Allemagne

Pourquoi on donne un petit surnom à sa voiture (et pas à sa maison)

Temps de lecture : 2 min

En Allemagne, c'est le cas d'un conducteur sur sept d'après un récent sondage.

/
Coccinelles I JORGE UZON / AFP

D'après un sondage de l'Institut d'opinion YouGov, les Allemands aiment bien donner un surnom à leur voiture: l'an dernier, un conducteur sur sept affirmait avoir rebaptisé son véhicule. Intrigué par ce phénomène, le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung est allé interviewé le psychologue allemand Rüdiger Hossiep, chercheur à l'université de Bochum, qui estime que le fait de donner un nom à sa voiture aide à s'identifier au véhicule:

«La question, c'est de savoir si la voiture, une fois qu'elle a un nom, devient aussi une compagne.»

S'il est courant de donner un nom à sa voiture en Allemagne, la pratique consistant à donner un nom à sa maison, par exemple, ou bien à son ordinateur portable, est elle assez rare, selon le psychologue:

«Une voiture peut être appréhendée via tous les sens. On peut l'entendre, la sentir, elle bouge. C'est un espace social à emporter.»

Manfred Gotta, spécialiste des noms de voiture, estime lui que les conducteurs considèrent leur voiture comme «leur bébé»: «Ils cherchent donc un nom qui montre ce qu'ils ressentent pour leur voiture.» Lui-même a trouvé le nom de Twingo pour le célèbre modèle de chez Renault et le nom de Smart pour le petit véhicule de chez Daimler.

Le succès de Coccinelle

Mais les Allemands, sans pour autant donner un petit nom à leur véhicule, ont souvent l'habitude de renommer les modèles déjà existants. L'exemple le plus connu est celui de la mythique «coccinelle» de chez Volkswagen, qui s'appelait à l'origine la «Typ 1». Son surnom de bête à bon Dieu a eu tellement de succès parmi la population que le constructeur automobile s'est mis à la vendre sous cette appellation. Même chose pour la célèbre 2CV de chez Citroën: taxée de «vilain petit canard» à sa sortie, comparée aux autres modèles élégants de la marque symbolisée par un cygne, cette appellation est restée outre-Rhin, où les gens appellent cette voiture la «Ente»: le canard.

Mais cette pratique est en perte de vitesse, les modèles de voitures étant aujourd'hui de plus en plus semblables, rapportait en 2011 l'hebdomadaire Die Zeit. D'autres exemples amusants de surnoms de modèles de voitures nommées ainsi dans la culture populaire en Allemagne: la «boule à câlins» («Knutschkugel») pour la BLW Isetta, la «boule de pain» («Kommissbrot») pour la BMW Hanomag 2/10 PS, la «baignoire» pour la Ford Taunus 17M, l'«ange baroque» pour la BMW 501, ou encore la Porsche à femme au foyer pour la Karmann Ghia ou le «cercueil de Blanche-Neige» pour la Volvo P1800 ES.

Slate.fr

Newsletters

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Après avoir perdu sa sœur jumelle dans le camp d'extermination de Treblinka, il n'eut de cesse de se venger. Il participa à diverses actions de sabotage, fomenta des attentats et commit plusieurs assassinats.

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le dictateur nazi faisait l'objet d'un véritable culte de la personnalité de son vivant. Un historien allemand a retrouvé des dizaines de milliers de lettres envoyées par ses concitoyens: déclarations d'admiration, poèmes à sa gloire, cadeaux à gogo... et courrier du coeur.

Clap de fin pour Martin Schulz

Clap de fin pour Martin Schulz

Martin Schulz a démissionné mardi soir de la présidence du SPD. Ses adversaires comme les membres de son parti l'ont fermement poussé vers la sortie.

Newsletters