Culture

Les intelligences artificielles sont-elles les Spielberg de demain?

Temps de lecture : 2 min

Films, bandes-annonces, peintures... Avec le temps, les intelligences artificielles semblent être en mesure de devenir des artistes à part entière.

Capture d'écran de la bande-annonce du film «Morgan» réalisé grâce à une intelligence artificielle.
Capture d'écran de la bande-annonce du film «Morgan» réalisé grâce à une intelligence artificielle.

Au cours des dernières, la technologie, et plus précisément les intelligences artificielles, ont fait des progrès remarquables dans bien des domaines. L'art, sous toutes ses formes, n'y a pas échappé. Mais désormais, c'est au cinéma et à la création d'œuvres cinématographiques que les intelligences artificielles sont en train de faire leurs preuves. À l'occasion de la sortie du film Morgan, la Century Fox a donné carte blanche à la société IBM pour que Watson, son intelligence artificielle maison, réalise elle-même l'une des bandes-annonces. «Une surprenante mise en abyme, puisque le film lui-même évoque ce sujet», note L'Express.

Et voilà à quoi cela ressemble:

Un exercice convaincant

Pour en arriver à ce résultat, l'équipe de chercheurs a «coaché» l'intelligence artificielle grâce à des extraits de près cent films d'horreur. Après avoir scruté et analysé ces images, Watson a pu fournir une analyse complète et détaillée des différents plans, des décors, des personnages, des sons. Une fois prête, Watson a été confrontée au film Morgan et a eu pour tâche de sélectionner dix scènes du film afin de composer une bande-annonce –ce qu'elle est parvenue à faire–, explique John Smith, sur son blog, qui a piloté le projet.

Pour autant, Watson n'est pas parvenue à «monter» ces extraits dans le bon ordre. C'est un humain, membre de l'équipe de recherche, qui a dû s'en charger, tout comme le mixage sonore et l'ajout des transitions entre les différents plans de la séquence. Au final, une seule scène sélectionnée par Watson n'a pas été conservée, par manque de cohérence.

En juin 2016, une autre intelligence artificielle, Benjamin, était parvenue à produire un script de film complet. Grâce à un algorithme très précis, le robot est en mesure de construire des histoires sous forme de scénario, avec précision et avec tous les codes requis par ce genre d'exercice. Et le résultat était au rendez-vous, comme l'expliquait Vincent Manilève sur Slate.fr.

Une machine peut-elle créer?

La question, désormais, est de savoir si les robots pourront un jour remplacer les réalisateurs, les auteurs, les scénaristes ou encore les monteurs de cinéma. Une intelligence artificielle sera-t-elle capable un jour de reproduire la vision d'un Scorsese, la sensibilité des frères Coen ou l'imagination d'un Spielberg? Et, face à de telles prouesses, c'est une question qui convient de se poser sérieusement –comme le fait d'ailleurs John Smith dans son billet de blog. Reste désormais à savoir si, un jour, une intelligence artificielle parviendra à se doter d'une vision artistique et non seulement opérationnelle.

Pour l'artiste-développeur Harold Cohen, à l'origine du robot-peintre Aaron, ce n'est pas à exclure. Quelques mois avant son décès, il expliquait à la BBC:

«Je ne nie pas la possibilité que, à un moment, dans le futur, une machine puisse faire quelque chose qui s'assimile à de l'art. Mais cela sera bien plus difficile que d'apprendre à une voiture à rouler en ville sans chauffeur.»

Mark Riedl, chercheur et professeur à l'université de Géorgie, aux États-Unis, va dans le même sens. Toujours à la BBC, il abordait cette hypothèse:

«Il n’y aucune raison théorique pour que les ordinateurs ne puissent effectuer de tâches créatives, mais il n’y a pas encore de modèle général de la créativité pour le vérifier.»

Slate.fr

Newsletters

«Un tramway à Jérusalem» en route vers l'utopie nécessaire

«Un tramway à Jérusalem» en route vers l'utopie nécessaire

Amos Gitaï assemble des situations à bord du transport en commun pour composer avec humour et émotion l'esquisse d'une appartenance collective à un monde que tout divise.

Les deux tendances déplorables de la critique aujourd'hui

Les deux tendances déplorables de la critique aujourd'hui

Pourquoi vouloir tout comparer et classer, comme si les critères de jugement étaient systématiquement identiques d'une œuvre à l'autre?

«L’Adieu à la nuit» chevauche au bord du gouffre

«L’Adieu à la nuit» chevauche au bord du gouffre

Grâce aux ressources de la fiction, le nouveau film d'André Téchiné fait du combat d'une femme pour empêcher son petit-fils de partir en Syrie une vertigineuse aventure intérieure.

Newsletters