Partager cet article

«Cache ta forêt amazonienne», mon mois d'août sans épilation et autres histoires de poils

Laura, victime de bodyshaming pour avoir voulu «dénoncer la norme du glabre qui pèse sur les femmes» (Crédit Florence Lecloux Photography)

Laura, victime de bodyshaming pour avoir voulu «dénoncer la norme du glabre qui pèse sur les femmes» (Crédit Florence Lecloux Photography)

Je ne m'étais jamais réellement posé de questions sur l'éradication de mes poils. Jusqu'à ce qu'une remarque dans un bus me pousse à m'interroger sur les raisons qui font du l'épilation un des principaux attributs du féminin.

Nous sommes au mois d'août 2016, je suis assise dans un bus lors d'un week-end à Nice. La baie défile par la vitre, je me penche pour observer au plus près le paysage. Je passe négligemment mes bras derrière ma nuque pour soutenir ma tête, j'observe, presque au bord du sommeil, le flou de la Méditerranée.

Et puis je suis tirée de ma rêverie par des rires étouffés, un groupe d'adolescents de seize à dix-huit ans me pointe du doigt. L'un d'entre eux, un peu plus aguerri, finit par s'exclamer: «cache ta forêt amazonienne!». S'ensuit un pluie d'exclamations que je parviens plus ou moins à décrypter et qui signifie, en langage peu policé, que mes aisselles non épilées et exhibées à tout vent ne font pas l'unanimité.

Sur le coup, et parce que la vie n'est malheureusement pas une pièce de théâtre, aucune répartie ne me vient. D'ailleurs j'espère vaguement que ce charmant discours ne s'adresse pas à moi. Mais, lorsque je replie prestement les bras, un murmure d'approbation monte du groupe qui ne cessera de m'observer- «elle va les remontrer ou pas ses poils?» - avant de quitter le bus à l'arrêt suivant.

Confessions (pileuses) d'une enfant du siècle

J'ai toujours eu une relation fluctuante avec les poils. Ma mère ne s'épile presque jamais et il fallu attendre mes quatorze ou quinze ans pour me résoudre, sous les conseils de copines bienveillantes, à m'enduire avec circonspection les aisselles de crème dépilatoire peu ragoûtante.

A dix-neuf ans, avant une journée à la plage, je me suis rendue chez l'esthéticienne avec des copines américaines. Mes deux amies ont demandé illico un «brazilian wax». J'ai fait de même sans avoir la moindre idée de ce dont il s'agissait. Je me suis retrouvée en moins de deux avec une épilation intégrale, l'esthéticienne tout sourire tentant d'arracher le dernier poil qui résistait à l'envahisseur (dans un endroit que je m'abstiendrai ici de mentionner). Lorsque je me suis étonnée de me retrouver avec le sexe d'une fille de douze ans, mes copines américaines ont haussé les sourcils, pour elles l'intégrale était de mise depuis la puberté.

Pendant trois ou quatre ans, j'ai fait la chasse à tout ce qui dépassait. Je me suis épilé les sourcils jusqu'à en avoir une tête d'accent circonflexe, j'ai acheté un épilateur de compétition, des gommages anti-poils incarnés et ai envisagé d'éradiquer mon odieuse pilosité au laser. Tous mes poils, moustache, aisselles, jambes et maillot étaient consciencieusement décolorés, coupés au ciseau en cas d'urgence ou impitoyablement arrachés par des professionnelles.

J'ai réalisé que depuis la fin de ma puberté, je ne m'étais jamais vue avec des poils.... .

 

Et puis, en atteignant presque le quart de siècle,  je me suis dit que je méritais un peu de répit. Que je n'aimais pas souffrir. Que l'usage de l'épilateur, vrombissant et douloureux au possible, m'avait toujours horrifiée. Que les bandes de cire, collantes et à arracher comme des pansements, ce n'était pas pour moi non plus.

