Monde

«Poignardez-les, tirez-leur dessus, tuez-les»… Les menaces de Daech contre les Australiens

Temps de lecture : 2 min

Dans le nouveau «magazine» Rumiyah, les communicants de l’État islamique appellent à viser l'Australie.

capture d'écran Rumiyah
capture d'écran Rumiyah

«Enflammez le sol sous leurs pieds et calcinez-les de terreur. Tuez-les dans les rues de Brunswick, Broadmeadows, Bankstown et Bondi. Tuez-les au MCG [stade sportif de Melbourne, ndlr] au SCG [stade sportif de Sydney, ndlr], à l'Opéra de Sydney et même dans leurs arrière-cours. Poignardez-les, tirez-leur dessus, empoisonnez-les et renversez-les avec vos véhicules.

Tuez-les où que vous les trouviez jusqu'à ce que le vide abyssal de leur arrogance soit empli de terreur et qu'ils se retrouvent à genoux, le dos ployant sous le poids du remords pour avoir mené une guerre contre les croyants et, par la volonté de Allah, et par vos sacrifices, cette Ummah (la communauté des croyants ndr) sera victorieuse.»

Ces imprécations étrangement stylisées sont extraites du nouveau «magazine» de propagande de l'État islamique, Rumiyah, dont le premier numéro vient de paraître en ligne, traduit en huit langues dont le français, le russe ou l'indonésien (voir notre article consacré à ce sujet).

À la page quatorze de ce nouvel instrument de propagande –qui n'a rien à envier aux déferlements de haine et autres recommandations djihadistes de son cousin Dabiq–, on trouve notamment un hommage au terroriste australien Ezzit Raad alias Abu Mansur al-Mujahir. Ezzit Raad est décédé lors d'un combat en juin dernier dans le nord de la Syrie selon le Sydney Morning Herald.

À l'issue de cette sordide ode au nouveau «martyre» de Daech, le rédacteur de l'article appelle les djihadistes australiens à frapper à l'intérieur du pays, notamment dans des lieux emblématiques de la vie culturelle et sportive d'Australie. On reconnait là une des techniques de propagande de l'État islamique qui appelle régulièrement les «loups solitaires» à passer à l'action de façon spontanée et de façon rudimentaire.

Ces attaques anxiogènes ont fait réagir les personnalités politiques australiennes qui ont appelé au calme comme le rapporte le site australien 9news. Daniel Andrews, à la tête du gouvernement de l'État de Victoria, a déclaré que chacun «devait continuer ses activités ordinaire et montrer ainsi que nul n'est intimidé par ces lâches menaces».

De son côté, le porte-parole de l'Opéra de Sydney a affirmé «contrôler et évaluer en permanence la sécurité et appliquer de façon continue les mesures adéquates».

En savoir plus:

Newsletters

2.000 sacs en plastique retrouvés dans l'estomac d'un chameau

2.000 sacs en plastique retrouvés dans l'estomac d'un chameau

Depuis 2008, 1% des chameaux de la région de Dubaï sont morts à cause des déchets humains.

En Indonésie, un peuple reconnaît cinq genres différents

En Indonésie, un peuple reconnaît cinq genres différents

Dans la société bugis, les makkunrai, les oroani, les calalai, les calabai et les bissu correspondent à cinq façons d'être au monde.

Le prince Philip, celui qui a dépoussiéré Buckingham Palace

Le prince Philip, celui qui a dépoussiéré Buckingham Palace

Indissociable de l'ombre de la reine d'Angleterre, à la fois témoin et acteur des bouleversements du siècle dernier, le prince Philip était pour son temps plus avant-gardiste qu'on ne l'imagine.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters