Monde

Des membres de Daech expliquent pourquoi ils veulent une victoire de Trump

Temps de lecture : 2 min

Dans une série d'interviews, des sympathisants de l'organisation islamiste décrivent Trump comme «le parfait ennemi».

New York, le 20 décembre 2015 I KENA BETANCUR / AFP
New York, le 20 décembre 2015 I KENA BETANCUR / AFP

En décembre 2015, la candidate démocrate Hillary Clinton déclarait que Donald Trump «était en train de devenir le meilleur recruteur de Daech».

«Ils vont montrer des vidéos de Donald Trump en train d'insulter l'islam et les musulmans pour recruter plus de djihadistes radicaux.»

Un article de la revue Foreign Affairs, pour lequel une chercheuse américaine et un journaliste syrien ont interviewé douze membres (anciens et actuels) de Daech, montre que Clinton avait raison. Les sympathisants du groupe terroriste sont pro-Trump car ils savent que ses discours islamophobes facilitent leur propre propagande djihadiste.

Les auteurs de l'article ont examiné des posts mis en ligne sur la messagerie Telegram, souvent utilisée par Daech, et ont trouvé plusieurs déclarations en faveur du candidat républicain.

«Je demande à Allah de livrer l'Amérique à Trump», a déclaré un porte-parole de Daech.

Et un autre supporter du groupe a renchéri:

«La facilitation de l'arrivée de Trump à la Maison-Blanche doit être une priorité absolue pour les djihadistes!!!»

Plusieurs journalistes, comme William Saletan de Slate.com, avaient déjà souligné que les propos anti-musulmans de Trump étaient un cadeau fait à Daech, mais les interviews publiées dans Foreign Affairs montrent à quel point les djihadistes de l'État islamique sont conscients de cette dynamique:

«Nous nous réjouissions à chaque fois que Trump disait des choses négatives sur les musulmans parce que cela montre bien qu'il y a deux équipes dans cette bataille: l'équipe islamique et l'équipe anti-islamique», explique Samer, qui a récemment quitté Daech.

Khaled, un autre transfuge de Daech qui a rejoint un autre groupe djihadiste avait déclaré:

«Quand Trump tient des propos haineux sur les musulmans, cela prouve que les djihadistes ont raison de se battre contre l'Occident, car l'Occident est contre l'islam.»

«Dabiq arrive»

Certains expliquent qu'une présidence Trump permettrait de radicaliser plus de gens aux États-Unis et en Europe, car contrairement au discours apaisé d'Hillary Clinton sur l'islam, Trump n'hésite pas à enflammer la haine:

«Nous n'avons pas besoin de convaincre les musulmans au Moyen-Orient que l'Occident est contre eux. Ils le savent déjà. La prochaine étape pour l'État islamique, c'est de convaincre les musulmans en Amérique et en Europe», explique Maher, un ancien de Daech.

Les djihadistes interviewés pensent également que Trump, avec son caractère imprévisible et irréfléchi, pourrait accélérer l'arrivée de l'apocalypse, la grande guerre bataille entre le caliphat et l'Occident qui aura lieu à Dabiq selon la prophétie promue par Daech.

«Nous nous félicitons de la victoire de Trump! Regardons-le tranquillement détruire l'Amérique. Dabiq arrive», avait écrit un sympathisant de Daech sur Twitter.

Comme l'écrivent les auteurs de l'article de Foreign Affairs, «bien que Trump ait promis d'éradiquer Daech, les supporters de l'organisation disent qu'une présidence Trump est exactement ce qu'ils veulent».

Slate.fr

Newsletters

En Hongrie, les progressistes et l'extrême droite repentie ont affaibli ensemble Orbán

En Hongrie, les progressistes et l'extrême droite repentie ont affaibli ensemble Orbán

L'opposition a conquis plusieurs grandes villes lors des municipales du 13 octobre grâce à une alliance baroque allant des socialistes aux ex-néonazis du Jobbik. Une idylle opportuniste et fragile.

Une Texane dédommagée après une fouille vaginale en pleine rue

Une Texane dédommagée après une fouille vaginale en pleine rue

Natalie Simms a remporté son procès contre la ville de San Antonio au Texas après qu'une détective lui a enlevé son tampon pendant un contrôle de routine.

Trump et les Kurdes, une trahison insensée

Trump et les Kurdes, une trahison insensée

Le président américain n'a pas seulement lâché les Kurdes: c'est son pays tout entier qu'il fait passer après ses propres intérêts.

Newsletters