Science & santé

Voici comment la réalité virtuelle peut manipuler votre esprit

David Evans Bailey, mis à jour le 08.09.2016 à 16 h 31

Avec le développement technologique, la frontière entre ce que l'on voit et le réel devrait encore se brouiller. Avec

Manipulation | Keoni Cabral via Flickr CC License by

Manipulation | Keoni Cabral via Flickr CC License by

On dit souvent qu’il ne faut pas croire tout ce que l’on voit sur internet. Mais avec l’apparition de technologies d’immersion comme la réalité virtuelle et la réalité augmentée, cela devient deux fois plus vrai.

Toutes leurs possibilités ont encore besoin d’être explorées mais on peut, d’ores et déjà, imaginer la façon dont elles peuvent être utilisées pour nous manipuler.

Vous pouvez vous croire quelqu’un de difficile à duper, mais qu’en est-il si les techniques utilisées sont si subtiles que vous n’en êtes pas conscient? La vérité, c’est qu’une fois plongé dans la réalité virtuelle, vous risquez d’être influencé sans même le savoir.

Données limitées

À l’inverse des conférences vidéo ou les données vidéo sont présentées exactement telles qu’elles ont été enregistrées, les technologies d’immersion n’envoient que des informations choisies et pas nécessairement le contenu graphique véritable.

Cela a de tout temps été le cas dans les parties à plusieurs joueurs où le serveur du jeu a simplement fait connaître à votre ordinateur où se situe l’action et d’autres informations. À votre ordinateur alors de décrypter cela afin de compléter l’ensemble du tableau.

La réalité virtuelle interactive part du même procédé. Dans bien des cas, un minimum de données est échangé entre l’ordinateur d’origine et le vôtre et la véritable scénographie visuelle est construite in situ.

Cela signifie une chose: ce que vous voyez de votre côté n’est pas forcément la même chose qu’à l’autre extrémité. Si vous vous livrez à une conversation en réalité virtuelle, les traits du visage, les expressions, les gestes, l’apparence corporelle et bien d’autres éléments peuvent être modifiés par le logiciel sans même que vous le sachiez.

Des chercheurs de Stanford s’intéressent à la psychologie de la réalité virtuelle

Contact virtuel

Si on l’examine de façon positive, la réalité virtuelle peut se révéler utile dans bien des domaines. Par exemple, la recherche montre que le contact visuel amplifie l’attention des étudiants, mais un professeur faisant cours devant un auditoire important ne peut établir un tel lien avec chaque étudiant. Avec la réalité virtuelle, on arrive à programmer le logiciel de façon à ce que le professeur crée ce contact simultané avec tous les étudiants. Si bien qu’une impossibilité physique devient virtuellement une possibilité.

Mais il y aura toujours des gens pour récupérer un outil et s’en servir éventuellement en vue d’un acte néfaste. Que se passerait-il si au lieu d’un professeur nous avions un homme politique, ou un lobbyiste, et qu’il exprime quelque chose de carrément controversé ou de litigieux? Et que se passerait-il si le contact visuel signifiait que vous lui donniez raison? Encore ne s’agit-il que d’un commencement.

La recherche a démontré que notre apparence et celle des autres dans le monde virtuel risque de nous influencer dans le monde réel.

Mimétisme

Tout cela pouvant encore s’ajouter à des techniques déjà utilisées pour accroître telle ou telle influence: le mimétisme par exemple. Si quelqu’un mime l’expression corporelle d’une autre personne, au cours d’une conversation, alors la personne imitée sera mieux disposée à son égard. Dans la réalité virtuelle, ce procédé est facile à effectuer dans la mesure où l’on repère les gestes de chaque personne. Et l’avatar pourra imiter la personne sans que celle-ci n’en prenne conscience.

Plus insidieux encore: toutes les caractéristiques du visage de quelqu’un peuvent être facilement captées par le logiciel et transformées en avatar. Plusieurs études de l’université Stanford ont établi que si les traits d’une personnalité politique étaient modifiés, même légèrement, afin de ressembler à chaque électeur, l’un après l’autre, cela pourrait alors avoir une incidence significative sur la façon dont votent les gens.

Manipulation des images et du vote

Lors de ces expériences, on a confectionné une maquette de campagne électorale avec des candidats de l’expérience et des candidats véritables. Les images de chacun d’entre eux ont été ensuite transformées pour ressembler à chaque participant, l’un après l’autre.

Le chercheur de Stanford Jeremy Bailenson explique comment la manipulation politique est facile dans les expériences de réalité virtuelle.

Résultat: si 40 % des traits du participant étaient intégrés dans le visage des candidats, les sujets de l’étude ne se rendaient absolument pas compte que l’image avait été manipulée. Mais tout de même, l’image modifiée a influé de façon significative sur le résultat du vote en faveur du candidat transformé.

Ce qui se passe dans le monde virtuel ne demeure pas dans le domaine virtuel. Nous devons donc faire attention : une fois entrés dans ce nouveau royaume, ce que nous avons sous les yeux n’est pas forcément ce que nous avions prévu.

Cet article a été publié sur le site de The Conversation le 4 septembre

 

The Conversation

David Evans Bailey
David Evans Bailey (2 articles)
Doctorant, il prépare une thèse sur la réalité virtuelle à l'Auckland University of Technology
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte