Sciences

Il y a 30.000 ans, les kangourous faisaient plus de deux mètres de haut

Temps de lecture : 2 min

Des paléontologues ont découvert des restes d’une espèce de kangourous qui pouvaient mesurer plus de deux mètres cinquante.

Capture d'écran Twitter
Capture d'écran Twitter

Les kangourous sont des marsupiaux adorables de taille moyenne qu’on considère globalement comme sympathiques malgré le fait que ce sont de sacrés boxeurs. Une équipe de paléontologues a découvert les ossements d’un kangourou beaucoup plus impressionnnant, datant de plus de 30.000 ans, dans une ancienne mine du nord du Queensland.

«Basé sur la taille des tibias, l’animal faisait probablement deux mètres cinquante dans une position de repos», explique Scott Hocknull, paléontogogue au Musée du Queensland, à ABC.

Si des analyses doivent encore être menées pour confirmer que ces os appartiennent à une nouvelle espèce, les chercheurs s’accordent déjà à dire qu’il s’agit du plus grand kangourou jamais découvert.

Le site archéologique de la mine de South Walker Creek, intéresse beaucoup les chercheurs depuis sa découverte en 2008 par des membres de la communauté indigène des Barada Barna, car il regorge de fossiles. Les paléontologues y ont déjà découvert des restes fossilisés d’animaux appartenant à la mégafaune, comme les diprotodons, qui arpentaient le continent il y a 30.000 ans, quand les premiers humains sont apparus.

Pour le Dr Hocknull, nous devons remercier les crocodiles géants de cette époque, qui ont sans doute joué un rôle dans la préservation des fossiles:

«Les crocodiles vivaient dans les rivières et les animaux géants comme les kangourous venaient y boire, et puis, bam, se faisaient prendre par ces monstrueux crocodiles. Trente mille ans plus tard, nous les avons dans le sol fossilisé et l’argile du fond de ces rivières.»

Newsletters

Parler de «climato-sceptiques», c'est leur faire une faveur

Parler de «climato-sceptiques», c'est leur faire une faveur

Qualifier celles et ceux qui nient le changement climatique de sceptiques est non seulement un non-sens, mais également une défaite dans la bataille des mots et des idées.

Une étude donne son feu vert pour utiliser l'urine comme engrais

Une étude donne son feu vert pour utiliser l'urine comme engrais

Des scientifiques de l'Université du Michigan estiment que ce liquide ne favorise pas l'émergence de micro-organismes résistants aux antibiotiques dans les plantations.

Est-il éthique de créer des animaux chimériques pour faire progresser la médecine?

Est-il éthique de créer des animaux chimériques pour faire progresser la médecine?

La naissance de porcelets contenant des cellules de singe relance les débats sur la bioéthique.

Newsletters