Partager cet article

Les femmes sont génétiquement prédisposées à l'infidélité

Les femmes sont, en moyenne, plus sensibles à l’infidélité de type sentimental | Quasic via Flickr CC License by

Les femmes sont, en moyenne, plus sensibles à l’infidélité de type sentimental | Quasic via Flickr CC License by

C’est l’hypothèse formulée par des chercheurs de l’Université du Texas, spécialistes de l’évolution et de génétique.

Voilà qui risque d'effrayer certaines personnes. Les femmes sont prédisposées à tromper, suggère une étude scientifique repérée par le journal britannique The Independent et le blog américain Women in The World. Ces histoires sexuelles parallèles auraient historiquement servi aux femmes à avoir un «plan B» leur assurant la protection au cas où le plan A les lâchait, expliquent-ils dans l'étude publiée début août.

«Avoir d’autres relations permettait aux femmes de disposer d’une sorte d’assurance partenariale, permettant de changer de partenaire si nécessaire. (...) Les femmes ne disposant pas d’un partenaire de secours auraient sinon souffert d’une interruption dans la protection et les ressources qui leur étaient offertes», explique David Buss, le chercheur de l’Université du Texas qui a conduit l’étude.

En mai, un article du New York Times évoque déjà ce champ de recherches. Richard A. Friedman, professeur de psychiatrie clinique à l’Université de médecine de Weill Cornell, et contributeur régulier du quotidien américain explique alors:

«Nous savons depuis longtemps qu’il existe une tendance à tromper chez les hommes, une tendance génétique liée à l’évolution, qui s’explique par le fait que cela accroît pour les hommes la possibilité de laisser une descendance. Mais il y a désormais aussi un pan nouveau de la recherche qui démontre que certaines femmes aussi sont prédisposées à aller voir ailleurs, bien que les raisons en matière d’évolution ne soient pas claires.»

Rassurez-vous, car si les gènes peuvent avoir un effet sur le comportement humain, cet effet reste très «modeste», selon David Buss. Hommes et femmes sont bien plus influencés par d’autres facteurs, comme leur environnement et leur expérience personnelle.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte