Santé

Quand les parents ont peur pour la taille du pénis de leur enfant en surpoids

Temps de lecture : 2 min

Les pédiatres américains font état de plus en plus de remarques à ce sujet lors de leurs consultations.

MAHENDRA / AFP
MAHENDRA / AFP

Voilà jusqu’où peuvent se nicher les inquiétudes des parents quant à la bonne santé de leur enfant. Ou plutôt de leur anatomie: dans le slip.

Dans un article publié sur le NY Times, le pédiatre Perri Klass lève le voile sur une interrogation dont on ne soupçonnait pas forcément l’existence et encore moins la fréquence. Les parents sont de plus en plus inquiets de la taille du pénis de leur garçon quand celui-ci est en surpoids.

«Le sexe de mon fils est trop petit» serait donc une phrase de plus en plus formulée par les mères auprès des pédiatres. Ces dernières prennent d’ailleurs soin de préciser que le sujet préoccupe surtout le père.

«Les questions sur la taille du pénis sont devenues plus fréquentes au cours de ces dix dernières années, en même temps que mes collègues et moi recevons davantage d’enfants en surpoids en consultation. Ces inquiétudes reflètent des préoccupations et des angoisses culturelles, et la conversation peut être très compliquée pour les intéressés», explique le médecin.

Les rassurer

C’est qu’en effet, et même si la plupart des garçons dont les parents consultent pour ça ont «des parties génitales tout à fait normales», le surpoids d’un enfant peut avoir des effets sur la taille du pénis, du moins, en apparence. En plus du simple effet d’optique (un pénis de taille «normale» apparaîtra plus petit si le corps est particulièrement imposant), il faut compter avec ce qu’on peut appeler le phénomène de «pénis caché» ou de «pénis enfoui».

«Cela peut être une combinaison entre le fait d'être encore pré-pubère (le sexe ne s’est pas encore développé), l'excès de poids (le coussinet adipeux qui se trouve au-dessus du pubis recouvre partiellement le pénis) et dans certains cas, un problème anatomique qui fait que les tissus ne recouvrent pas totalement le fascia de Buck.»

Certains chirurgiens peuvent pratiquer des lipoaspirations de la graisse du pubis pour désenfouir le pénis, mais à l’évidence, ce dont les enfants (et leurs parents) ont besoin, c’est avant tout d’être rassurés.

Le Dr Assem Shukla, spécialisé en urologie pédiatrique, explique, par exemple, à ces garçons que «nous ne marchons tous pas avec notre pantalon baissé, et nous ne voyons pas comment tous les autres sont faits. Mais vous devez réaliser que toutes les zones intimes sont différentes, et ce n’est pas parce que vous n’être pas comme votre frère qu’il y a quelque chose qui ne va pas».

Les parents sont invités, le plus souvent à se détendre et à attendre que leur enfant grandisse (et éventuellement maigrisse) avant de s’inquiéter de la taille de leur sexe.

En savoir plus:

Slate.fr

Newsletters

William Masters et Virginia Johnson, pionniers de la sexologie moderne

William Masters et Virginia Johnson, pionniers de la sexologie moderne

Ils furent les premiers scientifiques à observer des gens avoir des rapports sexuels. Et ça a tout changé.

Pourquoi les personnes dépressives ont-elles autant de mal à dormir?

Pourquoi les personnes dépressives ont-elles autant de mal à dormir?

La découverte d'une quarantaine de liens neuronaux entre dépression et mauvais sommeil pourrait fournir une partie de la réponse.

Les féministes argentines ont perdu une bataille, mais elles pourraient bien gagner la guerre

Les féministes argentines ont perdu une bataille, mais elles pourraient bien gagner la guerre

Le rejet par le Sénat argentin du projet de loi de légalisation de l’avortement ne sonne pas la fin du combat.

Newsletters