Monde

La droite américaine tente de politiser une affaire de sexting

Temps de lecture : 3 min

Huma Abedin, la conseillère de Clinton qui vient de quitter son mari accro aux sexting, est une cible privilégiée de la droite, qui l'accuse d'être à la fois islamiste radicale et amante de la candidate démocrate.

Capture Twitter
Capture Twitter

Huma Abedin, une conseillère d'Hillary Clinton que la candidate démocrate considère comme sa fille, vient d'annoncer qu'elle quittait son mari, Anthony Weiner, après un article du New York Post révélant qu'il avait eu une correspondance érotique avec une fan de Donald Trump. Weiner, dont le nom en anglais veut dire saucisse (mais aussi pénis), avait envoyé un gros plan de son slip avec, juste à côté dans son lit, son fils de 4 ans.

«Le babysitting, style Anthony Weiner», avait résumé le tabloïd.

Weiner était déjà devenu célèbre dans le monde entier pour avoir plusieurs fois été pris en train d'envoyer des photos de son torse et de son slip bombé à des jeunes femmes (qui, par ailleurs, il ne rencontrait jamais). Il avait démissioné de son poste de représentant de l'État de New York en 2011 suite à une affaire de sexting, et en 2013, sa campagne pour devenir maire de New York avait capoté lorsque d'autres photos intimes avaient fait surface en ligne. Il existe actuellement une page Wikipédia intitulée: «scandales de sexting d'Anthony Weiner».

À chaque fois, sa femme Huma Abedin avait affirmé qu'elle le soutenait, allant même jusqu'à faire une conférence de presse pour le défendre et dire qu'elle l'aimait. Cette fois-ci, elle a annoncé qu'elle le quittait.

Rapidement, le candidat républicain Donald Trump en a profité pour essayer de politiser l'affaire. Pour lui, le fait que la femme de Weiner soit une confidente de Clinton constitue un danger potentiel pour la sécurité du pays.

«Je crains pour ce pays qu'Hillary Clinton ait été imprudente et négligente en laissant Weiner avoir une telle proximité avec des informations hautement confidentielles. Qui sait ce qu'il a appris et à qui il en a parlé? C'est juste un autre exemple du mauvais jugement d'Hillary Clinton. Il est possible que notre pays et notre sécurité aient été grandement mis en danger par cela», a écrit le candidat républicain dans un communiqué.

Moqueries

Le rapport entre le sexting d'Anthony Weiner et le partage de documents confidentiels est tiré par les cheveux, et comme le résume Jim Newell dans Slate.com:

«Le fait qu'Anthony Weiner envoie des photos de son entrejambe via SMS n'a rien à voir avec la campagne d'Hillary Clinton ou ses qualifications.»

L'absurdité de l'accusation de Trump a été bien illustrée par le journaliste Kevin Roose dans ce tweet imaginant des textos érotiques qui portent atteinte à la sécurité intérieure:

Wiener: tu es là?

Femme: ouais

Wiener: qu'est-ce que tu portes?

Femme: rien

Wiener: j'ai des informations sur la localisation d'Abou Bakr al-Baghdadi.

La rumeur de l'homosexualité d'Hillary Clinton

Outre l'angle «sécurité nationale», la presse conservatrice américaine a aussi choisi de promouvoir un autre angle surprenant: l'angle lesbien. En effet, cela fait des mois que certains sites et personnalités de droite suggèrent que Clinton est lesbienne et que son amante n'est autre qu'Abedin. Pour ces «analystes», l'annonce de la séparation entre Abedin et Weiner confirme la romance entre les deux femmes. Ainsi, le blog Drudge Report utilise le fait que Weiner veut aussi dire pénis pour suggérer l'homosexualité d'Abedin:

«Elle a eu assez de Weiner comme ça. Huma choisit Hillary.»

Drudge choisit l'angle classique et très classe «Hillary est lesbienne».

Avant la publication des dernières photos sexys de Weiner, la presse conservatrice s'intéressait surtout au fait qu'Abedin, qui est musulmane, avait été éditrice pour le Journal of Muslim Minority Affairs, la revue universitaire éditée par sa mère, Saleha Mahmood-Abedin, qui est professeure en Arabie saoudite. Pour beaucoup, il s'agissait d'une preuve suffisante qu'Abedin est une agente saoudienne islamiste. D'autant plus que cela faisait déjà plusieurs années que des élus conservateurs l'accusaient faussement d'être liée aux Frères musulmans. Le 23 août, le présentateur radio Alex Jones, qui est fan de Trump, s'était même demandé en direct dans son émission si «Huma [avait] eu les parties génitales coupées»...

Newsletters

Emprisonné à tort pour espionnage, un pigeon pakistanais est libéré en Inde

Emprisonné à tort pour espionnage, un pigeon pakistanais est libéré en Inde

Il appartient en fait à un pécheur adepte de la course de pigeons.

Mort de George Floyd: comment manifester sans attraper le coronavirus 

Mort de George Floyd: comment manifester sans attraper le coronavirus 

Alors que les rassemblements de masse contre le racisme et les violences policières se multiplient aux États-Unis, les professionnel·les de santé s’empressent de donner des conseils pour réduire le risque de propagation du virus.

Le Maroc, exemplaire dans la lutte contre le Covid-19

Le Maroc, exemplaire dans la lutte contre le Covid-19

Comptant 150 fois moins de morts que l'Espagne, le royaume a su réagir efficacement en se montrant innovant. Son plan de soutien économique et social est sans équivalent en Afrique.

Newsletters