Égalités / LGBTQ

Un gâteau en forme de Ken transgenre fait débat en Californie

Temps de lecture : 2 min

Une boulangerie de Sacramento a été vivement critiquée pour avoir créé un gâteau représentant une poupée Ken portant une robe rose.

Le 13 août, les propriétaires d'une pâtisserie californienne ont posté une photo d'une de leurs créations sur Facebook: un gâteau en forme de Ken portant une robe rose et un diadème. La cliente à l'origine de cette commande, qui n'est pas elle-même transgenre et ne cherchait à prendre de position politique particulière, pensait juste que c'était une idée amusante pour son anniversaire.


Mais très vite, de nombreux internautes scandalisés ont partagé leur colère sur la page Facebook de la boulangerie, rapporte The Guardian.

«Naïvement, je me suis dit que c'était juste un gâteau super cool. Regardez le boulot qu'ils ont fait avec la crème pâtissière. Quel est le problème avec un gâteau Ken?» se demandait Marlene Goetzeler, la co-propriétaire.

Pour beaucoup, le problème est que ce Ken déguisé en princesse constitue une subversion insupportable des normes en vigueur. La pâtisserie a depuis effacé les centaines de commentaires critiques, mais le site Grub Street en a rencensé quelques un comme celui-ci, illustré par plusieurs emojis caca:

«C'est le gâteau le plus dégoûtant qui ait jamais été fait. Je n'achèterai jamais rien chez vous.»

Ceci dit, suite à la diffusion de la photo du gâteau dans les médias, la pâtisserie a aussi reçu une avalanche de compliments sur sa page Facebook. Selon la chaîne locale CBS13, de nombreuses personnes ont appelé pour commander le même gâteau, qui est devenu un symbole de soutien aux personnes LGBT.

En 2015, des parents canadiens étaient aussi devenus stars d'internet après avoir concocté un gâteau «Princesse Hulk» à la demande de leurs jumelles de quatre ans. Comme Ken, le super-héros vert portait une longue robe rose et un bustier violet.

Newsletters

À Marseille, la ponctualité des trains se fait attendre

À Marseille, la ponctualité des trains se fait attendre

[Épisode 6] Dans la cité phocéenne, on est pénalisé si l'on n'est pas motorisé. Pour y remédier, Sébastien Barles (EELV) propose un plan mobilité, en particulier dans les quartiers nord.

Les femmes qui ont subi des violences conjugales ont 44% de risques en plus de mourir, toutes causes confondues

Les femmes qui ont subi des violences conjugales ont 44% de risques en plus de mourir, toutes causes confondues

Une étude britannique révèle l'impact des séquelles laissées par ce type de traumatisme.

Une élue américaine propose d'obliger les hommes à subir une vasectomie

Une élue américaine propose d'obliger les hommes à subir une vasectomie

Avec son projet de loi, la Démocrate Rolanda Hollis entend dénoncer la législation interdisant l'avortement en Alabama.

Newsletters