Tech & internet

Comment disparaître à l’ère numérique?

Temps de lecture : 2 min

Si internet peut vous aider à planifier votre disparition, il risque bien de vous conduire à votre perte une fois votre plan exécuté.

JUSTIN SULLIVAN / AFP
JUSTIN SULLIVAN / AFP

On parle en anglais de «pseudocide» pour désigner l’art d’organiser sa fausse disparition en se faisant passer pour mort. Une démarche souvent à l’origine de scénarios de fiction qui a considérablement évolué en raison de l’importance prise par nos vies numériques.

Le site Vovativ a interviewé Elizabeth Greenwood, qui enseigne l'écriture créative à l’université Columbia, et a écrit un livre, Playing Dead, inspiré par sa propre tentative de disparaître sans laisser de trace... Après avoir interviewé des spécialistes du sujet, elle en a conclu que les nouvelles technologies de l’information avaient eu un double effet contradictoire sur les démarches de disparition volontaire. D’une part, préparer sa fuite en amont est incomparablement plus aisé qu’avant la généralisation de l’usage d’internet, quand le moindre renseignement, comme par exemple un horaire de vol, nécessitait de passer un coup de fil.

Mais à l’inverse, les traces numériques que chacun laisse à son insu sont autant d’obstacles à un pseudocide réussi sur la durée, surtout quand la personne est activement recherchée. Et c’est la plupart du temps le cas, car les pseudocide ont souvent à voir avec une escroquerie à l’assurance. Dans la mesure où il est impossible de ne pas laisser de trace, un spécialiste interrogé par l’auteure conseille de manipuler son empreinte numérique, en créant de fausses pistes. Si vous ne vous en sentez pas capable, alors préparez-vous à vivre une nouvelle vie très solitaire, sans le moindre accès à internet, lequel vous trahirait immanquablement. En résumé, «utilisez la technologie pour disparaître, mais restez ensuite aussi éloigné d’elle que possible».

Sur le long terme, les auteurs de pseudocide auraient tendance à se trahir –par exemple en se googlant eux-mêmes–, non tant à cause des technologies de communication qu’en raison du besoin bien humain d’interagir et de rester connecter au reste du monde et à ses semblables.

Newsletters

De la Bretagne à la Savoie, Instagram est la terre promise des mèmes régionaux

De la Bretagne à la Savoie, Instagram est la terre promise des mèmes régionaux

Le meilleur repaire des blagues entre patelins n'est plus le PMU, mais Instagram. Les mèmes régionaux y fleurissent et donnent aux querelles de clochers un côté cool.

Le safari aux influenceurs à Webedia commence à les agacer

Le safari aux influenceurs à Webedia commence à les agacer

Attendus quotidiennement devant chez eux ou leurs studios par des fans toujours plus jeunes, les nouvelles stars de YouTube sortent du silence pour évoquer un phénomène largement amplifié par les réseaux sociaux.

Clubhouse va-t-il bouleverser les règles de l'influence?

Clubhouse va-t-il bouleverser les règles de l'influence?

Personnalités politiques, marques et médias tentent de s'installer sur ce réseau social, non sans difficultés. Exit l'image et les faux-semblants, ici tout se veut authentique.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters