Partager cet article

Hillary Clinton virée pendant le Watergate… Ce vieux mensonge qui agace les journalistes

Ce n'est pas la première fois que Hillary Clinton est ciblée par un scandale politique. (Justin Sullivan / Getty Images North America / AFP)

Ce n'est pas la première fois que Hillary Clinton est ciblée par un scandale politique. (Justin Sullivan / Getty Images North America / AFP)

La rumeur dit que la candidate démocrate aurait été virée dans les années 1970 pour incompétence et les internautes ne lâchent pas prise.

Mensonges, rumeurs et théories du complot. Sur le web, ça dérape facilement. Ainsi, de nombreux internautes américains colportent le fait qu’en tant que jeune avocate travaillant sur l’affaire du Watergate, Hillary Clinton s’était fait virée. Le Washington Post donne cet exemple:

Plutôt anodin, ce mensonge refait surface de façon périodique: lors du second mandat de Bill Clinton, lors de la première campagne d’Hillary Clinton en 2008 et bien évidemment à l'approche de la présidentielle 2016, note un journaliste américain qui raconte avoir reçu un nombre «alarmant» d'e-mails de personnes demandant pourquoi il n’avait pas mentionné dans son article l’inconduite de Clinton pendant la mise en accusation de Nixon.

Pour comprendre la prolifération de ce scoop peu juteux, il faut remonter à la haine que certains républicains peuvent ressentir envers les Clinton. Le mensonge a même été publié en 2014 par Fox News, n’ayant sans doute pas pu résister à la tentation de discréditer la démocrate.

La rumeur ressort souvent sous la forme de mème accompagnée d’une citation par son prétendu superviseur à l’époque, Jerome Zeifman, qui aurait dit que Clinton avait été renvoyée «parce que c’est une menteuse. Elle était immorale, une avocate malhonnête, elle a conspiré pour violer la Constitution, les règles de la chambre, du comité et de confidentialité».

Vieille rancœur

Des propos peu flatteurs pour la candidate en pleine campagne présidentielle et qui continuent de circuler sur le web afin de la discréditer.

«Plusieurs fois par semaine, le “fact checker” reçoit une version des propos ci-dessus sur nos comptes Twitter et Facebook. Normalement, on répond en partageant un article démystifiant les faits et réalisé il y a quelques années par Snopes. Et pourtant, ça persiste. C’est tout simplement le genre de mensonges qui ne meure jamais», rapporte le Washington Post.

Agacé, le journal s’est décidé à enterrer cette histoire une bonne fois pour toute. Hillary Clinton n’a, en effe,t jamais été virée du comité d’investigation.

L’enquête mène principalement vers Zeifman, conseiller au House Judiciary Committee. Celui-ci a vraisemblablement maintenu une étrange rancœur envers Hillary Clinton pendant des années. Zeifman publie deux livres en 1995 et 2006 où il fait part de son manque de confiance envers la jeune Hillary Clinton. Il la soupçonne de collaborer avec des démocrates proches du rival de Nixon ou bien de partager des informations sensibles avec son professeur de droit. 

Les journalistes du Washington Post n’ont trouvé aucune preuve concrète de tout cela et il est clair que le supérieur de Hillary Clinton n’a jamais été Zeifman mais John Doar, l’avocat chargé de l’investigation. Dans une interview, Zeifman a même insisté qu’il n’a jamais viré Clinton mais qu’il l’aurait fait s’il avait pu. 

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte