Culture

Comment a été enregistrée la pire chanson de tous les temps

Temps de lecture : 2 min

Mégasurprise: elle date des années 1980.

Tous les (dé)goûts sont dans la nature. Écrit par Bernie Taupin, le parolier d'Elton John, le single «We Built This City» (1985), du groupe américain Starship, a été un hit à sa sortie (numéro 1 aux États-Unis) avant de devenir une des chansons les plus méprisées de l'histoire. En 2004, le magazine Blender en faisait la pire chanson de tous les temps, affirmant qu'elle constituait «un vrai reflet de ce qui a pratiquement tué la musique rock dans les années 1980». En 2011, les lecteurs de Rolling Stone l'avaient sacrée, à une majorité écrasante, pire chanson de la décennie, estimant, selon le magazine, qu'elle semblait constituer «le dernier clou dans le cercueil de leur jeunesse» –car on trouve parmi les membres de Starship Grace Slick, qui fut, à la fin des glorieuses sixties, la grande prêtresse psyché du Jefferson Airplane.

À la revoyure du clip, difficile de donner tort aux journalistes de Blender ou aux rédacteurs de Rolling Stone: surimpressions douteuses et coupes de cheveux foireuses, sons et instruments d'une laideur incroyable... Il y a même la statue d'Abraham Lincoln qui se lève pour entonner le refrain et un dé géant qui pourchasse les musiciens, à la façon du rocher dans le premier Indiana Jones. Comme l'ont noté de nombreux critiques, «We Built This City» déplorait en surface la façon dont une ville, Los Angeles, se transformait et une scène rock mourait, mais cette proclamation rebelle ne collait pas du tout avec le style absolument conformiste de la chanson, dont le clip tournait en boucle sur MTV.

Pour savoir comment a été enregistré ce tube abhorré, GQ a enquêté et nous livre le résultat sous la forme d'une «histoire orale de la pire chanson de tous les temps». On y voit par exemple Grace Slick expliquer comment elle avait essayé de s'impliquer à nouveau dans son groupe, pleine de bonne volonté après des années d'excès:

«J'essayais de me réconcilier avec le groupe en étant bonne fille. Là, nous allons chanter cette chanson, “We Built This City on Rock & Roll.” Oh, vous vous foutez de moi, c'est la pire chanson de l'histoire.»

Le guitariste Craig Chaquico livrer ces commentaires qui fleurent bon leur décennie:

«Nous n'avions pas l'impression de nous vendre; nous avions l'impression d'essayer de faire atterrir un homme sur la Lune. [...] C'est un morceau très eighties. Je me rappelle que je regardais Miami Vice entre les prises.»

Ou les regrets du bassiste Pete Sears:

«Cet album, pour moi, était un enfer musical. [...] C'est la meilleure chanson de l'album, alors même qu'elle est considérée comme la pire chanson de tous les temps. Le reste est un tas de merde. [...] À certains moments, j'ai pensé que c'était la pire chanson de tous les temps, oui. Parfois, maintenant, j'entends “We Built This City” dans un supermarché ou dans un film, et je suis content qu'elle m'aide à renouveler mon assurance santé.»

Newsletters

Festival de Cannes, jour 9: «Les Crimes du futur» au risque des circonstances atténuantes

Festival de Cannes, jour 9: «Les Crimes du futur» au risque des circonstances atténuantes

Très (trop?) attendu, le film de David Cronenberg mobilise nombre des ressources qui font la réputation de cet auteur sans trouver la forme qui leur donnerait leur pleine puissance.

À Cannes, deux récits décevants sur le 13-Novembre

À Cannes, deux récits décevants sur le 13-Novembre

Présentés au Festival de Cannes, «Revoir Paris» et «Novembre» abordent les attentats de novembre 2015. Mais à force de marcher sur des œufs, les deux récits nous laissent sur notre faim.

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Entièrement tourné à l'hôpital, le film de Lucien Castaing-Taylor et Véréna Paravel invente de nouvelles possibilités de voir ce qu'est chacun de nous, physiquement et comme être social, grâce à des approches inédites et à un sens fulgurant de la beauté.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio