Sports / Monde

L'Etat islamique interdit les arbitres de foot

Temps de lecture : 2 min

L'organisation terroriste juge en effet que les règles officielles du football ne sont pas conformes à la charia.

Match de L1 Monaco – Guingamp, 12 août 2016, à Monaco | JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP
Match de L1 Monaco – Guingamp, 12 août 2016, à Monaco | JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP

L’État islamique a décidé d'interdire les arbitres sur les terrains de football pour non-conformité de ces derniers avec les principes de la charia, nous apprend un article de The Independent.

Alors que des matches doivent avoir lieu dans la province syrienne de Deir ez-Zor contrôlée par l’EI, les responsables ont demandé aux organisateurs de bannir les arbitres, ces derniers étant accusés «de ne pas juger selon ce qu’Allah a révélé» ou, comme s’en amuse la presse britannique toujours imaginative, de privilégier «les lois de la Fifa au détriment de celles de la charia».

Ces consignes ont été rapportées par des sources locales à l’observatoire syrien des droits de l’homme, une organisation basée en Grande Bretagne. Selon ces mêmes sources, l’EI a également mis en place un système de compensation des footballeurs blessés, selon lequel il peuvent demander une vengeance (en accord avec la loi islamique). Ce jugement surréaliste, qui émanerait des tribunaux qui établissent sur place la jurisprudence conforme à l’idéologie extrémiste de l’EI, n'a pas pu être vérifié, poursuit The Independent. Mais son apparente incongruité est pourtant dans le droit fil de précédentes interdictions allant de la télévision par satellite à l'usage d'internet, en passant par la musique.

Slate.fr

Newsletters

Pourquoi les jeunes athlètes flirtent avec la dépression

Pourquoi les jeunes athlètes flirtent avec la dépression

Obligation de résultats, manque de sommeil, professionnalisation avant l'heure... la rupture n'est pas loin.

On peut toujours courir

On peut toujours courir

Courir un marathon peut-il nuire à votre santé?

Courir un marathon peut-il nuire à votre santé?

Au cas où vous hésiteriez encore à participer au marathon de Paris...

Newsletters