Monde

«Arrête de mentir!», lâche l'ancien président mexicain à Donald Trump sur Twitter

Temps de lecture : 2 min

Vicente Fox a traité le candidat républicain de menteur quelques heures avant la visite officielle de ce dernier

Donald Trump lors d'un meeting de campagne à Everett, Washington, le 30 août 2016. Matt Mills McKnight/Getty Images/AFP
Donald Trump lors d'un meeting de campagne à Everett, Washington, le 30 août 2016. Matt Mills McKnight/Getty Images/AFP

Le candidat Donald Trump a annoncé mardi 30 août qu'il ferait une visite surprise le lendemain au Mexique pour rencontrer le président Enrique Peña Nieto. Celui-ci avait invité les deux candidats à la présidentielle américaine la semaine dernière afin de dialoguer et «promouvoir les intérêts du Mexique dans le monde.»

Malgré son invitation cordiale, le président mexicain avait comparé Trump à Mussolini et à Hitler en mars dernier, déclarant à propos de la rhétorique extrémiste du candidat républicain:

«C'est comme ça que Mussolini est arrivé au pouvoir, c'est comme ça qu'Hitler est arrivé au pouvoir, il ont profité d'une situation, d'un problème à l'époque, après une crise économique.»

Mais c'est surtout avec l'ancien président du Mexique, Vicente Fox, que le candidat républicain a une relation houleuse. Juste après l'annonce du voyage de Trump, Fox s'est fendu de ce tweet:

«Tu ne peux pas revenir en arrière, Trump, tes insultes envers les Mexicains, les musulmans et d'autres t'ont mené dans le trou où tu te trouves actuellement. Adieu, Trump!»

Le magnat de l'immobilier, qui ne cesse de souligner que les sans-papiers mexicains sont des criminels dangereux, n'a pas apprécié ce message. Sur Twitter, il a rétorqué:

«L'ancien président Vicente Fox, qui peste contre ma visite au Mexique aujourd'hui, m'a aussi invité quand il s'est excusé pour avoir dit le mot en F [fuck]»

Le mot «fuck» avait en effet été prononcé par Fox en février sur la chaîne Univision: «Je ne paierai pas pour ce putain de mur [en anglais: “that fucking wall”]», avait-il dit en référence au mur frontalier que Trump a dit pouvoir facturer au Mexique.

Mais, toujours sur Twitter, Vicente Fox a tenu à rétablir la vérité. Il n'avait pas invité Trump pour dialoguer, mais pour présenter ses excuses:

«@realDonaldTrump, je t'ai invité pour que tu t'excuses auprès des Mexicains. Arrête de mentir! Le Mexique n'est pas ton jouet, sois respectueux.»

Outre Fox, c'est une grande partie de la classe politique mexicaine qui est énervée, rapporte le Guardian. Miguel Barbosa, le leader de l'opposition a déclaré:

«@realDonaldTrump, tu n'es pas le bienvenu au Mexique. Dehors! Tu viens prendre une photo avec un peuple que tu as insulté.»

Newsletters

Aux États-Unis, l'autre «cancel culture»

Aux États-Unis, l'autre «cancel culture»

Dans de nombreux États américains, les législations visant à interdire la «théorie critique de la race» se multiplient.

Une étudiante américaine meurt après s'être étouffée lors d'un concours de hot-dogs

Une étudiante américaine meurt après s'être étouffée lors d'un concours de hot-dogs

Une cérémonie a réuni plus de 3.000 personnes pour lui rendre hommage.

Après sa discrète ascension, la Corée du Sud veut compter parmi les puissants

Après sa discrète ascension, la Corée du Sud veut compter parmi les puissants

En vingt ans, le pays est entré dans la modernité au point d'être invité à la table du G7. Celui qui a rejoint le cercle des moyennes puissances peut s'appuyer sur son économie et sa gestion exemplaire du Covid-19 pour assumer son envie d'autonomie.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio