Égalités

La mode revient aux années 1980, c'est grave docteur?

Temps de lecture : 2 min

Préparez-vous au grand retour des épaulettes!

Photo du film Recherche Susan Désespérément, de Susan Seidelman et sorti en 1985.
Photo du film Recherche Susan Désespérément, de Susan Seidelman et sorti en 1985.

La rengaine est connue, la mode est une question d'éternel retour. Au fur et à mesure des collections, des styles ou des vêtements font leur réapparition sur le devant de la scène dans de grands élans de nostalgie. Pour cette fin 2016, les années 1980 sont définitivement à la mode. Après la série Stranger Things, vibrant hommage à la musique, au style et aux films de nos chères eighties, préparez-vous maintenant à (re)porter des épaulettes surdimensionnées, des leggings et autres clous et sequins, explique le Wall Street Journal.

Il suffit de se replonger dans le défilé Saint Laurent Automne-Hiver 2016-2017 pour se rendre compte que cette fin d’année sera définitivement placée sous le signe d’un revival des années Madonna période «Like A Virgin».

Le créateur Hedi Slimane a eu du flair (même s’il a quitté le navire seulement quelques semaines après) pour faire taire les critiques qui n’en pouvaient plus du rock chic de ses dernières collections. «Les années 1980 sont un période de grands extrêmes en mode», explique Valerie Steele, directrice et conservatrice en chef du Museum of Fashion Institut of Technology. Vivienne Westwood signe ses premiers défilés, les silhouettes sont structurées au maximum, et les couleurs flamboyantes.

Cette décennie signe aussi des vêtements plus sobres. Elle voit l’arrivée des costumes pour femmes, le fameux tailleur-pantalon, les tenues mixant sportswear, chic, masculin-féminin, originalité et surtout le jean, qui sont désespèrement d’actualité. Il suffit de se replonger dans Recherche Susan Désespérement, film de 1985, avec –oh surprise–Madonna au casting, pour voir à quel point les looks sont totalement 2016.

Bon goût/mauvais goût

Mais pourquoi un tel retour? Finalement, c’est assez logique. «Les designers sont souvent influencés par les décennies dans lesquelles ils ont grandi», hasarde Laure Heriard-Dubreuil, fondatrice et PDG de The Webster, petite chaîne de boutiques américaines.

Surtout, pendant les années 1980, le cool n'était pas toujours totalement de bon goût. Comme l’explique le Wall Street Journal, c’est ce mélange de pièces complètement folles bousculant le bon et le mauvait goût, qui a un petit côté jouissif. Après tout, cette décennie était surtout une histoire «d’amusement... avec absolument rien de conventionnel et sans aucun jugement», rappelle Laure Heriard-Dubreuil. Et finalement, on a peut être besoin d'un peu de légèreté en ce moment, même si c'est juste sur nos fringues.

Slate.fr

Newsletters

Égales, même dans la barbarie

Égales, même dans la barbarie

Un nouvel ouvrage historique montre que les femmes esclavagistes aux États-Unis étaient aussi brutales que les hommes et tiraient autant parti qu’eux de l’exploitation humaine.

Un coup de blush pour abolir les genres

Un coup de blush pour abolir les genres

Alexis s'est rendu au lycée maquillé: un outrage à la masculinité qui masque à peine le soupçon d'homosexualité, selon la direction de l'établissement d'Albi, certains élèves et leurs parents.

«Sodoma», de quoi ébranler la foi

«Sodoma», de quoi ébranler la foi

L'ouvrage de Frédéric Martel souligne les incohérences entre le discours de l’Église catholique sur l'homosexualité et la pratique de certains de ses dirigeants, notamment au Vatican.

Newsletters