Smart CitésEconomie

Les bobos sont des manipulateurs égoïstes

Eric Le Boucher, mis à jour le 10.09.2016 à 11 h 50

L’économiste Gilles Saint-Paul verse de l’acide sulfurique sur les bobos.

Gentrification in progress. MsSaraKelly via Flickr CC License by.

Gentrification in progress. MsSaraKelly via Flickr CC License by.

La ville d’avant-hier était mixte, toutes classes sociales réunies à peu de distance. Est venue l’économie industrielle, les ouvriers ont été envoyés dehors, loin, les cadres conservant le centre. Puis, le prix des loyers s’élevant, les cadres ont vu leurs bureaux envoyés en périphérie, à la Défense pour les Parisiens. Vient la troisième phase urbaine avec les services et l’économie de la connaissance, qui affiche une grande différence avec la précédente: son activité utilise moins d’espace, elle n’a aucun rapport avec les usines, ni avec les grands immeubles de la bureaucratie de l’économie industrielle. Les cadres de cette économie constituent la «bourgeoisie bohème», dite bobo. Ils n’ont aucun besoin d’effectuer des trajets vers la périphérie. «Pour cette raison, les bobos sont prêts à sacrifier les infrastructures de transport et à réallouer l’espace libéré vers des usages plus récréatifs et festifs», note l’économiste Gilles Saint-Paul, de l’Ecole d’économie de Paris, dans le numéro estival de la revue Commentaire.

On comprend mieux la volonté acharnée de la maire de Paris de fermer la voie Pompidou malgré les avis contraires.  L’objectif d’Anne Hidalgo n’est en rien d’abaisser la pollution intramuros, il est tout simplement de satisfaire ses électeurs, les Parisiens bobos qui ont votés pour elle. La voiture, ils n’en ont aucunement besoin, ils veulent des espaces ludiques. Que la fermeture de la vois Pompidou pollue finalement plus que moins, qu’importe, là n’est pas l’objectif premier.

«Nouvelle couche sociale» à défaut de représenter une classe, les bobos se définissent par «des options marquées à gauche, le rejet des codes sociaux traditionnels de la classe dirigeante (automobile, pratique religieuse, formalisme vestimentaire…), un goût marqué pour l’écologie et une volonté de réinventer la ville afin d’y promouvoir la convivialité et l’échelle humaine». Peu à peu, avec la tertiarisation de l’économie, ils supplantent les cadres d’hier.

La boboïsation, en cours, peut être mesurée à partir du développement des Vélib et des tramways entre 2007 et 2012 car celui ci est étroitement parallèle avec la part d’emploi dans les secteurs de la nouvelle économie, l’augmentation des emplois dans les services aux ménages et la hausse des prix de l’immobilier. Lyon, Toulouse, Nice, Strasbourg comptent dans les villes conquises. Paris, Marseille, Lille ne sont encore qu’au stade intermédiaire. 

Une phase de cohabitation des bobos et des cadres peut exister. Ces derniers ont souvent des revenus plus élevés que les bobos, ils peuvent rester en centre ville. Mais arrive le moment où le coût du trajet (en temps et argent) du centre vers la banlieue devient si élevé que le cadre préfère lui aussi s’excentrer.

Gilles Saint-Paul poursuit son analyse de transformation progressive de la ville. Les bobos se trouvent vite devant un problème. Les salariés peu qualifiés des activités de service, renvoyés loin, doivent eux aussi payer cher pour faire le trajet vers le centre. Ils se dédommagent en élevant leurs prix. Les bobos qui, somme toute ne gagnent pas des fortunes, utilisent alors les politiques de mixité sociale pour faire habiter à côté de chez eux ces travailleurs qui leurs sont indispensables. «Les bobos de Bagnolet ont des nounous africaines non loin de chez eux pour faciliter une disponibilité quasi infinie», notaient Laure Watrin et Thomas Legrand dans La République des bobos (Stock, 2014). La ville bobo se «bunkérise» ainsi, elle s’enferme, exactement comme les château d’autrefois, les serviteurs vivent sur place dans les combles.

Gilles Saint-Paul, qui aime sans doute se faire des ennemis, va encore plus loin dans la critique à l’acide sulfurique des villes bobos. Il se demande pourquoi des biens publics très utiles restent rationnés, comme des activités hors scolarité pour les enfants (musique, culture) ou même comme l’enseignement général: l’école rationnée devient une machine de reproduction de classe. L’explication de l’économiste est terrible: les bobos se distinguent par des horaires souples, ils peuvent faire la queue pour obtenir l’avantage des services rationnés. Ils ont objectivement intérêt à maintenir un statu quo et à ne pas révolutionner le système pour que tout le monde puisse en profiter: ils perdraient le capital culturel exclusif qu’ils transmettent à leurs enfants. Comme la charité, la convivialité bobo bien ordonnée commence par soi même.

Eric Le Boucher
Eric Le Boucher (537 articles)
Cofondateur de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte