Tech & internet

Non, internet n'a (toujours) pas enterré les livres

Temps de lecture : 2 min

N'en déplaise aux mauvaises langues, les livres imprimés ont toujours la cote auprès du public.

Dans une librairie. | memyselfaneye via Flickr CC License by
Dans une librairie. | memyselfaneye via Flickr CC License by

Le désastre annoncé n'a pas encore eu lieu. Malgré la place grandissante des nouvelles technologies dans nos vies, les gens continuent de lire des livres (les vrais, ceux qu'on tient dans les mains) régulièrement –quitte à ne pas les finir complètement. Les conclusions d'une étude menée aux États-Unis par le Pew Research Center démontrent que les livres ont encore la cote. Parmi les personnes interrogées, 73% ont déclaré avoir lu un livre (imprimé ou en format électronique) au cours de l'année passée. Et 65% ont déclaré avoir lu un livre imprimé au cours de cette même période. Des résultats qui restent stables depuis quatre années et qui rejoignent même des études statistiques de 2010.

«Si l'on regarde en arrière, il y a cinq ou six ans lorsque les ebooks décollaient, certains pensaient que les jours des livres étaient comptés. Mais ce n'est pas ce que l'on observe dans nos données», explique au New York Times Lee Rainie, responsable de recherche dans le département «internet, science et technologie». L'étude du Pew Research Center met également en avant une donnée intéressante: les gens qui lisent le font avant tout par plaisir. Aussi, 92% des jeunes (18-29 ans) déclarent lire pour appronfondir un centre d'intérêt, contre 88% chez les 30-49 ans et 66% chez les seniors de plus de 65 ans.

L'étude note également que seulement 6% des personnes interrogées lisent uniquement des livres en version électronique. «Ce qui veut dire que les tablettes et les liseuses ont encore du chemin à faire s'ils veulent convertir davantage de gens à abandonner les livres imprimés», ajoute Gizmodo. Si ces données concernent les États-Unis, sachez que la France aussi se porte plutôt bien. Les ventes de livres imprimés ont augmenté de 2,3% en 2015 alors que les livres numériques, eux, stagnaient autour des 6%. En 2010, nous prédisions que le l'ebook ne remplacerait jamais les vrais livres. Et, pour le moment, les chiffres semblent continuer de nous donner raison.

Par ailleurs, si vous aimez lire et que vous manquez d'idées, n'hésitez pas à consulter nos listes d'été dans lesquelles la rédaction de Slate.fr a listé ses ouvrages préférés.

- quelques livres à lire

- quelques bandes dessinées à lire

- quelques bons articles à lire

Bonne lecture!

Newsletters

Le coronavirus révèle aussi une géopolitique de l'intelligence artificielle

Le coronavirus révèle aussi une géopolitique de l'intelligence artificielle

L'IA a son rôle à jouer en matière de gestion sanitaire. Mais tous les gouvernements n'ont pas les mêmes sensibilités sur la question.

N'oubliez pas que derrière nos écrans se cache un nouveau prolétariat

N'oubliez pas que derrière nos écrans se cache un nouveau prolétariat

Dans certains cas, la révolution numérique du travail ne consiste pas à automatiser, mais à faire travailler des gens dans des conditions pourries à l'autre bout du monde –ou en France.

Salt Bae ou fist-fucking: les différentes interprétations d'un nouvel émoji

Salt Bae ou fist-fucking: les différentes interprétations d'un nouvel émoji

L'émoticône des «doigts pincés» fait beaucoup parler d'elle sur internet.

Newsletters