France

Les primaires aggravent la maladie du système politique français

Temps de lecture : 5 min

Les primaires à la française se multiplient mais n'ont pas grand chose à voir avec celles des Etats-Unis. Elles ne permettent pas de simplifier l'offre électorale et ont l'inconvénient d'accentuer la personnalisation de la vie politique tout en recréant un suffrage objectivement censitaire.

DENIS CHARLET / AFP
DENIS CHARLET / AFP

Les journalistes politiques ont d'excellentes raisons d'être, en général, très favorables au système des primaires présidentielles. Ces premières manches du tournoi élyséen leur offrent des compétitions supplémentaires, une matière pour nourrir leurs chroniques. Plus on vote, plus on sonde, plus on commente...

Si l'on veut bien prendre un tout petit peu de distance par rapport à ce spectacle, pas toujours réjouissant et parfois même consternant, l'importation en France du système américain des primaires est redevable d'une analyse plus critique. Nos «primaires» n'ont finalement pas grand chose à voir avec celles qui régentent l'élection du président des Etats-Unis. Non seulement elles ne remplissent guère leur office théorique, mais elles aggravent plusieurs défauts du système politique français.

Pas de simplification de l'offre électorale

Les primaires présidentielles américaine fonctionnent à partir du moment où, aux Etats-Unis, l'électorat se décompose en deux camps bien distincts, les Démocrates et les Républicains. Rien de tel en France, où le clivage droite-gauche n'a jamais accouché du bipartisme. Droites et gauches ont toujours été plurielles et ce jeu multipolaire s'est encore complexifié avec le surgissement du Front national.

L'impossibilité d'organiser une primaire rassemblant toute la gauche, inévitable dès lors que celle-ci voit coexister en son sein des orientations politiques totalement contradictoires, est révélatrice d'un irréductible pluralisme. Aux Etats-Unis, Bernie Sanders s'est rallié à Hillary Clinton après l'avoir violemment combattue. En France, Jean-Luc Mélenchon est résolu à affronter jusqu'à l'élection présidentielle elle-même François Hollande.

L'incapacité du système des primaires à simplifier vraiment l'offre électorale se lit encore dans sa faible légitimité à l'intérieur même de la famille socialiste. Arnaud Montebourg, pourtant l'un des principaux artisans de l'instauration des primaires socialistes, laisse aujourd'hui planer le doute sur sa participation à cet exercice en 2017.

À droite, Alain Juppé s'est également réservé le droit de présenter sa propre candidature si la primaire de la droite et du centre ne devait pas se dérouler loyalement. En toutes hypothèses, la multiplication des primaires (de la droite, de la gauche, des écologistes) se conjuguera avec la multiplicité des candidatures.

Une plus grande personnalisation

Le plus grand inconvénient des primaires est d'accentuer encore la personnalisation de la vie politique française, déjà très forte depuis l'élection du président de la République au suffrage universel direct. Ces compétitions internes à une famille politique opposent d'abord des personnalités différentes. On choisit parmi des hommes ou des femmes bien plus qu'on arbitre entre des idées ou des projets.

Les primaires attirent de nombreux dirigeants en quête de notoriété. Elle sont l'occasion de se faire découvrir du grand public. Manuel Valls a profité à plein, en 2011, de ce phénomène. Malgré la modestie de son résultat, il y a gagné une enviable identification politique qui l'a conduit place Beauvau avant de l'amener à l'hôtel Matignon. Arnaud Montebourg fut l'autre grand gagnant de la première primaire socialiste, le capital politique alors accumulé lui permettant, par la suite, de décrocher un beau portefeuille ministériel avant de poursuivre son aventure politique.

Ces exemples n'ont pas échappé aux jeunes ambitieux de la droite comme Geoffroy Didier. La tribune médiatique qu'offre les primaires, et les dividendes politiques qui en résultent ultérieurement, expliquent le nombre ahurissant de candidatures à la candidature à ce type d'élections.

Pas moins de treize personnalités ont fait connaître leur désir de participer à la primaire de la droite et du centre. Comme les conditions de participations sont assez draconiennes (2.500 adhérents et 250 élus dont 20 parlementaires), le nombre de candidats effectifs sera bien moindre. Aux quatre candidats principaux (Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire et François Fillon) s'ajouteront peut-être Jean-François Copé, Nathalie Kosciusco-Morizet, Hervé Mariton ou encore Geoffroy Didier. Ce qui fera quand même du monde...

On se bouscule également au portillon socialiste. En attendant la candidature de François Hollande, on compte déjà sept candidatures déclarées, même si toutes n'arriveront pas à terme : Jean-Luc Benhamias (écologiste centriste), Gérard Filoche (extrême gauche socialiste), Sidi Hama-Mamidou (Parti radical de gauche), Benoît Hamon (gauche socialiste), Marie-Noëlle Lienemann (gauche socialiste), Arnaud Montebourg (gauche patriote) et François de Rugy (écologiste de centre-gauche).

L'étroitesse du créneau électoral ne coupe pas l'appétit des politiques, comme en témoigne la bataille qui s'annonce dans les rangs écologistes. Déjà quatre candidats ont rassemblé les parrainages nécessaires pour concourir à la primaire organisée par EELV: Karima Delli, Cécile Duflot, Yannick Jadot et Michèle Rivasi. Et quatre autres militants avaient fait connaître leur souhait d'être sur les rangs.

Les primaires contribuent fortement à dévitaliser les partis politiques, privés de leur fonction de sélection des candidats à la principale élection. Ces partis deviennent de moins en moins le lieu de la définition d'une orientation politique dés lors que l'essentiel se jouer désormais sur l'identité de la personnalité qui remporte la primaire. C'est ainsi que la vie politique tourne toujours plus autour de la «course de chevaux» dénoncée, en son temps, par Michel Rocard.

Suffrage censitaire et gérontocratie

L'autre grand défaut du système des primaires est de donner l'arbitrage de la sélection du candidat à l'Elysée d'une famille politique à un sous-électorat bien peu représentatif. Même lorsqu'elles rencontrent un réel succès, comme ce fut le cas de celle organisée par le PS en 2011, les primaires ne concernent qu'une minorité de l'électorat total d'un camp.

La primaire socialiste avait attiré, au premier tour, 2,7 millions d'électeurs alors que François Hollande avait recueilli 10,3 millions d'électeurs au premier tour de l'élection présidentielle. Une primaire est, par construction, assez élitiste dans la mesure où elle oblige à arbitrer entre des candidats appartenant à une même formation ou famille politiques.

C'est pourquoi Alexis Corbière, l'un des dirigeants du Parti de gauche, n'a pas tort de considérer que «la primaire a recréé une forme de suffrage censitaire». Ce sont effectivement les électeurs les plus intégrés au système politique, les mieux informés, qui sont les plus susceptibles de participer à cet exercice démocratique.

Cela aboutit à un corps électoral particulièrement âgé et aisé. Pas moins de 63% des électeurs ayant l'intention de voter à la primaire socialiste de 2011 avaient plus de 45 ans. Les retraités et inactifs représentaient 45% de ces électeurs contre seulement 32% pour les ouvriers et retraités. Ce sont bien des citoyens plus vieux et socialement plus favorisés que l'ensemble de l'électorat socialiste qui ont choisi le candidat du PS à la présidentielle de 2012.

Des distorsions analogues se repèrent pour la primaire de droite à la prochaine présidentielle. Le sondeur Brice Teinturier (Ipsos) souligne que «sur 100 électeurs certains d’aller voter à la primaire, 67% ont plus de 50 ans (contre 49% dans l’ensemble de la population) et 41% ont même plus de 65 ans (contre 23% chez les Français)». De même, c'est un électorat de droite particulièrement aisé, plus encore que celui de l'ensemble de la droite, qui arbitrera entre les postulants de ce camp: 38% d'entre eux déclarent un revenu du foyer supérieur à 3.500 euros par mois.

C'est ainsi qu'à droite comme à gauche, ce sont des électeurs nettement plus âgés et socialement intégrés que la moyenne des Français qui auront le privilège de choisir le représentant des deux plus grands partis à l'élection présidentielle. Ce filtre ne contribuera pas à ramener vers l'acte électoral toute la partie de la jeunesse et des classes populaire qui s'en sont éloignés.

Eric Dupin Journaliste

Newsletters

Mort de Charles Aznavour: «Il avait des carrières différentes dans chaque langue»

Mort de Charles Aznavour: «Il avait des carrières différentes dans chaque langue»

Charles Aznavour est décédé dans la nuit de dimanche à lundi à l'âge de 94 ans. Après Edith Piaf, il était sûrement le chanteur français le plus connu à l’étranger. Pour Slate.fr, Bertrand Dicale, auteur de Tout Aznavour (First Editions) ...

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

*Et les supportrices.

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Newsletters