Je commençais à en avoir marre de passer des heures chaque mois à «prendre soin de mon corps», d'accumuler les produits inutiles «à l'extrait d'amande douce et d'aloe vera» (qui sentent en vérité le vieux roquefort) à prix d'or. Et -à mon grand dam- je réalisais que, inexorablement, tous les quinze jours, les poils repoussent...

Ce qui fait que cet été 2016, je l'ai passé sans m'épiler. Du tout. Jachère pour tous! Vacances générales du poil. Cessez-le-feu pour les rasoirs. Même pas par militantisme: la simple envie d'une trêve dans la spirale de l'épilation. Et aussi, peut-être, par curiosité. J'ai réalisé que depuis la fin de ma puberté, je ne m'étais jamais vraiment vue avec des poils....

Et lorsqu'on m'a exhortée dans ce bus niçois à cacher ma «forêt amazonienne», je me suis alors réellement demandé pourquoi ils gênaient autant, ces pauvres poils... 

Cachez ce poil qu'on ne saurait voir ! 


Parce que clairement, il n'y a pas que les miens qui gênent.

Prenez ceux de Laura, une jeune femme qui a montré ses aisselles touffues lors d'un shooting contre le bodyshaming. Elle me raconte par message privé sur Facebook: «J'étais ennuyée de ne voir quasiment aucun modèle non épilée, j'ai voulu changer ça. Faire quelque chose de nouveau. Et en même temps dénoncer la norme du glabre qui pèse sur les femmes.». Elle n'a pas été déçuesur Facebook, les commentaires disaient: «rase toi vilaine», «je vais te buter, t'es tellement conne», «sale lesbienne», «Tu m'as fait vomir 146 fois»...

J'ai aussi des souvenirs de collège où les copines de onze ans se font traiter de singe à cause de trois malheureux poils sur les bras. Une copine, qui m'explique que son ex refusait de la toucher quand elle n'était pas épilée, et une autre, à qui un preux gentleman a lancé «beurk j'aime pas les touffes» au moment d'enlever sa culotte.

Cette copine à qui un preux gentleman lance «beurk j'aime pas les touffes» au moment d'enlever sa culotte

 

Et souvenez-vous de la poétique pub Veet (retirée de la diffusion par la suite) qui chantait «quand mon minou est tout doux c'est mon trésor mon bijou, quand mon minou pique partout il fait bien trop voyou» et conclue par «quand mon minou est tout doux, il aime être caressé partout» (bis) sous-entendant avec une finesse notoire que les femmes non-épilées ne sont pas sexuellement attirantes.

Dans le même genre, cette pub Nair qui annonce suavement que la «divine» «jambe française» est «toujours pressée mais parfaitement épilée» (si votre jambe est paresseuse, poilue et rugueuse, vous voici déchue de votre nationalité par l'équipe de comm' de Nair, désolée)

 

Un sympathique confrère débutait encore un de ses articles par «préparez-vous à avoir un sentiment de nausée assez puissant. Voici la nouvelle mode qui vient de commencer aux Etats-Unis: les filles doivent se laisser pousser les poils au niveau des aisselles. Et certaines s’en amusent en changeant même la couleurs des poils, histoire qu’on soit bien au courant qu’elles sont (un peu, beaucoup, passionnément) dégoûtantes.»

Asma, esthéticienne: «ça devient maladif»

J'appelle donc mon amie Asma. Asma est esthéticienne à domicile et les poils elle les connaît bien. Elle en arrache savemment et (presque) sans douleur à plus d'une soixantaine de clientes d'horizons et d'âges divers depuis un bon nombre d'années. Elle va donc tout pouvoir me dire sur ce que les autres femmes jugent bon de faire -ou non- de leurs poils.

- Asma, dis-moi comment elles s'épilent tes clientes?

- Et bien je dirais que j'ai 70 à 80% d'épilation du maillot intégrales. Et ce qui est intéressant c'est que ça va des filles de 12 ans dont la mère insiste à des femmes de plus en plus âgées. Des clientes qui ont aujourd'hui la soixantaine passée - qui ont pourtant connu toute une vie avec un sexe peu épilé - me demandent des intégrales.

- Et tu as l'impression qu'elles font ça pour quoi ces femmes ? Pour leurs mecs?

Et bien non, même pas. Ce n'est pas que parce que le conjoint le demande, même si ça arrive bien sûr. C'est plutôt du moutonnage, l'idée qu'être jolie, qu'être sophistiquée c'est être épilée. Que c'est ce que doit être une femme. C'est se dire que si l'on est différente des autres femmes sur ce point-là, on franchit une ligne rouge.

 

Il m'arrive d'avoir des clientes qui m'appellent en catastrophe car elles vont voir un homme le soir même et qu'elles ne sont pas épilées. C'est à mon sens très révélateur: la première chose à laquelle elles pensent à l'annonce du rendez-vous amoureux, ce sont leurs poils.

 

C'est comme si certaines femmes ne supportaient paradoxalement pas tout ce qui se rapporte au féminin. Tout ce qui provient de la femme leur semble sale: les poils sur les zones intimes, les sécrétions... J'en ai même qui portent des tampons en permanence parce qu'elles ont honte de leurs pertes blanches et qu'elles sont dégoûtées par leur propre odeur.

- Et les hommes, ils s'y mettent aussi à l'épilation ?

Oui, ça y est. J'ai de plus en plus de clients qui demandent à s'épiler le dos ou le torse. Qui ne se trouvent plus beaux dans le regard de leurs femmes ou dans celui des autres. Leur pilosité n'est plus considérée comme «virile». Les poils sont liés à notre animalité et nous vivons dans une société qui cherche à tout aseptiser.

«Guerre aussi lucrative que désespérée»

Dans un chapitre intitulé «Culte ou haine du corps?», de Beauté fatale, les nouveaux visages d'une aliénation féminine, l'essai de la journaliste Mona Chollet, est décrite justement cette «négation de l'animalité» comme une tendance de nos sociétés contemporaines: «le corps est le symbole d'une animalité honnie, d'une nature vécue comme humiliante qui résiste à la domination complète et continue de notre volonté».

 Un sentiment tout à fait disproportionné d'ignominie, d'humiliation, l'impression d'être dégoûtante.

Mona Chollet sur les poils, dans Beauté fatale

Et elle évoque justement l'obsession de l'épilation comme un des symboles de cette haine du corps: 

L'actuelle frénésie épilatoire offre un spectacle poignant de ce Sisyphe humain bataillant sans relâche contre les signes de sa propre animalité et y laissant des fortunes qui font prospérer toute une industrie: la guerre que nous menons à notre naturalité est aussi lucrative que désespérée.

Stéphane Rose (auteur de Défense du poil) constate que, parmi les hommes de moins de vingt-cinq ans, beaucoup n'ont jamais vu de poils sur le sexes de leurs partenaires: pour leur génération la norme de l'épilation intégrale s'est imposée. Il démonte une à une toutes les idées reçues qui la justifient, de «ce n'est pas féminin» à «ce n'est pas propre». [...]

Il souligne d'ailleurs la honte exprimée par des femmes ayant dû exposer des parties de leurs corps qui n'étaient pas épilées: non pas une petite contrariété, mais un sentiment tout à fait disproportionné d'ignominie, d'humiliation, l'impression d'être dégoûtante.

Toutes ces informations pileuses m'expliquent un peu mieux pourquoi la «forêt amazonienne» nichée sous mes aisselles a traumatisé ces pauvres adolescents dans le bus.

Pour ma part, cette séance d'humilliation dans le bus a développé ma sensibilité écologique. Car qui souhaiterait la déforestation radicale de la forêt Amazonienne? Ou du moins à tenter de modérer ladite déforestation par un accord passé avec moi-même sur le développement durable de ma pilosité. 

Laissons le dernier mot à Solange te parle, qui rend un bel hommage à nos amis les poils pubiens et à la divine culotte de poils de Sandrine Bonnaire dans Police de Maurice Pialat:

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte