Science & santé

Le lundi est-il vraiment le pire jour de la semaine?

Robin Panfili, mis à jour le 19.09.2016 à 9 h 02

De l'angoisse du lundi à la libération du vendredi, nous avons tenté de classer le plus objectivement possible les jours de la semaine.

«Un jour sans fin» (Columbia)

«Un jour sans fin» (Columbia)

Si vous lisez ces lignes et qu'il est lundi, bon courage. Si vous lisez ces lignes et qu'il est samedi, profitez bien du moment, car le pire est à venir. La semaine de sept jours, telle que nous la connaissons, a cela de cruel (ou de profondément motivant, selon l'avancement de la semaine) qu'elle se répète à l'infini. Et ce jusqu'à notre mort. Par exemple, si l'on part du principe que vous vivrez jusqu'à vos 80 ans, vous aurez enduré près de 4.000 lundis –mais aussi profité de 4.000 samedis, donc.

À partir de ce constat simple, votre quotidien peut s'envisager de deux manières philosophiquement opposées: vivre en gardant en tête que les jours les plus désagréables de la semaine ne disparaîtront jamais de votre vie (c'est la version pessimiste) ou alors vivre en se souvenant qu'un jour désagréable n'est que le signe annonciateur du retour de votre jour préféré (c'est la version optimiste). À Slate comme partout ailleurs, les jours de la semaine sont un sujet de discussion inépuisable, qu'importe les générations. Après avoir vu passer un tweet actant un classement définitif des jours de la semaine, je me suis tourné vers mes collègues pour voir ce qu'ils en pensaient.

Quel est, selon vous, le pire (et le meilleur) jour de la semaine, ai-je donc naturellement demandé? En retour, j'ai obtenu autant de réponses qu'une semaine compte de jours. Et puis, mes collègues ont bruyamment débattu pendant une dizaine de minutes sur les avantages largement sous-estimés du jeudi, le retour de hype du dimanche après-midi, l'imposture du mercredi... Je me suis écarté de la discussion et ai réfléchi quelques instants à un processus de réconciliation: trouver un compromis, ou bien établir un classement ultime et indiscutable, par exemple à partir de données scientifiques fiables.

Le mirage du lundi pourri

J'ai commencé mes recherches par ce qu'il me semblait être le plus évident: démontrer que le lundi est objectivement le pire jour de la semaine. Il s'agit du retour au travail après un week-end de repos et le début d'une semaine dont on peine encore à voir le bout... Pas vraiment la joie, en somme. Or, je me suis rapidement rendu compte que mon constat, accentué par le mythe erroné du «Blue Monday», n'était pas aussi évident. Une étude américaine, menée pendant une année entière, en 2012, par Arthur A. Stone, professeur américain de psychiatrie et expert en science du comportement à la Stony Brook University, va même à l'encontre de cette idée reçue. Pour lui, «le lundi n'est pas moins plaisant que les trois jours suivants, et juste un peu moins joyeux que le vendredi», observait-il. Si le lundi nous paraît aussi désagréable, c'est à cause de notre «difficulté innée au changement».

«Le passage d’un dimanche plaisant vers un lundi ordinaire constitue le plus grand changement d’humeur de la semaine pour une personne qui travaille durant cinq jours. Donc, lorsque nous pensons à l’humeur des différents jours de la semaine, nous réagissons davantage aux modifications plutôt qu’aux niveaux absolus de l’humeur quotidienne.»

Si le lundi n'est donc pas aussi terrible qu'on se l'imagine, existe-t-il vraiment un jour de la semaine pire que tous les autres? Oui, et il pourrait bien s'agir du mardi, qui a longtemps profité de notre haine et mépris du lundi pour se faire discret. Au terme d'une enquête menée en 2010, des chercheurs de la London School of Economics sont arrivés à la conclusion que le mardi serait bien plus traître et difficile à surmonter que le lundi. «Il est probable que le lundi, l'esprit du week-end ne nous a pas encore complètement quittés» mais «à partir du mardi, nous sommes en plein dans la semaine de travail et le week-end suivant n'est pas encore en vue». En cela, le mardi mérite bien son surnom de «second lundi que personne n'a jamais réclamé».

Le week-end, c'est la vie

En 2008, des chercheurs en psychologie de l'université de Sydney avaient eux conclu, étude à l'appui, que le jour de la semaine où notre moral est au plus bas est... le mercredi. C'est effectivement le jour où le week-end passé est déjà loin, où l'on se rend compte que le prochain n'est pas pour tout de suite, mais également le jour où nous avons généralement le plus de travail.

Ce l'on retient dans tout ça, c'est que les pires jours qui soient sont ceux durant lesquels nous sommes au travail, dans l'impossibilité de choisir nos activités. L'autre enseignement qui en découle, fort logiquement, est que nous préférons les week-ends. Dans une étude publiée en 2014, deux scientifiques américains démontrent que nous sommes plus heureux le samedi et le dimanche –en comparaison avec les autres jours. Et cela concerne autant les gens qui travaillent la semaine que les chômeurs. À partir de ces résultats, les deux chercheurs ont ensuite cherché à comprendre pourquoi.

Dans leur deuxième étude, dont ils ont publié les conclusions dans le New York Times en janvier 2016, ils expliquent que notre attachement pour les week-ends est directement liée à l'augmentation du temps passé avec nos proches à ce moment-là. Être en compagnie de nos amis ou de notre famille compterait ainsi pour près de la moitié du pic de bien-être ressenti le week-end. «Notre vie entière n’existe que par et pour les week-ends», estiment-ils.

Le classement ultime

Avec tous ces éléments, il est désormais possible d'établir une première ébauche de classement des pires et meilleurs jours de la semaine. Avant cela, tentons de lister les bienfaits plus ou moins sérieusement prouvés de ces derniers. Le lundi serait le meilleur jour pour candidater à un nouveau job, pour prendre des bonnes résolutions mais également celui où vous traînez les restes de votre gueule de bois. Le mardi serait le meilleur jour pour envoyer des e-mails, pour commencer à écrire un livre, pour organiser une réunion, pour acheter un billet d'avion ou pour regarder –les bonnes semaines– la Ligue des champions. Le mercredi serait le meilleur jour pour boire un verre de vinpour monter sur la balance et pour regarder (encore) la Ligue des champions. Le jeudi, lui, serait le meilleur jour pour débuter une nouvelle routine, pour faire l'amour et même pour trouver l'amour (uniquement si vous vivez en Irlande, en revanche). Le vendredi, enfin, a beau être le pire jour pour réserver un billet d'avion, il n'en reste pas moins le dernier jour de travail de la semaine –ce n'est pas rien. 

Alors, nous y voilà. Après avoir pesé les avantages et les inconvénients des différents jours de la semaine à partir d'arguments scientifiques plus ou moins imparables, je vais essayer ici d'établir le classement définitif des jours de la semaine –du pire au meilleur. Je sais, d'autres (ici ou ) s'y sont cassé les dents avant nous, mais tout de même, tentons. 

7. Lundi

6. Mardi 

5. Mercredi

4. Jeudi

3. Dimanche

2. Vendredi

1. Samedi

Voilà.

Robin Panfili
Robin Panfili (185 articles)
Journaliste à Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte