France

Le discours copier/coller de Sarkozy sur l'agriculture

Temps de lecture : 2 min

Mardi 27 octobre, Nicolas Sarkozy était en déplacement à Poligny, dans le Jura, pour présenter son plan de soutien «sans précédent» de 650 millions à l'agriculture. «Je ne suis pas venu vous tenir un discours que vous avez déjà entendu» a-t-il prévenu au début de son discours.

Mais certaines critiques se sont empressées de parler de déjà vu et d'affirmer qu'il n'y avait rien de nouveau. Ils ne croyaient pas si bien dire. Mercredi sur Canal +, «Le Petit Journal» de Yann Barthès a relevé les nombreuses similitudes entre ce discours et celui prononcé huit mois plus tôt, le 19 février 2009, à Daumeray, dans le Maine-et-Loire.

 

Certaines phrases sont même rigoureusement les mêmes: «Un agriculteur, c'est d'abord, et je ne me lasserai jamais de le dire, un entrepreneur, un entrepreneur qui ne compte pas ses heures, qui porte la responsabilité d'investissements importants, qui doit relever quantité de défis humains, financiers, techniques, administratifs considérables», ou encore «Toutes les familles de France ont des grands-parents, des parents qui, à un moment ou un autre, ont travaillé la terre. L'agriculture a façonné nos paysages. L'agriculture a donné à notre pays une partie de son âme.»

«La différence réside toutefois dans les annonces faites pour venir en aide au secteur agricole, note le Monde.  Mardi, Nicolas Sarkozy a dévoilé un plan d'un milliard d'euros de prêts bancaires à taux bonifiés et de 650 millions d'euros d'aides supportées par les finances publiques.»

[Vu sur canal+]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Capture d'écran du discours de Sarkozy

Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters