Partager cet article

Parlons peu, parlons mycose (merci La Femme!)

Sur son nouvel album, le groupe La Femme fait danser ses fans sur une imprécation contre ce satané champignon. L'occasion de briser un tabou.

«J'ai une mycose, voilà qu'elle se réveille. J'en ai marre: ça fait déjà un moment qu'elle est là. Va-t-en je t'en prie, mycose, tu m'agaces.» Ceci n'est pas la supplique d'une de vos copines au bord de la crise de nerfs, c'est un extrait d'une chanson de Mystère, le nouvel album de La Femme, le groupe le plus délicieusement barré de la néo-chanson française. Intitulé «Mycose», ce morceau de 3 minutes 50 met en scène une jeune femme hypocondriaque qui apostrophe directement l'intrusif champignon.


L'occasion de lever le voile qui dissimule d'habitude pudiquement l'intempestive mycose vaginale. «Je sortais avec une fille qui avait des mycoses, explique Sacha, cofondateur de La Femme et parolier de la chanson éponyme. C'était super chiant pour elle donc j'ai eu envie de faire une chanson pour la réconforter, ça m'a inspiré. Et puis c'est plutôt rigolo de faire une chanson sur la mycose, c'est un mot qui est associé à quelque chose qu'on cache dans la vie, dont on a pas trop envie de parler. Donc c'est marrant d'en faire des paroles et de voir les gens danser dessus en concert, comme sur n'importe quel autre morceau.»

Ni sale, ni sexuellement transmissible

Si on a peu l'habitude de justifier une absence pour mycose auprès d'un employeur, la mycose fait néanmoins partie des désagréments que connaissent de nombreuses femmes au quotidien et qui peut s'avérer extrêmement gênants.

«C'est un motif de consultation très fréquent, confirme Nathalie Hoen, gynécologue. La mycose vaginale est un champignon qui, contrairement aux idées reçues, n'est ni sexuellement transmissible, ni causé par un manque d'hygiène. Il n'est donc en rien “sale” et les causes sont multifactorielles. Certains patientes en auront dix par ans, d'autres n'en auront jamais de leur vie.»

Pour prévenir les mycoses, le docteur Nathalie Hoen conseille d'éviter de multiplier les toilettes intimes et intra-vaginales (une ou deux par jour maximum), de s'essuyer de l'avant vers l'arrière et de ne pas porter de sous-vêtements en polyester.

«Les hommes peuvent également être porteurs de mycoses mais, précise Nathalie Hoen, comme souvent avec ce genre de désagréments, c'est beaucoup plus pénible pour les femmes! Chez les hommes c'est en général asymptomatique, ce qui ne les dispense pas de mettre des crèmes si leur partenaire présente des symptômes.» 

Pour se soigner, des crèmes apaisantes peuvent donc être achetées en pharmacie ainsi que des ovules vaginaux ou des cachets à prendre par voie orale.

«On n'en parle jamais»

Pas de honte donc, à avoir une mycose. Lillah 26 ans, présente pour sa part des mycoses à répétition depuis ses 19 ans. «La première fois, c'était juste après un rapport sexuel et j'étais en vacances avec des copines. La douleur était tellement intense que je ne pouvais même plus marcher sans oublier que j'avais un vagin!»

Et Lillah est ravie de découvrir la chanson de La Femme: «Ça fait du bien qu'on en parle et qu'on dédramatise! C'est vrai que c'est vraiment pénible au quotidien et que c'est un problème de santé qu'on aborde jamais, même en SVT ou en cours d'éducation sexuelle. C'est un truc qui s'apprend entre copines une fois qu'on est confrontées au problème. Il devrait y avoir plus de prévention! Il faut arrêter de penser que tout ce qui touche au corps féminin est forcément dégoûtant.»

Alors, à quand une chanson sur les infections urinaires?

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte