Monde

L'attaque du Pentagone, le crash souvent «oublié» du 11 septembre 2001

Temps de lecture : 2 min

Un documentaire diffusé ce mardi 6 septembre à la télévision américaine revient sur cet épisode qui fit 184 victimes, pour l'essentiel des civils.

Le Pentagone, le 11 septembre 2001 I TECH. SGT. CEDRIC H. RUDISILL / DOD / AFP
Le Pentagone, le 11 septembre 2001 I TECH. SGT. CEDRIC H. RUDISILL / DOD / AFP

À l'exception des plus jeunes, chacun se rappelle où il était et ce qu’il faisait quand les tours jumelles du World Trade Center se sont effondrées, percutées par deux avions détournés par des commandos d'al-Qaida. Le 11 septembre 2001 reste pour beaucoup synonyme des attaques terroristes à New York, mais aussi du crash du vol United Airlines 93 en direction de San Francisco, qui a fini par s’écraser sur un terrain vague en Pennsylvanie après que les passagers se sont battus pour l’empêcher d’atteindre sa destination –drame qui a notamment donné naissance à un film, United 93 de Paul Greengrass.

Des quatre vols détournés par al-Qaida, un est moins présent dans la mémoire collective: le vol American Airlines 77, qui s’écrasa sur le Pentagone, le siège du département de la Défense américain à Arlington. Cette attaque contre un symbole de la première puissance militaire mondiale est le sujet d’un nouveau documentaire, 9/11 Inside the Pentagon, diffusé à la télévision américaine ce mardi 6 septembre, qui vise précisément à redonner sa place à ce crash.


Le réalisateur Kirk Wolfinger juge, dans le Washington Post, qu'il a été le premier à avoir effectué une demande «crédible» auprès du Pentagone pour réaliser un documentaire sur le sujet (en dehors des propositions complotistes, auxquelles l'armée américaine n’a évidemment pas voulu participer). Résultat, l'accès aux témoins et aux archives lui a été facilement accordé:

«Il n’y a pas de vidéos du vol American Airlines 77 s’écrasant sur le côté ouest de cet énorme complexe de bureaux. Le Pentagone s’étend sur 6,5 millions de mètres carrés à l’horizontale, donc même l’explosion d’un avion avait l’air d’être minime comparé aux débris du Financial District… C’est peut être pour ca que les réalisateurs n’ont pas analysé les événements à Arlington de la même façon qu’ils l’ont fait pour New York ou le vol 93», explique le quotidien américain.

Du fuel sur le visage

Le nombre «relativement» bas de victimes à l’issue de cette attaque, comparé à celui du World Trade Center, est également responsable du manque d’attention parfois porté aux attaques contre le Pentagone. Environ 184 personnes y sont mortes, contre 2.753 à New York. La cible, militaire, peut sembler plus «légitime» même si, explique Kirk Wolfinger, personne ne le justifie ouvertement comme ça et que la majorité des victimes étaient des civils.

Pourtant, les récits de cette journée au Pentagone sont tout aussi bouleversants que les images du «Falling Man» à New York, tels l'anecdote d’une femme qui se sert du fuel pour se rafraîchir le visage en pensant que c’était de l’eau, celle de cet homme qui avait donné sa lettre de démission le 10, passe la journée du 11 à porter secours aux blessés avant de récupérer et déchirer sa lettre le 12, celle de ses travailleurs qui tentent désespérement de s'échapper du bureau dans lequel ils sont prisonniers en jetant l'imprimante à répétition contre la fenêtre, ou celle de ces ouvriers qui refusèrent de quitter le bâtiment tant qu'ils n'avaient pas fini de réparer les problèmes de pression de l'eau.

Slate.fr

Newsletters

En Inde, deux sœurs se travestissent pour maintenir le business familial

En Inde, deux sœurs se travestissent pour maintenir le business familial

Jyoti et Neha se sont habillées en hommes pendant des années pour aider leur père malade.

Bongo et Bouteflika peuvent-ils réellement gouverner leurs pays?

Bongo et Bouteflika peuvent-ils réellement gouverner leurs pays?

Les enjeux sont de taille pour que des hommes, avec ou sans leur accord formel, soient montrés dans un état physique que tout individu souhaiterait voir réservé au domaine du privé et de l’intime.

La femme du vice-président américain enseigne dans une école qui interdit les LGBT+

La femme du vice-président américain enseigne dans une école qui interdit les LGBT+

Les parents d'élèves et le personnel doivent s'engager à ne pas «participer, soutenir ou cautionner l'immoralité sexuelle, l'activité homosexuelle ou l'activité bisexuelle».

Newsletters