femmes et les hommes

Un séjour dans l'espace affecte différemment les femmes et les hommes

Pression artérielle, maladies, vision trouble: les effets ressentis loin de la Terre varient selon le sexe.

Le monde est petit et ce n'est pas qu'une impression

Le monde est petit et ce n'est pas qu'une impression

Une scientifique revient sur les théories du réseau adaptées à l'heure d'internet.

Abdus Salam, premier prix Nobel musulman, renié par le Pakistan

Abdus Salam, premier prix Nobel musulman, renié par le Pakistan

Le scientifique pakistanais a contribué à la découverte majeure du boson de Higgs. Mais dans son pays d'origine, rares sont les personnes qui lui rendent hommage.

Newsletters